A Leonardo Padura, la "semaine de l’auteur"

Date de l'événement :
Vendredi 7 décembre 2012 - 00h00

Leonardo Padura à la Casa de las Américas

{{}}
Auteur : Jesús Adonis Martínez

La Havane (PL) –Leonardo Padura est devenu le premier écrivain cubain à qui est dédiée la « Semaine de l’Auteur » de la Casa de las Américas, inaugurée le 27 au siège de l´institution havanaise.

L’œuvre de Leonardo Padura qui « séduit autant le public que la critique », est soumis au regard d´une douzaine d´experts et sera plus proche des lecteurs qui fréquentent à la Casa a annoncé le chercheur Jorge Fornet.

Lors de l’ouverture de la Semaine, Jorge Fornet a offert une hypothèse quant à la réussite de l´auteur de El hombre que amaba a los perros : « Leonardo Padura parle aussi bien de José María Heredia et d’Alejo Carpentier que de la salsa et de la pelota (baseball). Leonardo Padura ajoute son nom à cette Semaine à la liste de prestigieuse auteurs du continent tels que : Luisa Valenzuela, Rubem Fonseca, Diamela Eltit, William Ospina ou Maryse Condé ».

Pour sa part, l’écrivain ne souligne pas trop la question d´être le premier auteur cubain qui reçoit un tel honneur et il a répondu avec une répartie très commune dans son quartier havanais de Mantilla : « Quand c’est ton tour c’est à toi », a-t-il dit au public présent dans la salle Che Guevara de la Casa, soulignant «  C’est mon tour et j’en suis très heureux ».

Il a expliqué qu´il est actuellement dans l´un des moments les plus chaud de sa carrière d´écrivain car il alterne la version finale de son prochain roman Herejes, et il écrit un scénario pour un film que tournera le cinéaste français Laurent Cantet.

Herejes – dont Padura a lu quelques fragments "presque"définitif" – doit être publié en septembre de l´année prochaine, par la maison d’édition espagnole Tusquets et, ensuite, dès que possible, à Cuba, par la maison Unión, a ajouté le créateur du détective Mario Conde.

Le narrateur, critique et journaliste a aussi lu quelques « notes pour un essais éventuel », intitulé Escribir en Cuba en el siglo XXI (Écrire à Cuba au XXIe siècle), dans lequel il analyse la situation des écrivains et l´évolution des romans cubains au cours des dernières décennies.

L´auteur de la tétralogie Las cuatro estaciones et de La novela de mi vida a souligné « l’engagement civil » qu’implique le travail de l´écrivain a fait des vœux pour «  cette vocation de foi qu’est la pratique de la littérature à Cuba  ».

Durant cette Semaine sera projeté le film Sept jours à La Havane - dont un des scenarii a été à la charge de Padura et de son épouse – ainsi que la présentation du roman El Hombre que amaba a los perros et des volumes journalistique La memoria y el olvido et Un hombre en una isla