Condamnation ferme et absolue de la classification frauduleuse de Cuba en tant qu’Etat soutenant le terrorisme

Déclaration du Ministère cubain des Affaires Etrangères

Ce sont bien les Etats-Unis qui pratiquent le terrorisme ! Avant de devoir quitter sa présidence Donald Trump en rajoute aux plus de 100 mesures visant à renforcer le blocus fragilisant l’économie cubaine et faisant souffrir la population du pays !
Il est temps qu’une autre politique soit mise en place par la nouvelle direction des Etats-Unis.

Déclaration du ministère des Affaires étrangères

Auteur : Cubaminrex internet@granma.cu

Le ministère des Affaires étrangères condamne dans les termes les plus fermes et les plus absolus la classification frauduleuse de Cuba comme Etat soutenant le terrorisme, annoncée par le gouvernement des États-Unis dans un acte cynique et hypocrite.

Depuis des mois, il y a eu des spéculations sur la possibilité d’inclure Cuba sur la liste unilatérale du Département d’État qui qualifie les pays, sans mandat ni légitimité, dépourvus de motivation réelle, se référant au terrorisme et à ses conséquences, et comme un instrument de diffamation pour appliquer des mesures économiques coercitives contre les nations qui résistent à s’incliner devant les caprices de l’impérialisme américain.

L’annonce faite par le secrétaire d’État Michael Pompeo constitue un superbe acte d’un gouvernement discrédité, malhonnête et moralement en faillite. On sait, sans aucun doute, que la véritable motivation de cette action est d’imposer des obstacles supplémentaires à toute perspective de reprise des relations bilatérales entre Cuba et les États-Unis.

Cuba n’est pas un État qui soutien le terrorisme, vérité reconnue par tous. La politique officielle et connue, et le comportement irréprochable de notre pays, est le rejet du terrorisme sous toutes ses formes et manifestations, en particulier le terrorisme d’État, par quiconque, contre qui et où qu’il soit commis.

Cuba est un Etat victime du terrorisme et notre population l’a subi dans sa propre chair, au prix de 3 478 morts et 2 099 personnes handicapées, pour des actes commis par le gouvernement des États-Unis ou perpétrés et parrainés à partir du territoire de ce pays avec la tolérance des autorités officielles. Les Cubains répudient avec mépris toute manœuvre visant à manipuler une question aussi sensible, à des fins grossières d’opportunisme politique.