Une ville plus propre et plus belle parle aussi de ses habitants


28 février 2020

Nous tous nous souhaitons que la beauté de notre Havane, qui a inspiré Carpentier et Lezama, Portocarrero et Los Zafiros, ne soit pas blessée par la fétidité ou les ordures, comme expression d’un manque d’attention que nous avons justifié pas mal de fois faute de moyens pour faire un nettoyage durable.


Vue de La Havane depuis l’hôtel Habana Libre. Photo : Juvenal Balán

Le mouvement populaire « Pour une Havane plus belle, propre et saine », cherche à sensibiliser la communauté sur l’importance de préserver les espaces publics et de veiller à leur propreté.

Que la capitale de tous les Cubains, avec ses 500 ans d’histoire, reste la muse des poètes et des peintres, implique d’en faire un espace où les déchets ne fassent pas partie du paysage.

Nous espérons tous que la beauté de cette ville, qui inspirait Carpentier et Lezama, Portocarrero et Los Zafiros, ne soit pas affectée par la fétidité ou les ordures, en tant qu’expression d’un manque de soins que nous avons rarement justifié par le manque de moyens pour faire un nettoyage durable.

Par conséquent, l’énorme effort déployé toujours pour récupérer les bâtiments et les espaces publics, exige également de repenser intégralement le programme, de faire disparaître l’indiscipline sociale, l’indolence et le faux critère selon lequel le problème est insurmontable ou que c’est de la responsabilité des autres.

Dans la clôture de la 4e Période ordinaire des séances de l’Assemblée Nationale du Pouvoir Populaire, en décembre dernier, le président de la République de Cuba, Miguel Díaz-Canel Bermúdez alertait : « Que valent les travaux pour les 500 ans de La Havane, qui ont orné la capitale, si l’hygiène de la ville disparaît encore au milieu des montagnes d’ordures ? ».

C’est précisément à partir des critiques faites par le chef de l’État, que le mouvement populaire est né : « Pour une Havane plus belle, propre et saine », une initiative qui cherche, au sein de la communauté, à créer la conscience sur l’importance de préserver les espaces publics et de prendre soin de sa propreté.

Amendes et indiscipline

Le gouvernement de la capitale a décidé, dès le 1er Mars, de mettre en œuvre un ensemble de mesures organisationnelles qui soulignent clairement que chaque entité est responsable de l’assainissement et de l’embellissement permanent de ses établissements, y compris le périmètre de son environnement.

En outre, les horaires (de 18h00 à 22h00) sont prévus pour déposer les ordures ménagères aux points de collecte, et l’indication d’imposer des amendes pouvant aller jusqu’à 1500 pesos à ceux qui les violent.

En revanche, les entités étatiques ou les personnes qui font des actions constructives dans leurs bâtiments, doivent prendre en compte la destination finale des décombres. A cet égard, il est précisé que ceux-ci pourront être placés aux points indiqués par les conseils populaires.

Pour ces cas, d’autres mécanismes existent. Ceux qui résident dans les municipalités de Centro Habana et de Habana Vieja auront la possibilité d’embaucher le service de collecte à l’entreprise Aguas de La Habana, et ceux du reste de la capitale peuvent le faire avec la Direction provinciale de l’hygiène.

Celui qui n’en tient pas compte sera exposé à une amende pouvant atteindre les 3 000 pesos.

Le mouvement convoqué par le Parti, le gouvernement et les organisations de masses de La Havane comprend également que ceux qui auront besoin de réaliser des actions dans lesquelles on porte préjudice à la rue, les trottoirs, les jardins ou les routes seront obligés de demander la permission à l’autorité correspondante et restaurer les espaces endommagés à leur état d’origine.

La violation des dispositions conduira à des amendes pouvant aller jusqu’à 2 500 pesos. De même, ceux qui, lors de leur transit dans des avenues, des rues, des parcs ou des espaces communs jettent des ordures en dehors des poubelles, des paniers ou des dépôts, peuvent également recevoir des amendes.

Une mesure nécessaire

Quelques jours après l’entrée en vigueur des nouvelles mesures, Granma est descendue dans les rues à la recherche des critères de la population et de certains des organismes chargés de les mettre en œuvre.

’C’est une décision nécessaire, qui manquait beaucoup’, explique María de los Ángeles Diéguez, de la municipalité Diez de Octubre. ’Il me semble très bien que des mesures soient prises avec les gens sans scrupules qui jettent des ordures n’importe où’, reconnaît Bárbaro Sánchez, de Playa.

Mais auparavant n’y avait-il pas de règlement ni d’amendes contre ce type d’indiscipline ? Quels seront les changements avec cette initiative promue par le gouvernement et les organisations de masses de la ville capitale, qui augurent un destin différent ?

Avec ces deux questions, notre journal a atteint la Direction des services communautaires de La Havane, dans laquelle Reinier Arias, directeur général adjoint, explique que, certes, le nouveau document fourni par les autorités de la capitale vient réglementer quelque chose qui existait déjà, cependant, le montant des amendes était très faible.

Par exemple, pour jeter un cône d’arachide, un papier ou un cornet de crème glacée sur le sol, le montant n’était que de cinq pesos. Au lieu de cela, il s’élèvera désormais entre 150 et 300.

L’officiel note que, d’autre part, l’entrée de trois dons du Japon, de l’Autriche et de la Chine, avec plus de 200 équipements d’une valeur supérieure à 30 millions de dollars, permet au secteur communautaire de répondre à ces dispositions dans des meilleures conditions.

