Le rapt de Fangio à Cuba, comme le raconta Maurice Trintignant

vendredi 13 janvier 2017
par  Michel Porcheron

C’était une autre époque. Tellement lointaine que Fidel Castro était inconnu au bataillon. En dehors de Cuba et des colonnes du New York Times, où Herbert Matthews avait publié son fameux reportage (fin février 1957). Un temps où un champion automobile lui était mondialement célèbre, y compris dans l’Ile. Fangio y était aussi l’Argentin le plus connu, qui connaissait son compatriote Che Guevara ?

On connait, mondialement, les 24 Heures du Mans. On connait moins les 26 Heures de La Havane. Ce ne fut pas une course de Formule 1 de plus. Non, ce fut, fin février 1958, le temps que Juan Manuel Fangio, quintuple champion du monde, passa dans la capitale cubaine entre les mains et pour la cause, d’un groupe de rebelles castristes, la veille du 2e Grand Prix de Cuba. Il fut remis sain et sauf à un diplomate argentin en poste officiel à La Havane par ses ravisseurs qui avaient mené à bien « l’Operación Fangio », mise sur pied par Faustino Pérez, un proche de Fidel Castro. Magistrale.

Le pilote automobile français Maurice Trintignant, un des deux Français qui participèrent à cette course, raconta quelques semaines plus tard, à son retour chez lui, à Nîmes, cette épopée. Nous avons retrouvé le n° de la revue L’Automobile d’avril 58 où est publié un reportage de Georges Pagnoud.

Extraits du récit de « Pétoulet », surnom du coureur français depuis 1945.

Le rapt de Fangio à Cuba, comme le raconta Maurice Trintignant

Par Michel Porcheron

On est à « La Cave du Pétoulet », rue Emile-Jamais à Nîmes, un jour de mars 1958. Il y a là quelques clients fidèles, surtout des ménagères qui font leurs courses avant le repas de midi.

Un fort mistral souffle ce matin-là, « La Cave du Pétoulet » est d’autant plus accueillante. « Pétoulet » c’est le surnom de Maurice Trintignant (1917-2005, Nîmes), coureur (ou pilote) automobile fameux, heureux vigneron, spécialisé plutôt dans le rosé, tiré de ses 45 hectares, au Mas d’Arnaud, entre Vergèze et Vauvert, dans la campagne gardoise. Depuis 1930 Maurice est l’oncle de Jean-Louis.

JPEG - 16.4 ko

JPEG - 17.3 ko

Trintignant est rentré de La Havane où il a participé au 2E Grand Prix de Cuba (24 coureurs) le lundi 24 février, au volant de la Maserati de… Fangio, empêché. Et pour cause, le quintuple champion du monde de Formule 1, vainqueur du 1 er GP de Cuba l’année précédente, a été enlevé la veille, dimanche, par un groupe de rebelles cubains du Mouvement castriste du 26 Juillet. Fidel Castro, Raul, le Che, Camilo Cienfuegos et leurs hommes (combien ? peu) sont quelque part dans la Sierra Maestra.

JPEG - 15.3 ko

Fangio

PNG - 56.8 ko

L’Argentin Juan Manuel Fangio (1911-1995) sera « retenu patriotiquement » quelque 26 heures. Si le compte est bon, le groupe était formé de quelque 26 hommes et femmes (7) ça ne s’invente pas.

Ce matin de fin mars 1958, « Pétoulet » raconte pour l’assistance du jour. Le journaliste parisien Georges Pagnoud n’est pas là par hasard. Il boit lui du petit lait. Son reportage est reproduit dans le n° d’avril 1958 de l’Automobile (n° 144, 120 francs, pages 18 et 19, huit photos NB).

L’homme à la fine moustache noire se retirera des voitures en 1965, après 27 ans sur presque tous les circuits du monde. L’autre français des années 50 était Jean Behra. Un peu perdus au milieu des as du volant de l’époque comme Fangio, déjà une légende, Ascari, Villoresi, Stirling Moss, Mike Hawthorn, Peter Collins…

JPEG - 2.4 ko

JPEG - 4.6 ko

Extraits des propos de « Pétoulet » recueillis par Georges Pagnoud.

« Eh Pétoulet, c’est donc vrai que ce n’était pas une révolution pour rire …. » lance quelqu’un.

« En somme, vous aussi, vous allez m’obliger å vous la raconter mon histoire, comme si c’était pas la cinq centième fois que je recommence. Comme si je n’avais que cela à faire, enfin à des bons clients je dois bien cela ».

