Le système de santé et l’industrie biopharmaceutique à Cuba à l’aube de 2019


La situation du secteur de la santé fin 2018, ses défis, avancées et priorités pour 2019, la production de médicaments, le contexte économique et international dans lequel l’industrie biopharmaceutique se développe, et l’interrelation entre le système de santé et le système de recherche et la production de médicaments et d’équipements médicaux occupait lundi 24 décembre l’espace de la table ronde. ( Mesa Redonda ; émission télévisée quotidienne à Cuba ndt).

Cet article traitant à la fois du bilan et des perspectives du système de santé à Cuba et de l’industrie pharmaceutique a fait l’objet de l’émission télévisée cubaine « Mesa redonda ». Compte tenu de l’importance de tous les éléments dont il fait état, et pour une lecture plus fluide, il nous a semblé nécessaire de le scinder et de le publier en deux parties ; en conséquence la partie relative à l’industrie biopharmaceutique fera l’objet d’une publication ultérieure.
Chantal Costerousse

Avec la présence dans le studio du Dr Roberto Morales Ojeda, vice-président des Conseils d’État et des ministres, la table ronde s’est déroulée avec les interventions du ministre de la Santé publique, le Dr José Ángel Portal Miranda ; du vice-ministre de ce secteur, M. Marcia Cobas Ruiz ; du président du groupe BioCubaFarma, le Dr. Eduardo Martínez Díaz, et de son premier vice-président, la Dr. Teresita Rodríguez Cabrera.

"Cette année, les indicateurs de santé et la couverture de la population ont été plus élevés. En général, le bilan est positif à la fin de l’année, mais les insatisfactions sont nombreuses et nous sommes loin de ce que nous voulons », a déclaré le ministre de la Santé.

Actuellement, a déclaré Miranda Portal, 51% du budget de l’État cubain sont consacrés à la santé et à l’éducation ; sur ce total, plus de 27% sont spécifiquement consacrés au secteur de la santé et à l’assistance sociale.
Dans tout le pays, 13 000 établissements de santé fournissent des services à la population (150 hôpitaux, 449 polycliniques, 10 869 cabinets de médecins de famille) et plus de 94 000 médecins, "le plus précieux, ce dont manquent de nombreux pays ", avec un pourcentage de 8,2 médecins pour mille habitants
.

En outre, Cuba compte 19 000 stomatologues et 85 000 infirmiers et infirmières. "C’est un potentiel hautement préparé pour garantir la couverture et la qualité avec la satisfaction de la population. 57,4% de nos travailleurs sont des professionnels et plus de 92% d’entre eux ont été formés par le secteur de la santé lui-même. "
Tout cela, a déclaré le ministre, dans un monde où "les chiffres officiels indiquent que plus d’un milliard de personnes passent leur vie sans avoir vu un professionnel de la santé".

"Ce n’est pas le cas de Cuba, où tous ont cette possibilité. Nous sommes présents pratiquement sur tous les continents. Nous avons formé et formons des professionnels pour d’autres pays. Récemment, nous attendions la décision du ministère de la Santé publique de ne plus continuer à participer au programme « Plus de médeçins » au Brésil. C’était une décision douloureuse, mais nécessaire, liée à la dignité professionnelle de nos médecins et à leur sécurité.

Une opération difficile et dans des circonstances complexes

Les Cubains qui participaient à « Plus de médecins » étaient situés dans 2 860 municipalités de la vaste géographie brésilienne. Le retrait du Brésil a été une opération très complexe : un groupe composé des ministères des Transports, des Affaires étrangères, du Commerce extérieur et de la Santé publique, ainsi que du Bureau général des douanes de la République, a été mis en place à Cuba.
"Un groupe d’organisations sous la direction du parti et du gouvernement, dirigé par le vice-président Roberto Morales Ojeda, a mené l’opération dans plusieurs directions.
Premièrement, faciliter le retour et la protection de nos collaborateurs, assurer la protection de leurs propriétés et parvenir à ce que soient communiquée au peuple cubain et au monde notre version de l’affaire », a déclaré à la table ronde, Marcia Cobas Ruiz, Vice-Ministre de la Santé.
"Il a été très difficile d’organiser le retrait au Brésil, nous n’avions déjà plus la collaboration du gouvernement. Nous devions le faire sur la base de notre accord avec l’Organisation panaméricaine de la santé et avec la propre volonté de nos médecins. C’est la plus grande reconnaissance qui a été accordée à nos médecins qui se trouvaient au Brésil : 63% de la brigade étaient des jeunes, 66% étaient des femmes et beaucoup ont dû quitter des endroits difficiles d’accès dans des conditions extrêmement complexes.
Cobas Ruiz a rappelé à cet égard que, dans le cas de ceux qui se trouvaient en Amazonie, il y avait un bateau une fois par mois. "Les dates ne coïncidaient pas avec celles qu’ils avaient prévues pour quitter leurs municipalités et ils attendaient depuis plusieurs jours une solution, ils ne voulaient pas que l’avion de la Cubana arrive et risquer de ne pas être présents ; il y a des jours inoubliables pour leur intégrité, pour l’indignation qu’a provoqué l’offense du président élu du Brésil, qui remettait en question leur capacité, leur préparation et l’affection de la population.
La vice-ministre de la santé a signalé que des propositions ont été faites à de nombreux médecins avec de bonnes conditions de vie et de travail, « mais ils ont décidé avec dignité que le retour dans leur patrie et dans leurs familles était ce qu’ils avaient de mieux à faire dans ces moments là ».
Lorsque est intervenue la cessation de la participation cubaine à « plus de médecins » 8471 médecins cubains travaillaient au Brésil, mais quasi 20.000 étaient déjà passés par là. « Certains y avaient fondé des familles et sont restés avec dignité et engagement, travailler comme membres de la brigade en accomplissant leur devoir comme l’ont fait d’autres collaborateurs dans d’autres pays qui ont fondé des familles là bas et sont restés en travaillant avec les brigades et en conservant des liens avec leur patrie »

