Eusebio LEAL, entretien avec Salim Lamrani ...

dimanche 28 septembre 2014
par  Traduit par Nuria SENTENAC

Eusebio Leal Spengler l’historien de La Havane. Docteur en Sciences Historiques, Université de La Havane, est un personnage connu mondialement pour son travail de préservation du patrimoine historique de la capitale cubaine.
Egalement président de la Commission des monuments nationaux, Ambassadeur de Bonne Volonté de l’Organisation des Nations Unies et député du Parlement monocaméral de Cuba, Leal est responsable depuis 1981 de la restauration et de la préservation du centre historique de La Havane, le plus grand patrimoine de l’humanité depuis 1982.

(C’est un ami de la France et admirateur de son histoire. Il a le titre de COMMANDEUR DANS L’ORDRE DE LA LEGION D’HONNEUR DE NOTRE PAYS ...)

Suite à l’effondrement de l’Union soviétique en 1991 et de la période spéciale, Cuba a été plongée dans une crise économique profonde.

Leal a été chargé de poursuivre les travaux de restauration du centre historique avec des ressources très limitées. Les autorités lui ont accordé une certaine autonomie dans la gestion de l’Office de l’Historien : restaurants, boutiques, musées et ateliers de construction et de restauration, avec obligation de générer les fonds nécessaires à la préservation du centre historique. Les résultats ont été spectaculaires ce qui lui a valu une renommée mondiale.

Dans cet entretien, Leal parle de sa ville et de la gestion autonome de son institution. Il aborde la question des relations avec les Etats-Unis et des sanctions économiques, le développement du tourisme à Cuba, les réformes socio-économiques et le Cuba de demain. Eusebio Leal,

JPEG - 25.3 ko

La Havane marche avec Ban Ki Moon, Secrétaire général de l’ONU.

Salim Lamrani Eusebio Leal, vous êtes l’historien de La Havane. Parlez nous de cette ville ?

Eusebio Leal : La Havane est une ville très attractive. Ce magnétisme provient de son histoire et de sa position géographique. C’est une belle ville qui séduit pour plusieurs raisons : elle n’est pas en phase avec son temps et conserve un certain nombre de valeurs, elle a sa propre identité au cœur même de l’identité cubaine. La Havane a joué un rôle important dans l’histoire de la construction de l’identité nationale, de la lutte pour l’indépendance dans les combats qu’ ont menés les étudiants et les travailleurs. La Révolution cubaine a sans doute contribué a ce que la Havane préserve son patrimoine architectural, qui est resté en quelque sorte immobile. Mais ce n’est qu’une apparente immobilité. Quand on entre dans la vie de la ville immédiatement on ressent la vie qui y règne et qui ne demande qu’à être découverte.

SL : Quel est le rôle du Bureau de l’Historien de La Havane ?

EL : Les premières mesures visent la préservation du patrimoine architectural, mis en danger par leur état d’effondrement. Mais nous sommes partis du cadre conventionnel de la préservation des monuments et le temps nous convainc de l’idée qu’il ne peut y avoir de développement sans équité sociale et développement communautaire. Aussi nous concluons que le développement n’est possible que s’il prend en compte la culture. Il était important de prendre la culture comme valeur de référence pas au sens élitiste, mais dans son rôle d’avant-garde du changement, de transformation, de recherche du passé et de l’avenir.

SL : Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur le système économique actuel dans la Vieille Havane ?

EL : Au début, tout était assez classique. Nous reçûmes le budget de l’Etat.puis nous nous sommes dits que les organisations telles que l’UNESCO pourrait participer aux efforts de préservation du patrimoine et que nous pourrions faire appel aussi de petites collaborations internationales. Nous sommes intéressés par tous les actes de solidarité. Parfois, ils envoient des livres sur l’architecture, des traités de restauration. C’est très positif, mais il est impossible de préserver notre patrimoine et la culture uniquement avec des gestes de solidarité.

SL : Quand est-ce que tout commença ?

EL : Quand la grande crise qui a suivi l’effondrement du bloc socialiste a émergé, Fidel Castro a souligné la nécessité que le projet ait lieu dans la Vieille Havane, avec la création d’un modèle de gestion autonome et durable, capable de générer ses propres ressources, prévoyant que le tourisme serait un jour à Cuba. Il était donc important de mettre en place le mécanisme, qui était double. Le Bureau de l’Historien, une institution très ancienne et très prestigieuse de la culture, spécialisée dans les domaines de la ville, ayant un système de conférence, une petite structure de publications, une émission de télévision et de radio et un musée, le Musée de La Havane. Nous avons donc décidé de donner d’abord un statut juridique à cette entité avec la possibilité de posséder des biens. Ensuite toutes les terres et les bâtiments de la Vieille Havane qui appartenaient à l’Etat furent donnés au bureau de l’historien. Cette propriété pouvait être la source de toute richesse. Ensuite, le système bancaire a ouvert une ligne de crédits pour le Bureau de l’Historien.

