En direct : "Aujourd’hui ils sont des milliers, demain ils seront des millions et un jour ce sera l’Humanité entière" contre le blocus

Par Freddy Pérez Cabrera, Leydis Maria Labrador Herrera, Mirelsys Madrigal, Nuria Barbosa León, Yisell Rodríguez Milán
Publié dans Granma le 25 avril 2021

Le mouvement international pour exiger la fin du blocus et l’annulation de toutes les mesures prises par l’ancien président américain Donald Trump contre Cuba, demande également la fin des restrictions de voyage vers la nation caribéenne et le rétablissement du programme de regroupement familial, suspendu par le magnat républicain depuis 2017.

Le Premier Secrétaire du Parti Communiste de Cuba et Président de la République, Miguel Díaz-Canel Bermúdez, a partagé depuis son compte Twitter que des amis de différents continents et mouvements de solidarité ont commencé, une nouvelle caravane contre le blocus américain contre Cuba.

Dans un message précédent, le président a souligné que "la voix de Cuba et du monde contre le blocus s’élèvera à nouveau le 23 juin à l’Assemblée Générale des Nations Unies.
Depuis plus de six décennies, cette politique cruelle a causé des pénuries à la famille cubaine, mais l’année dernière, en pleine pandémie, elle a tenté de presque nous étouffer.
Durant la journée de samedi 24 avril, des organisations et des personnes sympathisantes de la Révolution, notamment en Europe, ont mené des activités sur les réseaux sociaux, des mobilisations dans les moyens de transport, des arrêts devant les bureaux consulaires américains, et d’autres initiatives pour exiger la levée du blocus.
Le dimanche 25, des actions similaires ont lieu dans plus de 20 villes des États-Unis.
Sous le slogan Ponts d’Amour, ils exigent à partir de là bas la reprise des procédures consulaires, l’élimination des plus de 240 mesures imposées par l’ancien président Donald Trump et l’exclusion de Cuba de la liste fallacieuse des pays parrainant le terrorisme.

Des activités sont également prévues au Canada, au Mexique, au Belize, au Panama, en République dominicaine, en Equateur, en Uruguay, en Argentine, en Espagne, en Belgique, en France, en Serbie, en Irlande, au Royaume-Uni, en Russie, en Afrique du Sud, au Nigeria, en Namibie, en Gambie, au Bénin, en Tunisie, au Liberia, en Ethiopie, en Egypte et en Angola.

L’agence de presse Prensa Latina rapporte qu’à Pékin, en Chine, une caravane de bicyclettes a suivi un parcours de six kilomètres avec des affiches dénonçant le blocus contre Cuba. La mobilisation, qui est passée par plusieurs avenues centrales, a été appelée par des groupes de solidarité et des organisations de Cubains vivant dans ce pays géant d’Asie.

Ces initiatives sont menées depuis plusieurs mois et ont atteint en mars dernier plus de 60 villes dans le monde, respectant les mesures épidémiologiques pour éviter la contagion par le COVID-19, avec tout cela nous espérons qu’il y aura un soutien retentissant à la Résolution que Cuba présentera à l’ONU le 23 juin contre le blocus.

La caravane à Santa clara. Photo : Ariel Cecilio Lemus

Le départ, prévu à 9h00, s’effectue depuis les pentes de la Loma del Capiro, un site emblématique de la ville qui fut décisif lors de la bataille de Santa Clara menée par le Che en 1958, et se termine sur la place "Ernesto Che Guevara". 

De manière spontanée, des jeunes de Santa Clara et d’autres territoires voisins, y compris la province voisine de Cienfuegos, se sont rassemblés pour le défilé, utilisant
divers moyens tels que des bicyclettes, des motos, des scooters et des véhicules légers, entre autres.

De cette manière, les Cubains expriment également leur gratitude à l’égard de la méga-caravane mondiale convoquée le dimanche par le projet « Ponts d’Amour » pour la fin des sanctions américaines à l’encontre de la plus grande des Antilles, qui atteint cette fois des nations d’Amérique, dont les États-Unis ; l’Afrique, et aussi plusieurs en Europe, comme la France et le Royaume-Uni.

Le mouvement international pour exiger la fin du blocus et pour que toutes les mesures prises par l’ancien président américain Donald Trump contre Cuba soient annulées, demande également la fin des restrictions de voyage vers la nation caribéenne et le rétablissement du programme de regroupement familial, suspendu par le magnat républicain depuis 2017.

Las Tunas contre le blocus
Le mouvement artistique et culturel de ce territoire oriental manifeste également aujourd’hui pour la levée du blocus contre Cuba. Bien qu’ayant été ces derniers mois la cible des actions les plus viles de discrédit et de manipulation, la culture montre une fois de plus qu’elle est par essence révolutionnaire et, par conséquent, rejoint la caravane et expose depuis ses manifestations l’appel de #NoMásBloqueo.

Las Tunas contre le blocus Photo de Yelaine Martínez Herrera
Le Centre provincial d’arts plastiques, situé sur la route qu’emprunte la caravane, expose des œuvres allégoriques du moment historique que nous vivons.

La caravane contre le blocus avance dans les rues de las Tunas. Sur des vélos, des motos et des automobiles, les enfants de cette terre révolutionnaire réclament le droit d’un pays à se développer sans un siège économique qui l’étouffe.
"Plus d’injustice, plus de cruauté, assez de cette punition.
Faisons la paix et l’amour, pas la guerre, assez du blocus, nous ne le méritons pas..."

C’est ce que la Fédération des lycéens a publié sur son profil Facebook, pour preuve que cette juste revendication est également portée par les voix les plus jeunes qui constituent le relais de la Révolution.

A la Havane aussi, une régate a été organisée.