Il prend son temps, hésite, calcule.

Il va raconter, l’air de rien, seul Français témoin proche avec Jean Behra, ce que le journaliste et auteur Ignacio Ramonet appellera, 48 ans plus tard, rien que ça « le premier enlèvement politique à but médiatique de l’histoire » (2)

Enlèvement, rapt, kidnapping, séquestration ? Certes, mais pour les Cubains, les rebelles, ce fut « l’Operación Fangio », une « Retención patriótica », mise au point par Faustino Pérez (3), 38 ans. Parfaitement réussie. Objectifs atteints.

–Oui c’est cela, commence-t-il. Il devait être autour de six heures du soir. C’était après les essais du dimanche. J’arrive à l’hôtel Lincoln à Cuba, exactement, une, deux, mettons trois minutes après l’enlèvement de Fangio.

- Et alors ?

- Un peu de patience, que diable ! J’étais avec Bernard Cahier, un journaliste photographe français qui est aussi, cette année, mon manager. Je vois Ugolini, directeur du service des courses de Maserati, Guérino, chef mécanicien de la même marque, un jeune comte italien dont je ne sais plus très bien le nom, et puis un Argentin, de Tomasso et deux ou trois gars de l’automobile.

Ugolini a la mine défaite. ll est pâle comme un mort.

- Ca y est, on a enlevé Fangio.

- Qu’est-ce que tu dis ?

L’allure de catastrophe d’Ugolini ne disait rien qui vaille mais, de là à apprendre une pareille nouvelle, il y avait quand même une marge. Il fallut qu’il nous donne, à Bernard et à moi, de longues explications pour que je finisse par le croire. D’ailleurs, deux malabars en civil, des préposés à la garde rapprochée de Fangio vinrent appuyer ses dires.

- Tout à l’heure, nous raconta Ugolini, il est rentré ici, dans ce hall, un monsieur jeune et bien vêtu. Il est venu vers Fangio.

- Je suis un de vos admirateurs. Je voulais vous voir de près mais maintenant que c’est fait, je suis heureux et je m’en vais car je ne voudrais pas vous déranger !

Il est sorti. Sans doute pour avertir ses copains car, quelques minutes plus tard, il est revenu, accompagné cette fois de deux autres hommes qui avaient le revolver au poing et qui se trouvaient à trois mètres de la caisse de l’hôtel.

- Si quelqu’un bouge, tout le monde est mort ! a crié l’homme le plus grand tandis qu’un autre allait vers Fangio.

- Suivez-nous, nous ne vous ferons aucun mal mais n’opposez aucune résistance.

Ils ont emmené Jean-Manuel dans la rue lui mettant le revolver dans les reins. A pied, ils ont pris la première rue à droite où les attendait une voiture, laquelle est partie à vingt à l’heure.

Ils ont encore dit à Fangio : - Si la police fait de la résistance et tire, couchez- vous !

- J’ai très bien compris, inutile de me donner ce dernier détail a répondu Fangio.

Il n’avait rien à se reprocher. Il n’était pas tout à fait surpris, car l’année précédente déjà les organisateurs et le public avaient redouté un coup d’Etat des rebelles. Donc, les choses continuaient. Fangio a changé trois fois de voiture et de domicile. On lui a fait mettre un chapeau et des lunettes pour égarer les recherches. Puis il a été très bien traité. Nous, on s’en faisait plus que lui. Avait-il été transporté dans la forêt à mille kilomètres de là ou demeurait-il encore dans la ville dont toutes les portes étaient surveillées ?

Radios et télévision, tous les quarts d’heure, parlaient de l’affaire.

Le but des rebelles était largement atteint. Ils avaient attiré l’attention sur leur mouvement et sur ce Grand-Prix qu’ils reprochaient, parmi tant de choses, au Gouvernement.

Mais Juan-Manuel n’est pourtant revenu avec nous que le mardi matin, le lendemain de la course. Il était tout souriant. Nous avons bu le champagne pour fêter sa libération, mais c’est nous qui l’avons offert. Nous étions si heureux de le retrouver. Car c’est un bon, un grand camarade. Toujours très simple. Au contraire de beaucoup, il ne se vante jamais. Le sport gagnerait, moi je vous l’dis, à n’avoir que des gens de sa classe et de sa mentalité. En un mot c’est quelqu’un »

L‘aimable gérant de l’établissement intervient :

- En somme, vous avez fait un grand voyage pour pas grand-chose.