SL : Quel était le budget initial

EL : En Octobre 1994, Fidel Castro nous a donné un budget de un million de dollars, ce qui était la somme que pouvait alors donner la République. Nous n’avions pas à rembourser cet apport, mais nous devions investir de sorte à être financièrement indépendant. . Nous avions un cadre juridique, le soutien politique, mais nous avons dû atteindre l’autonomie financière. Deux ans plus tard, en 1996, ce million avait généré 3 millions de dollars. Maintenant, 20 ans plus tard, ce million génère des revenus de 100 millions de fois plus élevé. Ces revenus servent à présent à restaurer notre ville et aussi à aider la communauté à résoudre les problèmes auxquels ils sont confrontés et donc d’l’intégrer ces données dans notre projet. Nous partageons les bénéfices avec notre communauté en créant de nombreux emplois de nature différente, avec la création d’écoles-ateliers pour former les jeunes à préserver le patrimoine de la mémoire culturelle de Cuba. Nous avons réussi à nous débarrasser de l’angoisse de prêts bancaires. Nous prenons soin des personnes âgées, des handicapés, des femmes enceintes, ce que ne fait aucun autre bureau de restauration du patrimoine mondial. Je pense que la restauration de la Vieille Havane est un chapitre de la Révolution cubaine.

JPEG - 36.4 ko
Eusebio Leal, entouré de Cubains.

SL : Quel est l’impact des sanctions économiques sur la préservation du patrimoine architectural ?

EL : Nous avons besoin d’importer de nombreux produits venant de loin. La technologie de restauration, implique de nombreuses technologies à la fois, que ce soit les machines, la menuiserie, qui pourrait être achetées sans problème s’il existait des relations commerciales normales avec les États-Unis, comme ce fut le cas pendant des siècles.
Nous sommes dans une phase de restauration ou les bâtiments ne sont pas construits avec du bois provenant des forêts Cubaines mais des forêts des États-Unis, comme le pin du nord. Il est impossible de trouver ce type de bois ailleurs qu’aux États-Unis.

SL historiquement l’Amérique était une terre d’asile pour les Cubains.

EL : Oui, l’ Amérique a toujours bien accueilli les exilés cubains lors des différentes étapes. Le premier exil, avant 1868, et après le Grito de l’ Independence, la documentation la plus riche est aux États-Unis. De plus, il est impossible de raconter l’histoire de Cuba, sans mentionner les Etats-Unis. De même, il est difficile d’évoquer l’histoire des États-Unis sans parler de Cuba. Des troupes cubaines ont quitté La Havane pour aider les Etats-Unis dans leur guerre d’indépendance contre l’Angleterre quand Cuba était encore une colonie espagnole. Des forces cubaines se sont battus aux États-Unis et étaient à Georgetown à côté de George Washington. Nous devons aussi ajouter que pendant la guerre civile des Etats Unis, le port de La Havane est devenu un refuge pour les gens du Sud qui y réparaient leurs armes. Rappelons qu’à Cuba durant le régime de l’esclavage. Il y a eu une belle, relation littéraire intellectuelle. Vous ne pouvez pas parler de l’histoire de José Martí, de la fondation du Parti révolutionnaire cubain, de Fidel Castro, sans mentionner les États-Unis. Il est inévitable de parler du rôle joué par de nombreux patriotes américains en faveur de l’indépendance de Cuba. De nombreux jeunes Américains ont sacrifié leur vie pour Cuba. Beaucoup d’Américains ont recueilli des fonds, ont soutenu la cause de Cuba et étaient à contre courant de la politique du gouvernement pro-impérialiste de Washington.

SL : Parlons maintenant d’une autre questiont. Quels changements a apporté le tourisme à Cuba ?

EL : Pour une île bloquée depuis maintenant 50 ans, surveillée et diabolisée, le fait que le tourisme s’ est développé à Cuba, rompant ainsi avec toutes les campagnes anti-cubaines, est un motif de satisfaction. Nous sommes une île et nous avons besoin d’avoir un dialogue permanent avec le monde qui nous entoure,. Les Cubains sont prêts au dialogue. Harcelés et assiégés par de multiples besoins, il est logique que le développement rapide du tourisme fasse ressortir des frictions et des situations complexes.

