L’UNESCO retire le statut d’associé à Reporters sans frontières

L’Unesco a retiré le statut d’associé à Reporters Sans Frontières (RSF)

{{}}

L’organisation des Nations unies pour l’éducation la science et la culture (UNESCO) a retiré le statut d’associé à Reporters Sans Frontières (RSF), considérant que les méthodes utilisées par cette organisation sont incompatibles avec les valeurs de l’Unesco en matière de journalisme, c’est ce qui a motivé cette décision.

Ce jeudi 8 mars le conseil exécutif de l’organisme international a décidé de confirmer la décision qui avait été prise par le comité sur les organisations non-gouvernementales le 28 février dernier.

RSF, dont le siège est en France, a été signalé pour avoir été parrainé par des agences de renseignements des États-Unis.

Son fondateur et ancien dirigeant Robert Ménard a reconnu qu’il avait reçu un financement du Centre pour Cuba Libre, une fondation dirigée par Franck Calzon, agent de la CIA, ex-président de la fondation nationale cubaine américaine FNACA, organisation gravement impliquée dans le terrorisme contre Cuba comme l’a signalé un de ses anciens dirigeants José Antonio Llama.

Ce n’est pas la première fois que l’Unesco sanctionne RSF. En 2008, l’organisme international lui a retiré son patronage pour la Journée pour la liberté sur internet en raison de sa volonté de disqualifier un certain nombre de pays, nous informe Cubadebate.

RSF n’a dénoncé en permanence les violations de la liberté de la presse que dans les pays en développement. En Amérique latine RSF a focalisé ses critiques sur les pays de l’alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (Alba).