La Maison de Victor Hugo, à Paris, présente pour la première fois une exposition de plus de 150 caricatures sur le géant des lettres (jusqu’au 6 janvier 2019)

samedi 10 novembre 2018
par  Michel Porcheron

« La Maison de Victor Hugo, Place des Vosges, présente pour la première fois une exposition autour de l’image publique de Victor Hugo à travers le style de la caricature (13 septembre 20187 au 6 janvier 2019).

La renommée de Victor Hugo et son engagement politique ont fait de l’écrivain un sujet de prédilection des caricaturistes de son temps qui souvent, l’ont croqués plutôt rudement et parfois même avec férocité. Parmi ces dessinateurs il sera possible de retrouver des signatures prestigieuses de Daumier, G. Doré, Cham, Gill, Lepetit, Nadar, Roubaud…

Les visiteurs de la maison de Victor Hugo sont ainsi invités à découvrir une sélection de plus de 150 caricatures (parmi un fonds de plus de 300 œuvres) à travers un parcours chronologique en quatre grandes parties, de 1830 aux funérailles du poète en mai 1885 » (source : site officiel).
(mp)

Caricatures - Hugo à la Une !

« Caricaturé, moqué, récupéré ? Victor Hugo, indompté ! »

Le Monde/ par Macha Séry /posté par Michel Porcheron

Une exposition de caricatures, à Paris, et un livre du sénateur Jean-Pierre Sueur, rappellent à quel point le grand écrivain reste présent.

« La Petite Lune » de janvier 1879 : lithographie en couleur d’André Gill (1840-1885).

On ne voit que lui : son front immensément dégagé. Jeune, Victor Hugo (1802-1885) était un condottiere macrocéphale portant ses cheveux noirs longs et en broussaille. « La plus forte tête romantique », ainsi que le qualifia Benjamin Roubaud au bas d’une de ses lithographies.

En 1849, le génial Honoré Daumier le juche sur une pile de livres et ironise sur son esprit de sérieux : « On vient de lui poser une question grave, il se livre à des réflexions sombres – la réflexion sombre peut seule éclaircir la question grave ! – aussi est-il le plus sombre de tous les grands hommes graves ! »

Idole et icône du peuple

Au fil des décennies, Victor Hugo a muté physiquement, de même que politiquement. De retour d’exil, en 1870, avec barbe et crinière blanches, il s’impose en justicier de la Nation, en patriarche des Lettres et de la République. C’est un homme-lion abandonné sur un rivage désert, pour son ami et caricaturiste André Gill. Le voilà idole et icône du peuple.

Il possède toujours ce vaste front dont l’intéressé, ex-enfant rachitique, s’enorgueillissait, signe, pour lui, de supériorité intellectuelle ; il a fourni un trait essentiel aux dessinateurs de presse qui le croquèrent de son vivant.

En témoigne l’exposition « Caricatures. Hugo à la “une” », qui se tient à la Maison de Victor Hugo (6, place des Vosges, Paris 4e, jusqu’au 6 janvier 2019).

[ A consulter aussi avec intérêt : http://www.maisonsvictorhugo.paris.fr/fr/professionnels/presse-et-communication

Dossier de presse, 15 pages illustrées :

http://www.maisonsvictorhugo.paris.fr/sites/victorhugo/files/cp_dp_visuels/dossiers_de_presse/dp.pdf

Un ouvrage, sous la direction de Victor Gille, conservateur, accompagne l’exposition (142 x 200 mm, 288 pages, Illustrations : 160, prix 18 euros.

Voir Note en bas de texte.

Sur la plus grande exposition de caricatures sur Victor Hugo, lire sur notre site : http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=897 ]

L’exposition de la Place des Vosges
invite à contempler 180 portraits, sévères ou bienveillants (parmi un fonds de plus de 300 œuvres) de 1830 aux funérailles du poète, en mai 1885, auxquelles assistèrent trois millions de personnes. Dans les représentations satiriques dont il fit l’objet, l’écrivain fut souvent fondu à ses œuvres : homme-cathédrale après Notre-Dame de Paris, grand succès populaire en 1831 ; homme-océan après Les Travailleurs de la mer, publié en 1866.

Victor Hugo au Sénat

Il y était répertorié, en 1876, « EG » (pour extrême gauche).

Après la bataille d’Hernani, l’arène politique. Victor Hugo a été abondamment moqué pour ses ambitions : sa quintuple candidature l’Académie française, son amitié avec le roi Louis-Philippe, sa nomination à la Chambre des pairs en 1845 – assemblée où il défendit pourtant la mise en place d’un code de protection sociale pour les ouvriers.

