Le célèbre pianiste cubain Bebo Valdes est mort !

dimanche 31 mars 2013

Bebo Valdés, larmes en paix. Le pianiste cubain du mythique album « Lágrimas Negras » est mort à 94 ans.

{{}}

Par François-Xavier Gomez (Libération, mis à jour : mardi 26 mars 2013 à 12:10)

Vendredi, le long exil de Ramón Emilio Valdés Amaro, dit Bebo Valdés, a pris fin. Le pianiste du mythique album Lágrimas Negras est mort en Suède, son pays d’adoption, loin de Cuba où il avait vu le jour le 9 octobre 1918. Et qu’il avait quitté en 1960, un an et demi après l’arrivée au pouvoir de Fidel Castro.

Bebo Valdés n’avait jamais oublié qu’il était le fils d’un autre exil, celui de ses ancêtres déportés d’Afrique. En 2005, dans Libération, il remontait ainsi le fil génétique : « Mon grand-père, esclave, s’était enfui avec un ami en emportant seulement une machette pour se défendre des chiens lancés aux trousses des "nègres marrons" [esclaves en fuite, ndlr]. Je sais tout cela par ma grand-mère, morte à 109 ans. »

Locomotive. Bebo Valdés était très grand, élégant, et c’était pour lui un autre signe de son identité africaine : « Je pense que mes ancêtres étaient yorubas ou ararás,confiait-il, car les Con gos [ou Bantous, nombreux à Cuba, ndlr] sont de petite taille, et dans la famille nous sommes tous grands. »

A la fin des années 40, Bebo Valdés fait ses premières armes à La Havane dans l’orchestre de Julio Cueva, où il impose ses talents de compositeur et d’arrangeur. Au point qu’il ne tarde pas à mettre sur pied sa formation, formidable locomotive rythmique à l’explosive section de cuivres. Elle accompagne notamment les productions les plus brillantes de Beny Moré, le meilleur chanteur cubain du XXe siècle.

Pendant dix ans, il est aussi le directeur musical du Tropicana, le plus luxueux des cabarets de La Havane.

Mais Bebo Valdés est aussi un créateur. Grand inventeur de formes, il participe en 1952 à la première jam-session enregistrée à Cuba, et son morceau Con Poco Coco est pour les spécialistes l’acte de naissance du latin jazz.

Il est aussi le père du batanga, un rythme qui introduisait les batas (tambours rituels) dans une musique de danse. L’échec de son invention, qu’il rêvait de voir détrôner le mambo et le cha-cha-cha, restera sa plus grande blessure.

Dans le Cuba des « Barbudos », le passage à une économie socialiste sans propriété privée n’est pas de son goût. Il part pour le Mexique en 1960, laissant derrière lui plusieurs enfants dont Jesus, surnommé Chucho, qu’il a formé et qui surpassera son père dans l’art du clavier.

JPEG - 34.1 ko

De passage en Suède, Bebo Valdés tombe amoureux, se marie avec Rose-Marie et s’installe à Stockholm. Où il vivra dans l’anonymat pendant quatre décennies, gagnant sa vie avec les cours de danse le jour et le piano-bar d’un hôtel chic le soir : « Ils cherchaient un pianiste ponctuel, ni buveur ni fumeur… »

En 2004, il est à la retraite quand le réalisateur espagnol Fernando Trueba lui propose de participer à son documentaire sur le latin jazz, Calle 54. Il y retrouve Chucho Valdés, son fils perdu de vue, devenu l’un des pianistes les plus réputés au monde. Trueba a ensuite l’idée de lui faire enregistrer des standards cubains avec le prodige du flamenco Diego el Cigala. Le résultat, Lágrimas Negras (larmes noires), est un succès planétaire et un indiscutable classique.

Commande. Le pianiste octogénaire vit alors, comme Compay Segundo quelques années avant lui, une nouvelle jeunesse, multipliant disques et tournées. Où son toucher subtil et rêveur et son savoir rythmique enchantent les publics. Son dernier travail, en 2010, sera une autre commande de Trueba : la musique et les arrangements pour Chico et Rita, film d’animation inspiré par sa vie.

Installé en Andalousie pour se rapprocher de Chucho, Bebo Valdés n’a jamais cessé de jouer, malgré la progression de la maladie d’Alzheimer. Aggravée, l’été dernier, par la mort de Rose-Marie, après un demi-siècle de vie commune.

