L’été du cinéma cubain

Marseille accueillait du 9 au 15 juillet le 30[[ème]] FID, Festival International de Cinéma.
samedi 27 juillet 2019
par  Agnès Legouze, Philippe Mano

En compétition cette année un film cubain« La Imagen del Tiempo » du jeune réalisateur Jeissy Trompiz. Un gros succès public pour ses trois séances de diffusion. Entre fiction et documentaire ce film situe une histoire d’amour et de déambulation dans La Havane à la recherche d’une jeune femme disparue, à l’heure où Obama et Castro ont décidé l’évolution des relations entre les deux pays. Images d’aujourd’hui mais aussi d’hier quand le grand père catalan filmait son installation à La Havane. La Catalogne qui fut si présente à Cuba comme le rappelle Leonardo Padura dans un entretien récent à La Vanguardia, le quotidien de Barcelone.


Sur les écrans français cet été le film « Yuli » de la réalisatrice espagnole Iciar Bollain sur le célèbre danseur cubain Carlos Acosta.
Le destin de Carlos Acosta, une légende dans le monde de la danse et le premier danseur noir à avoir interprété certains des rôles les plus célèbres du ballet. L’histoire du danseur qui ne voulait pas danser.
« J’aime pas la danse, moi ! Je veux pas danser, je veux pas aller dans cette école ! J’irai plus ! » Yuli a une dizaine d’années lorsqu’il lance ces quatre vérités à son père. Le ballet deviendra pourtant la vie de Carlos Acosta, l’un des brillants « principals » du Royal Ballet de Londres (entre autres), qu’il quittera en 2015 et qui recevra le titre de Commandeur de l’Ordre britannique pour une carrière exceptionnelle. Aujourd’hui, de retour à Cuba, Carlos Acosta y a créé sa compagnie de danse. Ne ratez pas Yuli..!

Le monde du cinéma et de l’audiovisuel a beaucoup évolué ces dernières années à Cuba avec de nombreux acteurs « indépendants ».
Il était nécessaire que les institutions culturelles officielles adoptent une nouvelle politique en faveur de la création cinématographique et audiovisuelle.
"Nous devons reconnaître le rôle joué, avec une grande responsabilité, par les créateurs de films et d’audiovisuels qui travaillent depuis longtemps, analysant, proposant, écrivant, consultant directement pour atteindre ce résultat. Sans leur participation, nous n’aurions pas pu le faire . Je tiens à souligner que ce n’était pas une aide, car ils étaient les protagonistes de ce processus ", a déclaré Ramon Samada le président de l’ICAIC.

Nous reproduisons ici des extraits d’un article très complet du site Cubadebate, en date du 27 Juin, qui présente cette nouvelle donne.
PHM

Cuba établit une nouvelle politique en faveur de la création cinématographique et audiovisuelle

