Deux ouragans de forte intensité se sont formés au sud du Mexique en seulement 3 jours.

Le 12 juin 2018

Aletta, premier ouragan de 2018 dans le Nord-est de pacifique. Image : NASA

Aletta a été la première tempête tropicale de la saison en cours dans le Nord-est de l’océan Pacifique et qui s’est formée le 6 juin à plusieurs centaines de kilomètres des côtes mexicaines. Elle n’a pas touché terre mais elle a surpris en « sautant » de la catégorie 1 à la catégorie 4 en moins de 24 heures.

Dans son blog Category 6, le docteur Jeff Masters a signalé que le premier ouragan intense dans cette région apparaît habituellement aux environs du 19 juillet. Ainsi, Aletta a atteint la catégorie 3 le 8 juin (soit avec presque 6 semaines d’avance). De plus, elle occupe la sixième place dans la liste des ouragans de catégorie 4 qui se sont formés plus tôt. Toutefois, le record est détenu par Amanda dont les vents ont atteint 225 km/h le 25 mai 2014.

Pendant qu’Aletta faiblissait le 10 juin, un cyclone nommé Bud se renforçait à environ 670 milles nautiques. Dans la matinée du lundi, il était déjà un ouragan de forte intensité avec des rafales de vent supérieures à 185 km/h.

Bud pourrait faiblir s’il se dirigeait vers les eaux froides (20-25 degrés Celsius) qui longent la péninsule de Basse Californie. Néanmoins, le Mexique assure une haute surveillance.

Dans cette image du satellite GOES East du 11 juin on observe la dépression tropicale Aletta (1), l’ouragan Bud (2), une zone de mauvais temps dans la Caraïbe (3) et un nuage de poussière saharienne sur l’Atlantique centre-oriental.

Mauvais temps sur les Caraïbes

Une large zone de nuages avec des pluies et des orages électriques a persisté depuis hier sur la mer des Caraïbes.

Le développement cyclonique paraît peu probable dans les prochains jours bien que les eaux soient suffisamment chaudes, a pointé Dan Kottlowski, expert en ouragans chez ACCUWEATHER.

Le cisaillement se situe dans la variation de la vitesse et la direction du vent sur différents niveaux de la troposphère. Quand la force est ce qu’elle est actuellement, il empêche que la circulation se fasse à la surface de l’océan.

« Pour que le développement se produise, le cisaillement devrait diminuer » a déclaré Kottlowski.

Les zones du nord de la Colombie, du Panama, du Costa Rica, du Nicaragua, du Honduras, de Belize, du Guatemala, et du sud-est du Mexique seront en risque majeur d’inondations soudaines et glissements de terrain au cours de la semaine.

Image du 11 juin, 1:45 p. m. : NOAA/NESDIS

http://www.cubadebate.cu/noticias/2018/06/12/dos-huracanes-intensos-se-formaron-al-sur-de-mexico-en-solo-3-dias/#.WydnOS2Egsk