LA COOPERATION, PRINCIPAL DEFI DU MECANISME CELAC-UE

Par Nuria Barbosa Léon
Publié dans Granma le 15 décembre 2020

L’appel à préserver le lien entre la Communauté des états latino-américains, les Caraïbes et l’Union Européenne et empêcher l’exclusion d’une nation, essentiellement le Vénézuela, était au centre de l’intervention du ministre des relations extérieures de Cuba, Bruno Rodriguez Parilla, lors de la réunion ministérielle informelle de ce mécanisme multilatéral.

Bruno Rodriguez Parilla, Ministre des relations extérieures de Cuba.

C’est par visio-conférence que les représentants de plus de 50 gouvernements ont échangé sur la nécessité d’une réponse commune à la COVID-19, l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de communication dans ce contexte, les initiatives pour affronter le changement climatique et la coopération multilatérale pour la récupération post-pandémique.

Le chancelier cubain a affirmé que « les multiples crises aggravées par la COVID-19 et ses effets dévastateurs ont mis en évidence l’urgence de renforcer la solidarité et la coopération internationale, puis il a expliqué le grand défi pour l’île de contrecarrer les effets de la pandémie, étant donné le durcissement du blocus économique, commercial et financier des Etats Unis.

Lors de la réunion organisée par l’Allemagne, en qualité de Présidente de l’Union Européenne, le ministre cubain a affirmé « ce mécanisme doit permettre de donner une réponse bi-régionale aux défis imposés par la COVID-19 et la participation de tous les pays de la CELAC et de l’Union Européenne, sans exclusion et sans méconnaître notre diversité et les niveaux de développement différents ».

D’autres pays demanderont l’appui de l’Organisation mondiale et Panaméricaine de la santé, l’aide désintéressée et la collaboration. Le chancelier mexicain Marcelo Ebrard Casaubon, en qualité de Président temporaire de la CELAC souligna les multiples coïncidences des valeurs, priorités et perspectives des participants devant les défis globaux, l’allemand Heiko Maas annonça la création d’un institut transnational pour lutter contre les maladies infectieuses en Amérique Latine.