Sur les 8 471 employés qui se trouvaient au Brésil quand Cuba a décidé, mi-novembre, de quitter l’opération, 7 635 ont achevé la mission, soit plus de 90% et jusqu’à présent, 836 ne sont pas rentrés.
Un rôle clé dans le retour des médecins fut celui de Cubana de Aviation à partir du 20 novembre.
"En vingt jours, avec deux ou trois vols quotidiens, nous avons dû coordonner et gérer le départ de tous ces médecins. Cela révèle les efforts que le pays et Cubana de Aviacion ont dû déployer ; ce n’est pas différent de ce que Cubana a fait pendant près de soixante ans de coopération médicale internationale cubaine, transportant toujours nos collaborateurs ", a déclaré Cobas Ruiz.

La fin de l’année 2018 a été marquée par le départ des médecins cubains du Brésil, mais aussi par les 55 ans de collaboration médicale internationale cubaine. Depuis l’arrivée des premiers collaborateurs cubains en Algérie, au début des années 1960, plus de 600 000 missions ont été effectuées dans 124 pays et plus de 400 000 agents de santé y ont participé, certains dans plus d’une occasion.
Avec ces données, la vice ministre de la Santé a souligné : « aujourd’hui, nous sommes présents dans 66 pays avec plus de 34 000 travailleurs. Nous sommes dans 30 pays d’Afrique. Il est très important de collaborer là-bas, car nous allons dans les endroits les plus pauvres et les plus nécessiteux, parfois dans des conditions très difficiles.
Nous sommes présents dans 13 pays en Amérique, 11 dans les Caraïbes, 8 en Asie, 3 en Océanie et un en Europe.
"Elle a déclaré que la brigade médicale brésilienne était l’une des plus importantes, mais que la plus grande brigade médicale cubaine reste celle du Venezuela, avec plus de 22 000 travailleurs humanitaires. Il y a plus de 1 700 agents de santé en Angola, 900 en Algérie ; Il existe au Qatar un hôpital entièrement géré par des Cubains, accrédité à deux reprises par la « Joint Commission International » qui a récemment délivré deux prix internationaux pour sa qualité : 1 à un jeune cardiologue de Villa Clara et l’autre à un infirmier.

Nouvelles technologies et bilan 2018

Les données présentées lors de la table ronde par le ministre de la Santé publique, José Ángel Portal Miranda, indiquent que :
Au cours des cinq dernières années, 25 613 instruments médicaux ont été introduits dans le système de santé cubain, pour un coût de plus de 230 millions de dollars.
En 2018, plus de deux mille équipements ont été introduits, qui ont profité à toutes les spécialités et à la grande partie des institutions.

Ressources humaines 

La formation est maintenue dans 13 universités de médecine et autres institutions, avec plus de 101 000 étudiants actuellement ; sur ce nombre, 87 000 diplômés universitaires et 29 000 sont en résidence. "Nous formons les spécialistes dont nous avons besoin, en priorité dans les services qui en demandent le plus. Nous formons non seulement des médecins, des technologues et des infirmiers pour le pays, mais aussi pour d’autres pays. "

Une priorité, au-delà des chiffres, a été la qualité de la formation. "Nous sommes en train de travailler dans cette dernière étape dans l’accréditation de nos carrières et universités, spécialités, masters, pour nous assurer que cette formation ait la qualité nécessaire."

  • En 2018, le nombre de consultations médicales a considérablement augmenté : nous sommes passés de 94 millions à 99 millions dans le pays. "La chose la plus importante est que sur ce nombre de consultations, 86,2 millions ont été effectuées en soins primaires. Quatre millions de plus qu’il y a un an. C’est ce à quoi nous aspirons : que de plus en plus de personnes soient vues à ce niveau d’attention.

