Cuba : UN DEFI !

lundi 23 novembre 2009

Cuba : rester au moins fidèle au doute !

écrit par Jean-Marie Darmian Maire de CREON Le 14 novembre 2009 –

JPEG - 17.9 ko

Durant plus d’un mois, Créon a célébré l’anniversaire d’un peu plus de deux décennies d’activités culturelles. Un anniversaire marqué par une défense et illustration de la solidarité citoyenne pouvant exister autour d’un espace et de ses activités. Près de 2 500 personnes ont ainsi été touchées par un programme éclectique, mettant en évidence les créateurs musicaux locaux, ou permettant de s’exprimer à celles et ceux qui préfèrent cultiver le jardin de la créativité plutôt que la désertification des esprits par la passivité. La clôture revêtait, dans ce contexte, une importance symbolique, puisqu’elle alliait l’originalité intellectuelle, l’ouverture sur le monde, le cinéma documentaire, et surtout le débat citoyen.

Le choix du thème général de la soirée, qui avait attiré plus de 350 personnes, n’était pas des plus facile, puisqu’il s’agissait de Cuba. Un défi, dès lors qu’ il s’agissait de réunir la convivialité du repas musical partagé pour les uns, et la dureté des affrontements politiques autour d’un île, cible de toutes les approximations médiatiques, pour d’autres. Défendre la culture sincère, la fierté populaire, la gentillesse légendaire, l’accueil cubain, relevait de la gageure, quand on ne cesse de contester ce bonheur d’être reçu par un peuple qui parvient, dans un contexte difficile, à conserver sa joie de vivre. Dans le fond, chacun avait son appréciation : l’une basée sur le matraquage lié à la dureté de la situation des droits de l’Homme, à la misère latente et à la précarité des services ; l’autre tirée de séjours répétés sur place, mettant en évidence des évolutions minimes plus ou moins favorables.
En accueillant l’ambassadeur de Cuba en France et le premier secrétaire de l’ambassade, Créon espérait jouer la carte du dialogue direct sur ces deux visions. Il n’en fut rien, car le « débat » promis, confisqué par un écrivain-universitaire prolixe, ne permit jamais un échange de fond. Nonobstant les explications rationnelles et convaincantes de Salim Lamrani, tirées de son ouvrage « Cuba, ce que ne vous diront jamais les médias… », le public est resté sur sa faim… avant le repas ! « Mon livre traite de la désinformation médiatique en Occident au sujet de Cuba, et illustre le gouffre énorme qui existe entre la représentation faite de Cuba par notre presse et la réalité de ce pays. Cet ouvrage permet également de s’interroger sur le rôle des médias : sont-ils chargés de fournir une information fiable et objective aux citoyens, ou bien s’évertuent-ils à défendre l’ordre politique, économique et social établi ? » Tout a, en définitive, tourné autour de ce constat qui permet à bien des citoyennes et citoyens qui se considèrent comme parfaitement informés, de s’épancher sur la poutre qu’ils détectent dans l’oeil cubain mais d’oublier celle qu’ils ont, en France, devant leurs yeux.

« Je viens de parcourir 18 des 22 régions de France expliqua en conclusion le Premier secrétaire de l’ambassade de Cuba en France. J’y ai vu des villages où se connecter à internet était impossible, j’ai rencontré des familles qui n’avaient pas la liberté de le faire, puisqu’elles ne pouvaient pas acquérir un ordinateur, j’ai croisé des gens qui avaient faim, qui dormaient dans les rues ou sous les ponts, des enfants mal soignés ou qui avaient faim, j’ai constaté que, dans certaines régions, il n’y a qu’un seul journal. Est-ce que j’en déduis pour la démocratie française les mêmes conclusions que vous assénez sur le régime cubain ? » expliqua le diplomate cubain. ll est vrai que celles et ceux qui avaient un brin de libre arbitre pouvaient légitimement s’interroger sur les raisons des difficultés relevées à Cuba.

« Le week-end dernier, les médias, largement animés par des positions idéologiques, nous ont abreuvé des mérites incomparables qu’avait eu pour le monde libre la chute du mur de Berlin. J’ai écrit à ce sujet qu’il restait encore bien des murs virtuels à abattre. Je le maintiens aujourd’hui devant vous, Excellence, en souhaitant que le mur terrible du blocus économique imposé depuis maintenant plus de 45 ans par les Etats-Unis soit enfin abattu, car personne n’en connaît les effets réels sur un île comme Cuba ». Sans le pouvoir, les idéaux ne peuvent être réalisés, mais avec le pouvoir, ils survivent rarement, ai-je déclaré à la réception de l’ambassadeur de Cuba, dans la salle citoyenne créonnaise. « Je fais souvent mien un constat de Fidel Castro rend modeste tous les exégètes des vertus de la démocratie libérale, et il constitue, dans le garrotage actuel qui est imposé à Cuba, une vérité essentielle ». En fait, il faudrait que nous ayons une dose de modestie supérieure aux quelques onces que possèdent nos élites intellectuelles, pour pouvoir jauger les résultats de la révolution castriste vieillissante.

Qui peut oublier la manière dont on respecte les droits de l’Homme en Chine , grande puissance (économique) mondiale ? Qui peut justifier la misère urbaine des favelas sud-américaines ? Qui décerne un label démocratique à la Libye de Kadhafi ou à la Russie de Poutine ? Qui peut prétendre qu’il n’y a qu’à Cuba que le Président s’accapare les médias et tente de faire envoyer derrière les barreaux ses opposants ? Êtes-vous certain que vous n’êtes pas espionné, surveillé, suivi, si vos activités dérangent ? Pensez-vous que les fonctionnaires d’État ne sont pas parfois nommés, dans notre pays, pour servir les intérêts d’un clan ? En fait, il fallait apprécier dans cette soirée le « partage du doute » qui reste, dans le fond, la recette de la sagesse. Il ne semble pas profiter aux « coupables » cubains désignés d’office. Pour le reste, il suffisait de se couler dans le bain chaud de musique qui accompagnait le repas, penser au Buena Vista Social Club, à la danse merveilleuse des doigts de Rubén Gonzalez, aux voix envoûtantes d’Ibrahim Ferrer et Pio Leyva, aux cordes agiles du bassiste Orlando « Cachaito » Lopez et aux mélodies sensuelles de Compay Secundo, pour se persuader que l’essentiel reste la rencontre

VOIR AUSSI LE REPORTAGE : http://www.telecanalcreon.fr/spip.php?article316#forum543

Voir aussi le reportage sur la soiréée :



Navigation

Brèves de la rubrique

Agenda

<<

2018

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627281234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

-* Victor Hugo - Visionnaire de Paix

Cliquer ICI :
http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com/

http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com

.Tres mares, Trois Mers

http://3mers-3mares.jimdo.com/3mers-3mares/biennale-de-la-havane-2015

LE MAGAZINE

LE MAGAZINE N° 32

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=3618/

Portail CUBARTE

http://www.cubarte.cult.cu/fr

POUR EN SAVOIR PLUS SUR CUBA COOPERATION FRANCE

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=2248

Traductor

English French German Spain Italian Dutch Russian Portuguese Japanese Korean Arabic Chinese Simplified