JPEG - 49.9 ko

Trois fois le tour de la ceiba Temple jetant une pièce de monnaie à ses racines et tranquillement avec son peuple.

Celui qui apporte toujours de l’argent joue un rôle clé dans une société en crise. Mais nous ne pouvons pas nous enfermer dans une forteresse de verre. Pour ces raisons, nous privilégions le dialogue, indépendamment du fait que cela va générer des ressources économiques nécessaires pour Cuba, d’autant plus que certains Américains peuvent se rendre à Cuba, grâce à des mesures d’assouplissement prises par l’administration Obama. En effet, ces mesures ne sont pas ce que nous attendions, ni ce que prévoit la Constitution des États-Unis, mais c’est une première étape. Rappelons que Cuba est le seul pays au monde que les citoyens des États-Unis ne peuvent pas visiter librement.
D’un point de vue touristique, Cuba est l’endroit le plus sûr au monde. Nous sommes ouverts aux touristes du monde entier, même aux États-Unis pour des raisons géographiques. Il est certain que le jour ou le blocus sera levé des centaines de milliers d’américains visiteront notre île.

SL : Cuba traverse une période de changements, de réformes, de mise à jour de son modèle socio-économique. Quel chemin Cuba entend prendre ?

EL : Cuba, qui a pratiqué la solidarité et a tendu sa main généreuse à ceux qui luttent et la souffrent, a le droit de suivre sa propre voie. Nous ne trahissons personne. Nous ne sommes endettés avec quiconque. Cuba se libère seule et profite de la solidarité de tous les honnêtes gens généreux sur la terre. Le professeur de Simon Bolivar est réputé pour avoir dit une fois : « Quand nous n’avons pas inventé, nous nous trompons. nous sommes attendus au tournant, comme toujours, à chaque fois que nous menons une bataille victorieuse. Mais peu importe, nous sommes habitués. Le changement est inévitable. Tout ce qui stagne périt. Les gens ont le droit de rectifier Le peuple a le droit de corriger ses erreurs, à trouver sa propre voie. Je suis convaincu que Cuba continue dans la bonne direction sans hésitation. Bien sûr, il teste la fameuse loi de la lutte entre les contraires, entre ceux qui veulent progresser et ses adversaires, y compris ceux qui veulent lever les sanctions économiques et Les partisans de cette politique anachronique.

JPEG - 24.3 ko

Dans le bureau de son mentor, Emilio Roig Luchering

SL:Les États-Unis justifient leur hostilité à l’égard de Cuba par la situation des droits de l’homme et le manque de démocratie. Comment réagissez-vous à cela ?

EL : Les démos est l’un des plus beaux héritages de la civilisation occidentale. Il est étonnant de voir les Etats-Unis imposer la démocratie de Périclès en bombardant un pays dans le monde arabe. Je pense que dans notre monde le droit à la singularité est essentiel. Les Etats-Unis refusent de l’admettre. Ils veulent uniformiser le monde, et en particulier Cuba, selon sa propre définition des droits de l’homme. Chaque fois qu’un homme lève la main sur une femme ou un gardien de l’ordre public a outrepassé ses pouvoirs, où une personne est victime d’une injustice, les droits humains sont violés. On découvre que des hommes soumis depuis des décennies à la torture de mort étaient en fait innocents. Leur innocence est parfois démontrée après leur assassinat. Dans ce pays qui veut s’ériger en juge, des dizaines de milliers de personnes sont en prison en attente de jugement. Le système bancaire et spéculatif a montré sa capacité prédatrice et a conduit à la ruine les honnêtes gens. Ce pays envoie à la mort ses enfants dans une prétendue guerre contre la barbarie. Ce pays est comme la Rome du IIIe siècle.

SL :Les États-Unis affirme que le gouvernement cubain tourne le dos aux intérêts de son peuple.

EL : Nous serions le pays le plus vil, les plus lâche, la plus pauvre de la terre, pour nous soumettre à cinq décennies de tyrannie sans se rebeller. Notre peuple s’est soulevé depuis plus de cent ans à de multiples occasions. Tout contre l’armée espagnole, qui était l’une des plus féroces dans le monde et cela avec honneur et détermination. La guerre a été longue et sanglante et nous avons obtenu notre liberté avant qu’elle ne soit entachée par l’intervention intéressée des États-Unis, qui voulaient s’emparer de Cuba, comme l’avait prévu José Martí. Ce peuple est capable d’être en colère, de prendre les armes et de combattre. Nous sommes un peuple de passion. Nous sommes un peuple hispanique et latino et au sang mélé.

SL : Est-ce que la Révolution cubaine n’a pas commis d’erreur ?

