Cuba, à propos de la Journée mondiale de la vie sauvage

Par Yahumila Hidalgo Ceruto
Publié par Excelencias News Cuba le 03 mars 2021

Cuba est un des Etats Membre du CITES* ( Convention sur le Commerce International des Espèces Menacées de la Faune et la Flore Sauvages) depuis 1990 et exerce son contrôle principalement sur la tortue marine, le crocodile, le lamantin (manatí), l’iguane cubaine, le boa arc en ciel cubain (el majá de Santamaría, « epicrates angulifer »), l’amazone de Cuba (la cotorra « Amazona leucocephala », la perruche cubaine (el catey ou arantiga euops), l’épervier, le hibou (el sijú), le palmier liège, (la palma corcho ou microcycas calocoma), le gaiac, (guayacán, les orchidées, les cactus, les zamias et les dauphins.

*CITES (https:// cites.org/esp) est un accord international conclu entre les gouvernements. Sa finalité est de veiller à ce que le commerce international des spécimens d’animaux et de plantes sauvages ne constitue pas une menace pour leur survie.

L’Assemblée Générale des Nations Unies a décidé de proclamer le 3 mars comme la Journée Mondiale de la Nature ou Journée Mondiale de la Vie Sauvage. (https://www.un/org/es/observances/world-wildlife-day), pour célébrer la faune et la flore que nous avons sur terre et aussi, pour sensibiliser le public à l’intérêt qu’ils représentent.

Votée en 2013, la date commémore l’approbation de la Convention sur le Commerce International des Espèces Menacées de la Faune et la Flore Sauvages (CITES). Le texte de la convention fut approuvé lors d’une réunion des représentants de 80 pays qui a eu lieu à Washington DC, Etats Unis d’Amérique, le 3 mars 1973, et elle est entrée en vigueur le premier juillet 1975.

Pour Cuba, 2019 fut une année importante en matière de protection animale, car de nombreuses espèces cubaines furent incluses parmi les espèces protégées par la Convention sur le Commerce International des Espèces Menacées de la Faune et la Flore Sauvages, d’après les déclarations à l ’époque (novembre de cette même année) à l’Agence Cubaine de l’Information, de José Alvarez Lemus, de l’Autorité Administrative de la CITES dans notre pays.

Dans cette liste figurent, entre autres, des lézards endémiques comme les Gékos et tous ceux qui appartiennent au groupe des Chamaleolis et quelques-uns du groupe des Anolis comme le A.equestris, en plus de quelques espèces d’arbres pour le bois d’oeuvre.

Certaines de ces espèces étaient déjà préservées par la Résolution 160 de 2011 du Ministère des Sciences, Technologie et Environnement, étant donné qu’elles sont menacées par le commerce international illégal.

Protection de la biodiversité à Cuba

Des spécialistes cubains, en collaboration avec des collègues des instituts d’Ecologie et Systématique (IES) et de celui des Sciences de la Mer (ICIMAR), ont travaillé en 2020 à la mise à jour des listes des Espèces ayant un intérêt significatif pour la biodiversité nationale.

Cela permet la protection légale et le contrôle de l’utilisation de ces espèces menacées, d’une grande valeur écologique ou protégées par des accords internationaux, dont Cuba est partie prenante, a souligné Alvarez Lemus.

Ses propos coïncident avec le Plan gouvernemental pour la lutte contre le commerce illégal de la vie sauvage.

Actuellement, Cuba dispose d’un Système National des Espaces protégés. Sur 211 identifiés dans l’île, 120 possèdent une administration.
Le groupe d’Entreprises Flore et Faune ( https://www.facebook.com/Flora-y-Fauna-Cuba-1638613876386296) est administrateur de 85 espaces protégés, tout en étant celui qui gère le pourcentage le plus élevé d’espaces protégés à Cuba.

Ces espaces ont des plans de gestion qui incluent l’étude, le contrôle et la conservation de la biodiversité et des valeurs écologiques et des paysages de l’île.

La réserve écologique Limones -Tuabaquey est une aire naturelle protégée dans la Sierra de Cubitas, province de Camagüey, Cuba.

A travers une série d’institutions en rapport avec la recherche, la régulation, et l’étude des ressources naturelles et par le système de législations établies par le CITMA, la biodiversité cubaine possède dans ses espaces protégés, un outil utile pour la conservation de la nature et la lutte contre le commerce illégal des espèces cubaines, dont les populations sont classées dans les différents niveaux de danger d’extinction.

Une utilisation durable des ressources naturelles est la seule voie pour l’avenir de la planète.

Nota : Photos fournies par Flore et Faune

NB : Nous vous recommandons de consulter ces 2 sites pour illustrer agréablement cet article : https:// fancuba.com/observation-des-oiseaux-a-cuba
www.redpinar.gob-cu/es/flora-y-fauna/91-palma-corcho