"Nous n’obtenons toujours pas ce que nous voulons ;
Nous arrivons toujours aux urgences de l’hôpital et elles sont bondées, bien qu’elles ne se comportent pas partout de de la même façon. Mais la diminution des consultations dans les urgences des hôpitaux et des polycliniques a déjà commencé à avoir un impact. "

  • Un autre indicateur favorable en 2018 a été le faible taux de mortalité infantile.
    "En 2017, nous avions le taux de mortalité le plus bas de l’histoire, de quatre pour mille naissances vivantes. Cette année, nous devons terminer de la même manière. Aujourd’hui nous sommes à 3,9 pour mille.
  • "Nous travaillons dans la prise en charge du couple stérile dans le cadre du programme mère-enfant. Nous savons que c’est un programme d’une grande sensibilité pour le couple et la famille. Nous avons aujourd’hui 102 000 couples suivis dans le pays. Mais le plus important, c’est que le nombre de grossesses a augmenté, atteignant 3 620 cette année, soit un total de 2 222 de plus qu’en 2017.

Cela concerne la consolidation des consultations au niveau municipal, des services dans les hôpitaux et des quatre centres de haute technologie existant dans le pays. Nous avons réussi à résoudre plus de 60% des problèmes d’infertilité que nous avions. C’est un programme coûteux, à la fois en technologie et en médicaments. L’année prochaine, nous prévoyons de nous développer dans deux nouveaux centres de haute technologie, pour atteindre les six. "

Dans les hôpitaux, nous faisons, depuis plus de six ans, plus d’un million d’opérations par an, ce qui implique un bon travail dans toute la dynamique de l’hôpital. Plus de 16% des chirurgies majeures non urgentes ont été effectuées avec un accès minimal. "Ce n’est pas exclusif au Centre national d’accès minimum ; Nous avons apporté ces mêmes technologies au reste des centres du pays. "

En stomatologie, nous avons atteint une plus grande stabilité. Le temps d’attente pour les prothèses diminue et les extractions dentaires sont réduites d’environ 17%. "Il y a moins d’extractions qui sont effectuées et les services se rapprochent des demandes de la population." Ici, les technologies ont été introduites et renouvelées.

Dans le cadre du programme de lutte contre le cancer (deuxième cause de décès à Cuba), de nouvelles technologies, la radiothérapie et la curiethérapie ont été introduites. "nous avons continué à intégrer des technologies très innovantes, qui existent aujourd’hui dans les pays les plus avancés."
Un autre programme privilégié a été le don de sang. "Depuis six ans, nous maintenons l’accomplissement mensuel des dons, en collaboration avec les CDR. (comité de défense de la révolution ndt). Le volume des dons est en adéquation avec l’augmentation du nombre de chirurgies et la production de produits sanguins. "

En 2018, sept maisons de retraites et cinq maisons de repos pour personnes âgées ont également été créées. De plus, de nouveaux spécialistes en gériatrie et services de gériatrie se préparent dans les hôpitaux.

En ce qui concerne le programme de médicaments, le tableau de base est de 761 "et nous avons augmenté le nombre de produits naturels, lequel a atteint 153.
2018 a été l’année où le plus de produits naturels a été fabriqué dans le pays ; un total de 80 millions.
Aujourd’hui, nous avons 37 unités d’innovation scientifique et technologique dans le système de santé. Plus de 4 323 chercheurs et 1 075 docteurs en sciences. "Nous avons 1 500 projets de recherche qui répondent aux principales priorités du système de santé.
2018 a été l’année au cours de laquelle nous avons connu la plus forte croissance dans les catégories scientifiques, les soutenances de doctorat et les diplômes de maîtrise ".

Aujourd’hui, nous travaillons sur 153 essais cliniques ; nombre d’entre eux sont liés à la biotechnologie et à l’industrie pharmaceutique.
Maintenant, parlons d’autres problèmes que nous allons développer à l’avenir : nous introduisons la médecine de précision ; de la bio nanotechnologie et de la robotique. Nous faisons partie d’un groupe de travail car le développement de la médecine est également lié au développement de la robotique. "
"La stabilité de la situation épidémiologique nous a permis de nous consacrer davantage au développement, malgré la complexité de la situation internationale et le boom du tourisme. Cela passe par les niveaux de vaccination : nous avons 11 vaccins contre 13 maladies, dont huit de production nationale ».
Cuba ne rapporte pas aujourd’hui la présence de Zika ou de Chikungunya. "Certaines épidémies de dengue auxquelles nous avons dû faire face sont sous contrôle."

Amélioration des infrastructures 

Le programme a été lancé en 2012 et a permis de favoriser plus de 45 000 objets de travail dans 4570 établissements de santé. "En 2018, nous avons travaillé sur 60 objets de travaux d’investissement et 8 500 institutions ont été favorisées pour une maintenance constructive." Le programme a nécessité un investissement de plus de 400 millions de pesos.


http://www.cubainformacion.tv/index...

Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

-* Victor Hugo - Visionnaire de Paix

Cliquer ICI :
http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com/

http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com

.Tres mares, Trois Mers

http://3mers-3mares.jimdo.com/3mers-3mares/biennale-de-la-havane-2015

LE MAGAZINE

LE MAGAZINE N° 33

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=3958/

Portail CUBARTE

http://www.cubarte.cult.cu/fr

POUR EN SAVOIR PLUS SUR CUBA COOPERATION FRANCE

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=2248

Solidarité avec les Cubains : faire un don

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=4126/

Traductor

English French German Spain Italian Dutch Russian Portuguese Japanese Korean Arabic Chinese Simplified