119 millions de dollars pour aider Cuba face au changement climatique

Le Comité de direction du Fonds vert pour le climat a approuvé ce jour le financement à hauteur de 119 millions de dollars d’un projet co-élaboré avec la FAO, destiné à renforcer la résilience au changement climatique des communautés rurales vulnérables à Cuba.

Le communiqué qui est nous parvenu indique que ce projet ciblera 240 000 petits bénéficiaires dans les communautés rurales vulnérables et sera exécuté par le Ministère de l’agriculture et la FAO

Cuba : le Fonds vert pour le climat approuve un projet de 119 millions de dollars résilient au changement climatique

La contribution du Fonds vert pour le climat s’élèvera à 38,2 millions de dollars et le Gouvernement de Cuba apportera un co-financement de 81,7 millions de dollars pour ce projet qui devrait bénéficier à 240 000 personnes. L’annonce a été faite aujourd’hui par le Comité de direction du Fonds, à Genève, et c’est le premier projet que le Fonds vert pour le climat finance à Cuba.

Ce projet d’une durée de sept ans vise à atténuer l’émission de 2,7 millions de tonnes de gaz à effet de serre en travaillant avec 52 000 agriculteurs familiaux, dont la moitié sont des femmes, et en introduisant des pratiques d’agroforesterie dans plus de 35 000 hectares.

Le projet IRES a pour objectif la sécurité alimentaire et nutritionnelle, ainsi que le renforcement de la résilience et de la stabilité des systèmes locaux de production alimentaire, la promotion de l’emploi et l’amélioration de l’accès à l’eau. Il sera mis en œuvre dans sept municipalités qui ont été reconnues comme les plus vulnérables aux effets du changement climatique.

« Le projet IRES visera à restaurer des paysages productifs afin d’en préserver les services écosystémiques, en utilisant des méthodes innovantes et en proposant des stimulants financiers », a dit M. Maury Hechavarría Bermúdez, Vice-Ministre du Ministère de l’agriculture de Cuba.

Contribuer à la durabilité et à la résilience

L’introduction de nouvelles approches à l’agroforesterie et au sylvopastoralisme concernera plus de 35 000 hectares, et se fera de manière à améliorer l’infiltration et la rétention des eaux dans les sols, à combattre l’érosion et à accroître la productivité et la durabilité dans les écosystèmes agricoles locaux.

Le Gouvernement de Cuba et la FAO travailleront avec les petits exploitants pour transformer leurs méthodes agricoles traditionnelles intensives dans des techniques de production qui soient davantage résilientes au climat. Cette expérience servira de projet pilote qui pourra être reproduit à plus grande échelle par la suite dans tout le pays. Le processus sera également l’occasion d’apporter une assistance technique pour le renforcement des capacités dans la conception de nouveaux stimulants financiers destinés à encourager de plus grands efforts d’adaptation au changement climatique.

{}