Bien-être animal à Cuba : décrets, contraventions et objectifs

Après des années de propositions, de stratégies et de débats, en février, le décret-loi permettra la mise en œuvre de la politique de bien-être animal à Cuba,

Bien-être animal à Cuba : décrets, contraventions et objectifs, qui garantissent que les animaux productifs et affectifs bénéficient de meilleures conditions de vie.

Le 26 février 2021, le décret-loi sur le bien-être animal a été approuvé par le Conseil d’État, une norme juridique qui soutient la mise en œuvre de la politique de bien-être animal à Cuba, approuvée le 19 janvier 2021.

Bien-être animal, caresses à main pour chien

Photo dans ACN

Bien-être animal à Cuba : décrets, contraventions et objectifs, qui garantissent que les animaux productifs et affectifs bénéficient de meilleures conditions de vie.

La politique, approuvée en janvier dernier, vise à trouver une solution à divers problèmes de la société et constitue le cadre conceptuel à partir duquel les normes juridiques sont élaborées, comme il l’a expliqué dans des interviews précédentes avec l’agence de presse cubaine Yobani Gutiérrez Ravelo, directeur du Centre national de santé animale.

Il a diagnostiqué des problèmes tels que les conditions dans les cliniques et les bureaux, la violence physique des animaux de compagnie et des animaux de travail (bovins, équidés) et le non-respect des mesures de biosécurité.

De même, le document souligne les violations des règles de circulation des animaux et l’existence d’affrontements illicites entre eux à des fins lucratives ; et il souligne également que la collecte de ceux qui vivent dans la rue doit être améliorée et un meilleur contrôle et une plus grande sensibilisation à la tenure responsable.

La politique de bien-être animal est assurée dans les enclos, les foires, les zoos, les aquariums, la chasse et la pêche illégales de diverses espèces sont combattues, ainsi que la commercialisation inappropriée.

Il reconnaît également la nécessité dans la société cubaine d’aujourd’hui de se cultiver sur le respect des animaux, et propose donc une stratégie de sensibilisation qui comprend même la refonte des systèmes éducatifs pour inclure ces sujets.

Cependant, il y aura un décret fort sur les contraventions qui sera inclus dans le Code pénal afin d’exercer un contrôle plus strict sur les actes de mauvais traitements.

La politique a vu le jour, car bien qu’il existe certaines réglementations dans le pays concernant le traitement et les soins des animaux, les associations, les producteurs et les personnes physiques ont demandé un document qui unifie tous les critères tout en remplissait un rôle réglementaire.

Pour sa mise en œuvre, un décret-loi est nécessaire, qui sera accompagné d’un règlement, et permettra d’engager des actions juridiques concrètes dans ce domaine.

La politique de bien-être animal, avec les règles qui la mettent en œuvre, est associée à l’amélioration de la santé animale avec laquelle un code d’éthique spécifique a été établi pour les médecins vétérinaires et un décret de contravention a été approuvé, pour criminaliser les violations dans ce secteur, avec des amendes comprises entre 500 et trois mille 500 pesos, et ce qui implique la suspension des licences sanitaires.

Le décret 20/2020 explique également que des mesures seront prises auprès de ceux qui exercent la médecine vétérinaire sans être inscrits au contrôle administratif des médecins vétérinaires et de médecine vétérinaire et zootechnique ; et ceux qui exercent cette profession seuls étant handicapés.

Cela ne limite pas les soins vétérinaires pour les animaux affectifs, dans le cadre du travail indépendant, qui est autorisé à Cuba, comme l’a récemment précisé Alejandro Gil Fernández, vice-premier ministre et chef cubain de l’économie et de la planification.

Les documents juridiques qui ont été approuvés ou qui sont sur le point d’être approuvés à Cuba en matière de bien-être animal se concentrent sur la conviction du pays que protéger les animaux, c’est préserver l’avenir.

Par conséquent, ils sont tempérés par la réalité nationale, les normes internationales et les normes, lignes directrices et recommandations de l’Organisation mondiale de la santé animale, dont la plus grande des Antilles est membre depuis 1972.