Cuba offre ses modestes ressources et capacités en faveur de la coopération

Déclaration du ministre Rodrigo Malmierca à la 35e session de la commission plénière de la CEPALC ... 04/08/2020

Distingués représentants des États membres de la CEPALC ;
Chers invités,

Je voudrais commencer mon discours en vous remerciant de votre présence, toujours virtuellement, aujourd’hui, en vous souhaitant la bienvenue à cette trente-cinquième session du Comité plénier de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC).

Rodrigo Malmierca, ministre du commerce extérieur et des investissements étrangers (MINCEX)

Le programme de travail que nous proposons est axé sur trois objectifs :

  • Premièrement, informer les États membres sur les modalités et les préparatifs de la tenue de la trente-huitième session de la CEPALC ;
  • Deuxièmement, convenir de l’élection de la présidence temporaire pour la prochaine période de sessions ;
  • Troisièmement, à l’initiative du gouvernement du Costa Rica, consacrer un espace de débat sur le rôle de la coopération internationale et le rôle des organisations financières internationales dans le contexte du COVID-19 en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Ce fut un véritable honneur et une fierté pour Cuba d’assumer la présidence temporaire de la CEPALC depuis sa trente-septième période de sessions, tenue à La Havane en mai 2018, et d’accompagner les principaux processus consacrés à la mise en œuvre du Programme 2030 et du renforcement et de l’expansion de la coopération Sud-Sud, qui s’est développée tant au niveau régional qu’ international.

Cuba a assumé la présidence temporaire avec l’engagement de guider les efforts dans le cadre de la Commission du développement durable de la région et de préserver, d’élargir et d’approfondir les réalisations et les objectifs atteints, avec la prémisse inviolable de ne laisser personne de côté.

Dans cette ligne, une priorité de notre présidence a été de prioriser les pays frères des Caraïbes, petits États insulaires en développement présentant des vulnérabilités marquées, comme, pour ne citer qu’un exemple, les effets du changement climatique. De cette manière, nous soutenons l’initiative du Secrétariat de la CEPALC "Les Caraïbes d’abord".

Cuba, en tant que Président temporaire, a défendu les principes qui régissent sa politique étrangère :

  • l’engagement en faveur d’un multilatéralisme renouvelé et renforcé ;
  • la défense des principes du droit international, consacrés dans la Charte des Nations Unies ;
  • le rejet des mesures coercitives unilatérales qui menacent les efforts conjoints de nos pays en faveur de la paix ;
  • la promotion du partenariat pour le développement sur la base du respect mutuel,
  • l’aide désintéressée et la complémentarité, avec la ferme conviction que tous les pays ont quelque chose à apporter à l’Agenda pour le développement durable.

Nous considérons que la valeur essentielle de notre présidence a été d’impulser, par un dialogue franc et ouvert, les objectifs communs de parvenir à un monde sans pauvreté et sans faim, où chacun a accès à des services de santé universels et de qualité, où chaque enfant a accès à un système éducatif qui contribue à combler les profondes lacunes existantes qui enracinent les inégalités et favorisent une culture du privilège.
Nous travaillons pour une société plus juste et un système de relations internationales plus équitable.

Au cours des deux dernières années, la présidence cubaine a contribué aux négociations menées dans le cadre du processus de réforme du système des Nations Unies pour le développement ;

Nous accompagnons le processus de négociation de la deuxième Conférence de haut niveau des Nations Unies sur la coopération Sud-Sud, connue sous le nom de PABA + 40 [1], en organisant un dialogue interactif entre les représentants de l’Amérique latine et des Caraïbes afin de rassembler des positions et de transférer la vision et la perspective de la région sur le sujet.

Au cours de la 37ème période de sessions de la Commission, notre présidence a parrainé des échanges et des débats sur des questions clés telles que la discussion autour de la classification des pays en fonction de leur niveau de revenu et de son impact sur l’accès aux ressources, du financement du développement, ou sur des propositions innovantes telles que le Développement en transition.