En février, devant la dégradation de son état de santé, ses enfants suédois décidaient de le transporter à Stockholm. Né au soleil, mort dans la neige, Bebo Valdés laisse une des œuvres les plus fécondes de la musique cubaine.

(posté par Michel Porcheron)


« Bebo » est mort

{{}}

Posté par Michel Porcheron

  • AFP MADRID- Le pianiste cubain Bebo Valdés, légende du jazz latino, est mort vendredi 22 mars à l’âge de 94 ans en Suède, a annoncé à l’AFP à Madrid une proche du musicien.

« Bebo est mort cet après-midi en Suède », a déclaré Cristina Huete, épouse du cinéaste espagnol Fernando Trueba, qui en 2000 avait sorti de l’anonymat le charismatique pianiste, alors âgé de 80 ans, grâce à son film documentaire « Calle 54 ».

« Il était déjà très grand, mais je crois que cette dernière étape de sa vie a été très bonne pour lui, car il a alors enregistré des disques très précieux », a ajouté Cristina Huete.

Le musicien cubain avait pris le chemin de l’exil dans les années 60, après la révolution castriste, et il n’est jamais retourné dans son pays. Il affirmait ne pas vouloir y être enterré à moins que le régime politique ne change.
Après avoir longtemps vécu en Suède, Bebo Valdés avait passé les dernières années dans le sud de l’Espagne. Mais il était retourné il y a deux semaines en Suède, « où vivent certains de ses enfants, en raison d’une aggravation de son état de santé », selon le quotidien espagnol El Mundo citant des sources proches de sa famille.

Des proches de l’artiste ont déclaré à la presse espagnole que Valdés, patriarche de la musique cubaine, né en 1918 dans la localité de Quivican et dont le véritable nom était Dionisio Ramon Emilio Valdes Amaro, souffrait de la maladie d’Alzheimer.

Le dernier enregistrement de Bebo Valdés aura été réalisé avec son fils Chucho Valdés, lui aussi pianiste.

On peut consulter (pages disponibles samedi 23 mars à 14h) :

http://www.francetv.fr/culturebox/deces-du-pianiste-cubain-bebo-valdes-pionnier-du-latin-jazz-133901

http://journalmetro.com/culture/280053/le-pianiste-cubain-bebo-valdes-nest-plus/

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Suede.-Deces-du-pianiste-cubain-Bebo-Valdes_6346-2176154-fils-tous_filDMA.Htm

Pour ceux qui lisent l’espagnol. Entre autres :

http://www.granma.cubaweb.cu/2013/03/23/cultura/artic01.html
http://cultura.elpais.com/cultura/2013/03/23/actualidad/1364035546_731989.html

http://cultura.elpais.com/cultura/2013/03/22/actualidad/1363976182_566151.html?rel=rosEP
(mp)


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

-* Victor Hugo - Visionnaire de Paix

Cliquer ICI :
http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com/

http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com

.Tres mares, Trois Mers

http://3mers-3mares.jimdo.com/3mers-3mares/biennale-de-la-havane-2015

Portail CUBARTE

http://www.cubarte.cult.cu/fr

POUR EN SAVOIR PLUS SUR CUBA COOPERATION FRANCE

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=2248

Traductor

English French German Spain Italian Dutch Russian Portuguese Japanese Korean Arabic Chinese Simplified

Brèves

22 juillet 2015 - Le parlement cubain ouvre ses comptes sur Twitter et Facebook

– L’Assemblée nationale du Pouvoir Populaire cubain (Parlement) a lancé ses pages officielles sur (...)

21 juillet 2015 - Francis Ford Coppola est à Cuba

Francis Ford CoppolaLa Havane, 17 jullet – Le célèbre réalisateur, producteur et scénariste (...)

20 juin 2015 - Une exposition photo de Mariline Dubois sur les abeilles mélipones de Cuba

Par Mariette et Alain Benoit à la Guillaume CUBARTE 14.06.2015
Á l’occasion du lancement de la (...)

19 juin 2015 - La 15e édition du Colloque International Ernest Hemingway

Par Maritza Mariana Hernández CUBARTE 19.06.2015
La 15e édition du Colloque International (...)

19 avril 2015 - La puissance des livres...

Chronique de Jacques Lanctôt publiée par le journal canadien CANOE
Deux grands hommes sont (...)