- Il ne faudrait quand même pas exagérer. Certes, à Cuba, je n`ai couru que six tours de circuit sur les 90 prévus pour 500 km (4) mais pour en arriver là j’avais eu bien des émotions avant.

D’abord, il faut dire qu’au moment de l’arrêt de la course (4) je devais être septième ou huitième, ça n’avait d’ailleurs pas grand importance puisqu’il n’y avait que cinq prix et surtout parce que ça « vasouillait » terriblement dans l’organisation. La preuve, c’est qu’on a classé devant moi Scarlati qui, depuis deux tours, était arrêté à son stand de ravitaillement. Ça situe le pointage. Dans ces conditions, comment voulez-vous que le classement puisse compter pour les championnats ? Ca ne serait pas sérieux.

- D‘autres histoires ? J’y arrive, patience, que diable !

- J’étais allé disputer le Grand Prix de Buenos-Aires avec la C. T. Ferrari 3 litres. Je devais faire le Grand Prix de Cuba avec cette même voiture. Elle devait voyager d’Argentine à Cuba par avion. Mais voilà-t-il pas qu’au moment de l’embarquement, on la trouve trop grosse. Elle touche de partout, Il faut un avion spécial. C’est vite dit. Mais ça fait 1600 dollars. Aussi le père Giambertone, le manager de Fangio et l’organisateur de l’expédition se met à « tiquer »

- Vous en faites pas, je me débrouillerai là-bas pour vous en trouver une. Du coup, la Ferrari a pris une direction différente : Gênes par bateau. Et, de là, la révision à Modène.

À Cuba, Giambertone s’est immédiatement mis en quête de me découvrir un engin. Il a trouvé une Jaguar toute neuve qui appartenait à un gars du pays, un Maurice comme moi. Il était bien gentil, ce garçon, mais il prêtait sa voiture à une condition : faire la moitié de la course. Je n’étais pas contre, d’autant plus que je n’avais pas le choix, mais je pensais que, dans ces conditions, nous n’avions guère de chances au classement final. Je commence donc à m’entraîner avec une Jaguar. Là-dessus, je suis invité à une réception donnée par M. Kimberley, un gros marchand de papier et autres articles hygiéniques de Chicago dont le yacht est ancré dans le port.

Un type charmant, « sympa » ce M. Kimberley. On discute de tout avec lui et surtout de la course du surlendemain.

- Je vois que vous n’êtes pas très chaud pour la Jaguar, me dit-il. Aussi, je vous propose une chose : vous et moi nous faisons moitié-moitié avec ma Maserati 4,5 l. Sa proposition ne me déplaît pas. Ma décision est prise : je courrai 50 tours sur la Jaguar, puis sauterai en voltige sur la Maserati avec laquelle j’accomplirai 40 tours. C’était du sport !

Là-dessus surviennent les événements qui fichent tous nos projets par terre car, une heure et demie avant la course, alors que je me trouvais déjà sur le circuit, Giambertone s’approche de moi :

- Dis donc, la voiture de Fangio est toute prête. Aucune raison qu’elle ne serve pas, tu la prends.

– Mais moi je ne la connais pas.

- Débrouille-toi avec Guérino

Je vous l’ai dit, Guérino c’est le chef- mécanicien de Maserati. Le « joujou » de Fangio que je ne connais ni d’Eve d’Adam est dans le parc à voitures. Guérino m’y installe, il me montre la position des pédales, les vitesses, la mécanique, le régime du moteur. C’est tout différent des voitures que je devais piloter.

- Faites une vingtaine de tours en n’allant pas trop vite, me recommande Guérino. Partez mollo, mollo, après ça ira tout seul. Le drapeau se lève bientôt. Et je démarre heureux comme un pape pour me retrouver six tours après où vous savez (4)

Propos de M. Trintignant recueillis par Georges Pagnoud pour L’Automobile, avril 1958/

JPEG - 13.5 ko

BONUS (mp) :

(1)- « Pétoulet » fut le surnom de Maurice Trintignant depuis 1945, à l’occasion de la Course du Bois de Boulogne. « La fameuse histoire des « pétoules » dans le réservoir, en provençal ce sont des crottes de rat, mélangées à des morceaux de paille, elles avaient stagné dans le réservoir pendant la guerre, dans une grange où j’avais garé ma Bugatti 35/41, en oubliant de remettre le bouchon du réservoir. Quand j’ai redémarré le moteur, elles avaient pénétré dans les durites et le carburateur s’était bouché au bout de quelques kms ». Après l’arrivée, une fois informé, c’est le coureur Jean-Pierre Wimille qui a baptisé son ami Trintignant « Pétoulet » et le surnom est resté.