Nous avons promu des actions concrètes, principalement dans le cadre du Comité de coopération Sud-Sud, comme le Réseau pour la mise en œuvre du Programme 2030 dans la région de l’Amérique latine et des Caraïbes, une initiative du gouvernement mexicain que notre présidence a encouragée pendant son mandat.
De même, sous la présidence cubaine, le secrétariat de la CEPALC mène une étude sur le renforcement de la coopération Sud-Sud dans la région, dont les premiers résultats devraient être prêts cette année.

Avec un accent particulier, nous avons assumé nos responsabilités en tant que Président du Forum des pays d’Amérique latine et des Caraïbes, contribuant au suivi de la mise en œuvre de l’Agenda 2030 dans la région et au niveau international dans le cadre du Forum politique de haut niveau, dans un moment clé après la conclusion du premier cycle mondial de suivi de sa mise en œuvre et après 5 ans d’approbation des objectifs de développement durable.

Dans toute cette gestion, la volonté et l’engagement des gouvernements des pays d’Amérique latine et des Caraïbes à participer activement au sein de la CEPALC et de ses organes subsidiaires ont été essentiels et déterminants, de même que le rôle joué par la CEPALC et ses organes subsidiaires, les organisations régionales, la société civile, le secteur des entreprises, entre autres, en tant que promoteurs du développement dans la région.

Chers Invités :

Je ne voudrais pas conclure mon intervention sans transmettre deux messages que nous considérons comme clés :

  • À la nouvelle présidence de la 38e période de sessions et au Secrétariat de la CEPALC, offrir l’engagement et le soutien de Cuba dans sa gestion.
  • Dans notre pays, vous trouverez toujours une main amicale prête à coopérer et un allié pour faire face aux défis qui persistent pour la mise en œuvre de l’Agenda 2030, en particulier dans ce nouveau scénario de crise économique internationale due de la pandémie COVID-19 qui menace avec de graves revers.

Nous mettons humblement nos modestes ressources et capacités en tant que pays à votre disposition ; en particulier notre expérience et nos bonnes pratiques en coopération Sud-Sud et triangulaire dans différents secteurs comme l’éducation, le sport, la culture, la gestion et la réduction des risques et en particulier, compte tenu de la situation épidémiologique internationale complexe, nos services de santé et l’expérience de nos professionnels.

Au secrétariat de la CEPALC et en particulier à sa Secrétaire exécutive, la très chère Mme Alicia Bárcena, Cuba adresse ses remerciements pour leurs efforts et leur dévouement dans l’accompagnement de la région dans son processus de mise en œuvre du Programme 2030 sur le développement durable ; et salue le travail incroyable qu’a fait récemment la CEPALC en tant que source d’informations et d’analyses sur les conséquences économiques et sociales de la pandémie en Amérique latine et dans les Caraïbes, en surveillant l’évolution de la crise et les mesures prises par le 33 pays de la région pour faire face à la pandémie de la COVID-19.

L’époque récente a démontré le rôle fondamental que joue notre Commission au sein du système des Nations Unies pour le développement, en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Sans plus tarder, nous souhaitons à la nouvelle présidence temporaire de nombreux succès dans sa gestion, nous exhortons les États membres présents à une décennie d’action et de transformation pour le développement durable et nous confirmons notre conviction que nos actions peuvent assurer le succès et le changement de cap vers un 2030 comme celui que nous voulons tous.

Je vous remercie

[1Plan d’action de Buenos Aires 40 ans plus tard (PABA+40), qui s’est tenue à Buenos Aires du 20 au 22 mars 2019. A cet égard voir la réaction de la délégation syndicale mondiale qui a participé à la Conférence de haut niveau des Nations Unies sur la coopération Sud-Sud et triangulaire https://www.ituc-csi.org/reaction-au-document-final-paba-40?lang=en