EL : La Révolution elle-même, comme toute révolution, ne peut ignorer sa propre histoire, avec ses moments d’erreurs. Globalement, les erreurs que les hommes commettent. Ne le sont au nom de l’idée, mais plutôt de fausse interprétation de l’idée. A Cuba, le salaire des femmes est égal aux hommes pour le même travail. À Cuba, il ya encore beaucoup de gens avec des préjugés, mais il n’y a aucun frais pour entrer à l’université. A Cuba, en dépit de tous nos besoins, pas un seul enfant ne dort sous un pont. Pas un seul enfant cubain ne travaille dans les mines. Ce sont les véritables droits de l’homme. Le droit à l’éducation, le droit à une vie décente, le droit à la santé. Il faut nous sommes juger à travers une série de paramètres. Que pouvez-vous dire de l’Amérique ? Nous n’avons pas conquis tout le monde. Nous n’avons pas les mains tachées du sang des esclaves et opprimés des travailleurs africains..

SL : Quel serait le message a envoyer au peuple américain ?

EL : Nous n’avons pas commis de crime. Lors des attaques des tours jumelles le 11 Septembre 2001, Cuba a offert son espace aérien à l’espace des avions américains. Fidel Castro a condamné sans hésitation le terrorisme. Nous n’avons pas honte d’avoir aidé ceux qui ont combattu pour leur émancipation en Amérique latine et dans le monde. Notre combat est un combat d’idées. Nous sommes reconnaissants aux citoyens américains qui ont soutenu José Martí. Nous exprimons notre gratitude aux Américains qui ont lutté pour l’indépendance de Cuba, Nous saluons les scientifiques américains qui ont mis leurs découvertes et leurs inventions au service de notre nation. Nous admirons la culture américaine Notre deuxième langue est l’anglais. , je pense que si les Etats-Unis avaient compris les causes de la Révolution cubaine, nous aurions vécu en paix. Cuba a exprimé par la voix de ses dirigeants être prête à discuter de toutes les questions avec le gouvernement des États-Unis, mais d’égal à égal.

JPEG - 69.5 ko

SL : Comment voyez-vous Cuba demain ?

EL : Je ne sais pas. Je pense que ça va être différent, non seulement par une loi naturelle de l’évolution de la société et de l’espèce, mais parce que les Cubains seront également différents. Je souhaite recevoir comme un cadeau ce concept hérité de nos parents.
Ma mère me disait souvent quand elle repassait des vêtements la nuit pour nous nourrir. "Je ne me prostituerai pas pour vous élever"
Espérons que la prochaine génération pensera la même chose de nous.


Salim Lamrani est docteur en études ibériques et latino-américaines à l’Université Paris Sorbonne-Paris IV, professeur à l’Université de La Réunion et journaliste. Spécialiste des relations entre Cuba et les États-Unis. Son dernier livre est intitulé Cuba. Les médias face au défi de l’impartialité, Paris, Editions Estrella, 2013 , avec une préface par Eduardo Galeano.


Commentaires

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

-* Victor Hugo - Visionnaire de Paix

Cliquer ICI :
http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com/

http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com

.Tres mares, Trois Mers

http://3mers-3mares.jimdo.com/3mers-3mares/biennale-de-la-havane-2015

Portail CUBARTE

http://www.cubarte.cult.cu/fr

POUR EN SAVOIR PLUS SUR CUBA COOPERATION FRANCE

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=2248

Traductor

English French German Spain Italian Dutch Russian Portuguese Japanese Korean Arabic Chinese Simplified

Brèves

13 février 2016 - Les Etats-Unis et Cuba vont rétablir des vols réguliers directs

Les Etats-Unis et Cuba vont signer mardi un accord bilatéral destiné à rétablir les liaisons (...)

29 décembre 2015 - Eusebio Leal lauréat du prix Campeche Ville du Patrimoine 2015

Par Martiza Mariana Rodriguez CUBARTE 28.12.2015
Le gouverneur Alejandro Moreno Cárdenas et le (...)

18 septembre 2015 - Le grand théâtre de La Havane prend le nom d’Alicia Alonso

– Le Conseil d’Etat de la République de Cuba a décidé de donner au grand théâtre de La Havane le nom (...)

25 août 2015 - La Havane accueillera le Congrès panaméricain des professionnels de l’infirmerie

La Havane, 25 août – « La contribution de l’infirmerie à l’excellence dans les services de santé », (...)

23 août 2015 - Le Cubain Alberto Juantorena est élu vice président de l’IAAF

La Havane, 21 août – L’ex coureur cubain, Alberto Juantorena a été élu vice président de (...)