ENVIE DE LIRE ET DE COMPRENDRE .... RAMONET ET CASTRO !

mercredi 9 mai 2007

Les quatre faces d’un révolutionnaire

L’intérêt poussé d’Ignacio Ramonet pour l’Amérique latine, les mouvements sociaux alternatifs et le fonctionnement du consensus médiatico-politique, l’ont amené à croiser la route du dirigeant de la révolution cubaine. Ces rencontres ont finalement pris la forme d’un entretien fleuve de plus de 100 heures.

Fidel Castro. Biographie à deux voix,
d’Ignacio Ramonet. Fayard Galilée, 700 pages, 28 euros.

JPEG - 5.9 ko
Un silence médiatique est souvent inquiétant, surtout lorsqu’il s’exerce à l’endroit d’une information ou d’une pensée discordante. Le dernier livre d’Ignacio Ramonet, - qui souffre justement de cette forme de silence -, relève de ces deux registres, ici confondus dans une même démarche : à savoir la réalisation d’une biographie sous la forme d’entretiens avec Fidel Castro. Cette biographie ne se réduit cependant pas à quelques rencontres enregistrées : si elle est le fruit d’un dialogue de longue haleine, riche, exigeant et sans complaisance, elle correspond aussi à un travail en aval et en amont très important d’annotation des propos et d’élaboration d’une chronologie détaillée. Ignacio Ramonet explique ainsi que ce livre relève en même temps du « journalisme et de l’essai » (p. 11) : l’entretien a dû se débarrasser de ses « aspects superficiel, rapide et improvisé ». Cependant, malgré cet aspect de construction et de reconstruction, le tour de force de l’auteur est d’avoir réussi à retranscrire la voix, le discours, le type d’argumentation de Fidel Castro, toutes ces caractéristiques qui en font non seulement un orateur hors pair mais un personnage considéré unanimement, de tous les bords, comme fascinant.

Fascinant par la cohérence de son parcours qui fit de lui, non successivement, mais en fait simultanément le « théoricien de la révolution, le chef militaire victorieux, le fondateur de l’État et le stratège, depuis quarante-huit ans, de la politique cubaine ». Ces quatre faces s’exposent pour le plus grand intérêt du lecteur dans les pages de l’ouvrage au détriment cependant de la vie privée du personnage : à vrai dire, s’il s’agit bien ici d’une biographie, c’est d’une biographie politique. Seul échappe à cet escamotage volontaire le récit de sa jeunesse, récit précis, coloré et vivant. Si la personnalisation dégradée de la vie politique que nous connaissons aujourd’hui est ainsi évitée, les choix adoptés tendent à nous renvoyer, peu ou prou, au format assez classique des autobiographies des révolutionnaires.

Ce schéma veut qu’après l’évocation d’une jeunesse conçue comme justification et explication des engagements futurs, la vie privée du révolutionnaire disparaisse entièrement dans l’activisme politique ou - dans une version plus sophistiquée - dans la pratique mobilisatrice des masses.

Il est vrai que la vie privée de Fidel Castro semble s’être atrophiée devant l’ampleur des tâches : l’homme ne dort que quatre heures par nuit, et son emploi du temps est entièrement envahi par les tâches politiques, mais certains aspects de sa vie personnelle, comme la question de sa fille ayant quitté Cuba, auraient pu apparaître.

Dans l’ensemble, l’âme intime de Fidel Castro semble en fait entièrement s’incarner dans la réalisation de la révolution cubaine : autant l’homme est avare de détails sur sa vie privée, autant il se montrait disert sur tout ce qui touche à l’île et à sa politique, que ce soit son histoire depuis le XIXe siècle, son rôle

international notamment en Angola (chapitre XV, « Cuba et l’Afrique ») ou sa situation politique et sociale. Le destin international de Cuba - destin surprenant pour une petite île d’onze millions d’habitants - s’esquisse régulièrement tout le long de la biographie, au rythme des propos d’un Castro à la vision politique de niveau planétaire, vision construite sur une culture rare chez les hommes politiques actuels et par une curiosité inlassable devant chaque nouveauté du siècle (lire le chapitre surprenant sur « Cuba et la mondialisation néolibérale »).

On comprend qu’à travers un homme c’est finalement avant tout une portion de l’histoire du siècle qui est ici abordée. Ce livre constitue de la sorte une très belle ouverture sur une révolution généralement faussement connue mais incontournable.

Baptiste Eychart

Article paru dans le supplément "EES LETTRES FRANCAISES" dans le quotidient l’Humanité du 5 Mai 2007.



Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

-* Victor Hugo - Visionnaire de Paix

Cliquer ICI :
http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com/

http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com

.Tres mares, Trois Mers

http://3mers-3mares.jimdo.com/3mers-3mares/biennale-de-la-havane-2015

Portail CUBARTE

http://www.cubarte.cult.cu/fr

POUR EN SAVOIR PLUS SUR CUBA COOPERATION FRANCE

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=2248

Traductor

English French German Spain Italian Dutch Russian Portuguese Japanese Korean Arabic Chinese Simplified