De royaliste, Victor Hugo deviendra socialiste. Il prendra fait et cause pour les communards massacrés ou arrêtés en 1871, ce qui aiguisera à son encontre la férocité des journaux conservateurs. Au reste, Jean-Pierre Sueur, sénateur du Loiret, ancien élève de l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud et ancien maître de conférences à l’Université d’Orléans, nous apprend, dans Victor Hugo au Sénat (Corsaire, 144 p., 14 €) que celui-ci y était, en 1876, répertorié « EG » (pour extrême gauche).

Lire aussi : Victor Hugo ou l’infini

L’écrivain prononça, notamment, trois discours en faveur de l’amnistie, reproduits en fac-similé dans l’ouvrage. Pour les insurgés, condamnés à la déportation en Nouvelle-Calédonie et séparés de leur famille, il « la demande pleine et entière. Sans conditions. Sans restrictions. Il n’y a d’amnistie que l’amnistie. L’oubli seul pardonne. L’amnistie ne se dose pas. Demander : Quelle quantité d’amnistie faut-il ? c’est comme si l’on demandait : Quelle quantité de guérison faut-il ? » Et de mettre en parallèle les crimes perpétrés par Louis-Napoléon Bonaparte lors du coup d’Etat du 2 décembre 1851, « crime d’un homme contre une nation (…) passé à l’état de crime légal et de forfait inviolable »(Macha Séry)

Note sur l’ouvrage (site officiel) :

« Victor Hugo est dans doute la personnalité la plus caricaturée au monde. Plus d’un millier de portraits-charges accompagnent la vie littéraire et politique de l’écrivain. Rassemblés, ils content, à travers des prismes déformants, l’histoire de celui qui fût d’abord perçu comme la « plus forte tête romantique » à l’ambition et au front démesurés, avant de devenir « le justicier », « le génie », patriarche à barbe blanche. La caricature n’a pas toujours été témoignage de vénération : elle n’a pas épargné le député élu en 1848, lui reprochant son « changement de front ». Moqueuse, elle n’hésitera pas à faire de l’exilé, un « Hugo-lion » isolé sur son rocher. L’imagerie suit les mouvements de l’opinion et traduit la perception du public.

Pour la première fois, la Maison de Victor Hugo présente une sélection de portraits-charges de son fonds d’estampe : environ 150 caricatures aux signatures prestigieuses : Daumier, Doré, Cham, Gill, Le Petit, Nadar... L’ouvrage, accessible grâce à son petit format et son prix, redonne, grâce à des commentaires vifs et concis, le contexte de ces illustrations de presse, et offre à chacun la possibilité de les apprécier à leur juste valeur. »

(mp)


Agenda

<<

2018

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

-* Victor Hugo - Visionnaire de Paix

Cliquer ICI :
http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com/

http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com

.Tres mares, Trois Mers

http://3mers-3mares.jimdo.com/3mers-3mares/biennale-de-la-havane-2015

LE MAGAZINE

LE MAGAZINE N° 33

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=3958/

Portail CUBARTE

http://www.cubarte.cult.cu/fr

POUR EN SAVOIR PLUS SUR CUBA COOPERATION FRANCE

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=2248

Traductor

English French German Spain Italian Dutch Russian Portuguese Japanese Korean Arabic Chinese Simplified

Brèves

22 juillet 2015 - Le parlement cubain ouvre ses comptes sur Twitter et Facebook

– L’Assemblée nationale du Pouvoir Populaire cubain (Parlement) a lancé ses pages officielles sur (...)

21 juillet 2015 - Francis Ford Coppola est à Cuba

Francis Ford CoppolaLa Havane, 17 jullet – Le célèbre réalisateur, producteur et scénariste (...)

20 juin 2015 - Une exposition photo de Mariline Dubois sur les abeilles mélipones de Cuba

Par Mariette et Alain Benoit à la Guillaume CUBARTE 14.06.2015
Á l’occasion du lancement de la (...)

19 juin 2015 - La 15e édition du Colloque International Ernest Hemingway

Par Maritza Mariana Hernández CUBARTE 19.06.2015
La 15e édition du Colloque International (...)

19 avril 2015 - La puissance des livres...

Chronique de Jacques Lanctôt publiée par le journal canadien CANOE
Deux grands hommes sont (...)