La reconnaissance et la réglementation de l’œuvre du créateur indépendant, qui disposera d’un registre formalisant sa capacité juridique, ainsi que la création de groupes de créateurs, un Fonds pour la promotion du cinéma, une Commission du film pour faciliter la production nationale et étrangère et trois nouveaux projets. Les personnalités indépendantes sont parmi les changements apportés par la nouvelle politique adoptée par Cuba pour le développement de la création audiovisuelle et cinématographique nationale.
L’organe juridique de la nouvelle politique - publié par le Journal officiel ordinaire n° 43 -est composé du décret-loi n ° 373 du créateur audiovisuel et cinématographique indépendant, signé en mars par le président du Conseil d’État ; Accord 8613 du Conseil des ministres, qui approuve le Fonds de développement, la Commission du film et un bureau d’attention à la production, ainsi que les résolutions des ministères de la Culture, du Travail et de la Sécurité sociale, des Finances et des Prix ; l’ICAIC et la Banque centrale.
Présentant devant la presse les nouveaux règlements et instruments, le président de l’ICAIC, Ramón Samada, a expliqué que le décret-loi n ° 373 reconnaissait, en premier lieu, les conditions de travail des créateurs indépendants de films et d’audiovisuels.
"De cette manière, cela donne à ces artistes un statut légal et reconnaît le travail qu’ils accomplissent. Ils deviennent des entités économiques et sont à la fois objet et sujet. Ils peuvent être embauchés par des personnes physiques ou morales, cubaines ou étrangères, pour mener à bien leur travail" , a-t-il déclaré.
Dans le même temps, "ils sont autorisés à ouvrir des comptes bancaires courants pour effectuer leur travail et ils ont une représentation légale reconnue par le ministère du Travail et de la Sécurité sociale, ainsi que toute possibilité de représentation devant les agences de l’administration centrale, principalement la Banque. Centrale. "
Cette reconnaissance est liée à la création du Registre indépendant des créateurs audiovisuels et cinématographiques, qui formalise la capacité juridique des créateurs - tant ceux qui travaillent pour la télévision que ceux qui travaillent dans le cinéma - devant l’État.
La ICAIC, à laquelle le décret-loi 373 assigne le mandat de recteur des politiques cinématographiques et audiovisuelles dans le pays, est responsable de la gestion du registre. Samada a toutefois précisé que, même s’il s’agira d’un registre unique, cette agence enregistrera ceux qui travaillent dans le cinéma, alors que l’ICRT le fera avec ceux qui travaillent à la télévision.
La nouvelle politique approuve la création de collectifs de création audiovisuelle et cinématographique, une étape qui pointe vers les producteurs indépendants.
"Pour travailler, les cinéastes doivent se regrouper. L’audiovisuel est une industrie très diversifiée, de nombreuses personnes unies et ce chiffre a été créé avec sa propre identité Ce groupe est composé d’un maximum de trois créateurs déjà inscrits au registre et d’autres personnes qui en font partie ", a déclaré le président de l’ICAIC.
"L’important dans ce chiffre est qu’il inclura des sociétés de production indépendantes et qu’il disposera de capacités étendues pour développer son travail. Les Collectives participent à toutes les étapes de la production audiovisuelle et cinématographique : elles recherchent un financement, elles participent à la préparation, au tournage, à la post-production et à la commercialisation de leurs œuvres, essentiellement pour le développement du cinéma cubain " , at-il ajouté.
Cet effort, qui vise le développement du cinéma cubain, n’exclut pas la capacité des créateurs et des producteurs de donner et de recevoir des services en rapport avec des productions étrangères , a déclaré Samada.
Dans le cadre du nouveau système de promotion du cinéma,la Banque centrale de Cuba a doté les sociétés de gestion de projets audiovisuels et cinématographiques de la possibilité d’exploiter des comptes bancaires collectifs.
À cet égard, Imelsis Téllez, spécialiste de la Banque centrale, a précisé que les collectivités pourront ouvrir des comptes bancaires courants en pesos cubains (CUP) et en pesos convertibles (CUC) à la Banco Popular de Ahorro, la Metropolitan Bank et la Credit and Trade Bank, "Ou une autre institution agréée par la Banque centrale", à la demande de l’ICRT et de l’ICAIC.
La Banque centrale, qui a publié la résolution n ° 79 de 2019 en tant que partie intégrante du nouvel organe légal, a établi que l’ouverture des comptes bancaires des collectifs nécessiterait "un document d’accréditation - délivré par le ministère de la Culture - une certification de la l’inscription au registre et un contrat de testament, ce qui serait un contrat notarié dans lequel la ou les personnes avec une signature autorisée à exploiter le compte bancaire est désignée ", a déclaré le spécialiste.
Dans le cas des créateurs audiovisuels et cinématographiques indépendants, la même procédure que celle établie par la Résolution n ° 100 de 2011 sera appliquée.

Les nouvelles règles juridiques :

  • Reconnaître les conditions de travail du créateur audiovisuel et cinématographique indépendant
  • Création du registre du créateur audiovisuel et cinématographique indépendant
  • Approuver la création des Collectifs de création audiovisuelle et cinématographique
  • Créer le Fonds de développement du film cubain
  • Créer la Commission du film
  • Créer le bureau d’aide à la production
  • Incorporer 3 nouvelles figures de travail
  • Établir le rôle de l’ICAIC en tant qu’organe directeur de l’activité audiovisuelle et cinématographique

Commentaires

Agenda

<<

2019

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

-* Victor Hugo - Visionnaire de Paix

Cliquer ICI :
http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com/

http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com

.Tres mares, Trois Mers

http://3mers-3mares.jimdo.com/3mers-3mares/biennale-de-la-havane-2015

LE MAGAZINE

LE MAGAZINE N° 33

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=3958/

Portail CUBARTE

http://www.cubarte.cult.cu/fr

POUR EN SAVOIR PLUS SUR CUBA COOPERATION FRANCE

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=2248

Solidarité avec les Cubains : faire un don

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=4126/

Traductor

English French German Spain Italian Dutch Russian Portuguese Japanese Korean Arabic Chinese Simplified

Brèves

22 juillet 2015 - Le parlement cubain ouvre ses comptes sur Twitter et Facebook

– L’Assemblée nationale du Pouvoir Populaire cubain (Parlement) a lancé ses pages officielles sur (...)

21 juillet 2015 - Francis Ford Coppola est à Cuba

Francis Ford CoppolaLa Havane, 17 jullet – Le célèbre réalisateur, producteur et scénariste (...)

20 juin 2015 - Une exposition photo de Mariline Dubois sur les abeilles mélipones de Cuba

Par Mariette et Alain Benoit à la Guillaume CUBARTE 14.06.2015
Á l’occasion du lancement de la (...)

19 juin 2015 - La 15e édition du Colloque International Ernest Hemingway

Par Maritza Mariana Hernández CUBARTE 19.06.2015
La 15e édition du Colloque International (...)

19 avril 2015 - La puissance des livres...

Chronique de Jacques Lanctôt publiée par le journal canadien CANOE
Deux grands hommes sont (...)