Dans les années passées nous n’aurions pas eu à y faire face, mais aujourd’hui on compte sur les possibilités objectives d’assumer ce que la direction du Parti et du gouvernement de la ville exigent de nous ».

Même au milieu des limitations que de nombreuses activités subissent avec la disponibilité du carburant, cela garantit que les services communaux ont subi un traitement différencié.
’Alors que d’autres secteurs ont eu des restrictions sur la question énergétique, nous avons été protégés en raison de l’importance de notre travail’, explique Arias.
En chiffres, cela signifie collecter et déplacer les 23 800 mètres cubes de déchets que génèrent plus de 2,1 millions d’habitants de la ville, et une population flottante d’environ 500 000 personnes.

Selon le directeur, il n’y a pas non plus de difficultés avec les poubelles ou avec la main-d’œuvre.

D’autre part, il reconnaît que la quantité de paniers est insuffisante, dans les endroits où un grand nombre de personnes se rassemblent ou transitent, comme la promenade du bord de la mer ou celle de La Rampa.

« Nous avons un projet avec une entreprise du ministère de la Culture et les matériaux nécessaires à leur fabrication, si le Patrimoine l’approuve ».

Un cœur qui ne s’évanouit jamais

Parmi les problèmes d’organisation qui entreront en vigueur à partir de mars, notre attention est attirée par le fait que les responsables de la collecte des déchets peuvent également être sanctionnés.

Sur ce point, le Vice directeur adjoint des services communaux précise qu’il s’agit d’une mesure visant les personnes physiques. Ainsi que, aujourd’hui, il est bien défini intérieurement quelle est la mission de chacune des équipes, l’itinéraire par lequel elle se déplace et le personnel responsable de son fonctionnement.

À titre d’exemple, il explique que « si le conteneur n’est pas collecté à un endroit précis de la ville, nous savons qui sont ceux qui auraient dû le faire et ces compagnons recevront l’amende ».

Dans tous les cas, le gestionnaire déclare que ce seront les inspecteurs de la Direction Intégrale de la Surveillance qui seront chargés d’agir contre ceux qui enfreignent la réglementation.

Convaincu du poids que des milliers de travailleurs du secteur ont dans la réussite de cette tâche, Reinier Arias prévient que cela ne peut pas être seulement une bataille de services communaux et que, sans le soutien de la population, le rêve d’une ville propre sera impossible.

Il en va de même pour Aracely Álvarez, qui vit dans la municipalité de Playa : ’Il faut que les gens en prennent conscience, car sinon, nous ne faisons rien’, dit-elle.
Yunia Acuña, de Marianao, convient que « l’indiscipline sociale est très large. Plusieurs fois, vous voyez la voiture passer et cinq minutes après les poubelles recommencent à être pleines d’ordures ».

Sans aucun doute, le programme que le gouvernement de La Havane a proposé de changer, en plus des camions de ramassage et des paniers, et de la bonne performance des travailleurs des services communaux et des inspecteurs, exige une bonne dose de culture civique.

Et, avec elle, beaucoup de constance , de sorte qu’après quelques mois le mouvement, qui a déjà commencé à prendre forme dans les quartiers de la capitale ne perde pas le sens de la revendication de l’historien de la ville, le docteur Eusebio Leal Spengler : « Nous devons avoir des yeux pour voir la merveille et un cœur qui ne s’évanouit jamais ».


http://www.granma.cu/cuba/2020-02-2...

Agenda

<<

2020

 

<<

Avril

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

-* Victor Hugo - Visionnaire de Paix

Cliquer ICI :
http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com/

http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com

.Tres mares, Trois Mers

http://3mers-3mares.jimdo.com/3mers-3mares/biennale-de-la-havane-2015

CIENFUEGOS 200

Cliquer ICI :
https://cienfuegos-200ans-2019.jimdofree.com/

hhttps://cienfuegos-200ans-2019.jimdofree.com

LE MAGAZINE

LE MAGAZINE N° 35

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=4531/

Portail CUBARTE

http://www.cubarte.cult.cu/fr

POUR EN SAVOIR PLUS SUR CUBA COOPERATION FRANCE

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=2248

Solidarité avec les Cubains : faire un don

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=4126/

Traductor

English French German Spain Italian Dutch Russian Portuguese Japanese Korean Arabic Chinese Simplified

Brèves

13 février 2016 - Les Etats-Unis et Cuba vont rétablir des vols réguliers directs

Les Etats-Unis et Cuba vont signer mardi un accord bilatéral destiné à rétablir les liaisons (...)

29 décembre 2015 - Eusebio Leal lauréat du prix Campeche Ville du Patrimoine 2015

Par Martiza Mariana Rodriguez CUBARTE 28.12.2015
Le gouverneur Alejandro Moreno Cárdenas et le (...)

18 septembre 2015 - Le grand théâtre de La Havane prend le nom d’Alicia Alonso

– Le Conseil d’Etat de la République de Cuba a décidé de donner au grand théâtre de La Havane le nom (...)

25 août 2015 - La Havane accueillera le Congrès panaméricain des professionnels de l’infirmerie

La Havane, 25 août – « La contribution de l’infirmerie à l’excellence dans les services de santé », (...)

23 août 2015 - Le Cubain Alberto Juantorena est élu vice président de l’IAAF

La Havane, 21 août – L’ex coureur cubain, Alberto Juantorena a été élu vice président de (...)