MARTI EN FRANCAIS, CHAQUE MOIS DANS LETTRES DE CUBA !

mercredi 4 octobre 2006

4 Octobre 2006

A partir de ce mois d´octobre la revue numérique en français « Lettres de Cuba », éditée par Cubarte www.lettresdecuba.cult.cu disposera de la section "Lire Martí", dans laquelle seront présentés des textes du patriote et poète cubain traduits par des traducteurs reconnus et ayant une longue expérience comme spécialistes de José Martí, comme c´est le cas pour Jacques-François Bonaldi et Jean Lamore. Ces excellents traducteurs ont travaillé sur l´œuvre de José Martí durant une grande partie de leur vie dans leur condition d’écrivains et d’investigateurs.

« Lettres de Cuba » a estimé que cela est d’une grande urgence et d’actualité de diffuser la poésie et la prose du plus universel de tous les créateurs hispano-américains dans le monde francophone. La raison est que l´on parle souvent de ce libérateur des peuples et des hommes, de ce fondateur de la modernité littéraire dans Notre Amérique, ses interprétations et ses points de vue abondent, mais le texte est absent. Et, comme insistait Martí dans sa pensée humaniste, il faut être radical, ce qui veut dire, selon ses propres mots, "aller à la racine", il faut donc le lire si nous voulons l´interpréter, dans son rhizome succulent. Nous comprendrons mal ou nous jugerons mal José Martí si nous ne lisons pas la plus grande quantité possible de ses écrits de très divers genres.

Toutefois, notre intérêt pour le faire connaître en langue française n’est pas récent. Les premières éditions de textes martianos traduits à cette langue datent, à ce que nous savons, de la décennie des années vingt du XXème siècle. Paul Estrade nous dit : Par ces années commence en France une tâche de traduction au français des documents de Martí. Le premier recueil de traduction remonte à l´année 1922, bien tardivement, si l’on compare déjà le fait avec l´existence, en 1884, de sa première traduction à l´anglais, sur le Judah P Benjamín.

Estrade se réfère aux vers d´Ismaelillo – "L´espiègle" – une traduction de Marcel Veuillermoz apparus dans « La Revue d´Amérique Latine » (1er mars 1922). Au Centre d´Études martianos nous possédons un exemplaire de « Les petits souliers roses » (Paris, Editions Emile Paul Freses, 1931), une adaptation d’Armando Godoy et un exemplaire de « Poésies de José Martí » (Paris, Éditorial Bernard Grasset, 1937.253 pp.), où comme traducteur apparaît le même Godoy, un cubain établi en France qui produisit son œuvre en langue française durant ces années.

Nonobstant, la première grande tentative pour offrir au lecteur français un échantillon de l´américanisme de Martí la plus complète est le livre « América » (Paris, Stock, 1935, 253 p), dans lequel Francis de Miomandre traduit des textes de base de la pensée martienne avec des préfaces de Jorge Mañach, Félix Lizaso et Juan Marinello. Le suit « Pages choisies » (Paris, Angel, 1953. 398 p), un texte parrainé par l´UNESCO durant 1953, l’année du centenaire de la naissance de Martí, présenté et traduit par Marx Daireaux, Joseph Carner et Emilie Noulet.

Le triomphe de la Révolution Cubaine en 1959 promeut les publications martiennes et nous aurons, en langue française, diverses anthologies durant les années soixante-dix, sans parler de congrès, de revues spécialisées et de thèses doctorales consacrées au Héros cubain. Nous pouvons citer « José Martí » (poésie, avec un prologue de Juan Marinello, et traductions de Josep Carner, Emilie Noulet et Irma Sayol)) (Paris, Seghers, 1970,.188 p.) ; « José Martí : Notre Amérique », avec une sélection de Roberto Fernández Retamar, traduction et notes d´André Joucla-Ruau (Paris, François Maspéro, 1978,.340 p.) et « José Martí : La Guerre de Cuba et le destin de l´Amérique », avec un prologue de Cintio Vitier et des textes traduits et annotés par Jean Lamore (Paris, Aubier-Montaigne, 1973,.286 p.).

Ces dernières années nous devons à Jean Lamore l´édition bilingue de « Vers libres » avec leurs traductions et le prologue de Cintio Vitier (Éditorial José Martí-UNESCO, 1997,.221 p), à María Poumier sa traduction de « Lucia Jerez » (Genève, Éditions Patiño, 2004) et à Jacques-François Bonaldi, celle des lettres de José Martí à Manuel Mercado : « Il est des affections d´une pudeur si delicate... Lettres à Manuel Mercado » (Francia, L´Harmattan, 2004,.434 p).

Comme nous pouvons le vérifier par ce bref et incomplet compte rendu, les efforts pour faire connaître Martí dans le monde francophone ont été soutenus par la vocation « martiana » de nombreux spécialistes au travers du temps. Lettres de Cuba, une revue numérique qui bénéficie de la vitesse et de la possibilité d´arriver aux plus divers médias francophones, veut et se réjouit de se mettre à la disposition de ces traducteurs et divulgateurs de la lettre et de l´esprit de José Martí au travers de sa nouvelle section "Lire Martí".

Carmen SUAREZ LEON *
Source : CUBARTE

*Carmen SUAREZ LEON, directrice de LETTRESDECUBA, a écrit entre autre "Jose MARTI et Victor HUGO au carrefour des modernités" que notre association a fait traduire en français par Jean-François BONALDI et qui a été édité par LE TEMPS DES CERISES.


Sur le Web : LETTRES DE CUBA

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

-* Victor Hugo - Visionnaire de Paix

Cliquer ICI :
http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com/

http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com

.Tres mares, Trois Mers

http://3mers-3mares.jimdo.com/3mers-3mares/biennale-de-la-havane-2015

Portail CUBARTE

http://www.cubarte.cult.cu/fr

POUR EN SAVOIR PLUS SUR CUBA COOPERATION FRANCE

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=2248

Traductor

English French German Spain Italian Dutch Russian Portuguese Japanese Korean Arabic Chinese Simplified