(2)- dans le livre « Fidel Castro, Biographie à deux voix, Fayard/Galilée, 2006. I.Ramonet écrit aussi : « La nouvelle fait le tour du monde. L’objectif était précisément de dénoncer aux yeux de l’opinion publique internationale la situation à Cuba » que Batista dirigeait d’une main de fer, appuyé par le gouvernement de Washington. Le dictateur était loin de penser que dix mois plus tard il serait obligé de fuir La Havane.

(3)-Faustino Pérez (1920-1992), le stratège de « la Operacion Fangio » : Issu d’une famille paysanne moyenne de Caibaguan, médecin, il fut le principal dirigeant du M-26 à La Havane. Commandant de l’Armée Rebelle, il avait participé à l’expédition du Granma. Membre du Comité central du PCC jusqu’à son décès. « Un homme que l’appréciais énormément malgré son entêtement et que je continuerai d’estimer pour toutes ses qualités révolutionnaires » (Fidel Castro, 1994)

La vie, l’œuvre de Faustino Pérez, lire, en espagnol :

https://www.ecured.cu/Faustino_P%C3%A9rez

(4)- A la suite d’un grave accident de course (sur le circuit du Malecón), ce 2 e Grand Prix de Cuba fut arrête. La Ferrari du Cubain Armando Garcia Cifuentes, dérapant à 120 km à l’heure sur une flaque d’huile, fit un triple tonneau avant de s’écraser dans la foule des spectateurs. Bilan : six morts et une cinquantaine de blessés. Lors de ce sixième tour, c’est Stirling Moss (Ferrari) qui était en tête. Pour la forme il fut déclaré vainqueur de ce GP meurtrier que tout le monde voulut oublier.

Tout est bien qui finit bien, auraient pu dire les ravisseurs et Fangio lui-même. D’ailleurs, le champion argentin rédigea quelques lignes, avant de quitter sa dernière résidence surveillée. Il explique qu’il a été bien traité et que ses ravisseurs se sont excusés de cette situation qui n’avait rien à voir avec sa personne.

JPEG - 26.4 ko

En 1981, il revint à Cuba, rencontrant Fidel Castro et quelques-uns de ses ravisseurs. « Il ne nous a pas seulement pardonnés, il nous a compris », déclara l’un d’entre eux.

Fangio deux fois ravi. Happy end de cette histoire.

MP/ mp


Documents joints

Le rapt de Fangio à Cuba et M.Trintignant
Le rapt de Fangio à Cuba et M.Trintignant

Agenda

<<

2017

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272812345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

-Victor Hugo - Visionnaire de Paix

Cliquer ICI :
http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com/

http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com

.Tres mares, Trois Mers

http://3mers-3mares.jimdo.com/3mers-3mares/biennale-de-la-havane-2015

Portail CUBARTE

http://www.cubarte.cult.cu/fr

POUR EN SAVOIR PLUS SUR CUBA COOPERATION FRANCE

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=2248

Traductor

English French German Spain Italian Dutch Russian Portuguese Japanese Korean Arabic Chinese Simplified

Brèves

22 juillet 2015 - Le parlement cubain ouvre ses comptes sur Twitter et Facebook

– L’Assemblée nationale du Pouvoir Populaire cubain (Parlement) a lancé ses pages officielles sur (...)

21 juillet 2015 - Francis Ford Coppola est à Cuba

Francis Ford CoppolaLa Havane, 17 jullet – Le célèbre réalisateur, producteur et scénariste (...)

20 juin 2015 - Une exposition photo de Mariline Dubois sur les abeilles mélipones de Cuba

Par Mariette et Alain Benoit à la Guillaume CUBARTE 14.06.2015
Á l’occasion du lancement de la (...)

19 juin 2015 - La 15e édition du Colloque International Ernest Hemingway

Par Maritza Mariana Hernández CUBARTE 19.06.2015
La 15e édition du Colloque International (...)

19 avril 2015 - La puissance des livres...

Chronique de Jacques Lanctôt publiée par le journal canadien CANOE
Deux grands hommes sont (...)