La CIA, l’USAID et la NED dans la subversion contre Cuba

L’Agence Centrale d’Espionnage (CIA) a été jusqu’à ce jour l’épicentre de la subversion contre Cuba avec une exécution en augmentation de ses plans au travers d’agences, organisations, agents autant aux Etats-Unis que dans l’île caribéenne et d’autres pays.

Il s’agit d’une bien longue histoire qui fait partie de la politique agressive qu’affronte la Révolution cubaine depuis plus de six décennies, laquelle inclut entre autres modalités des actions terroristes, des attaques armées, biologiques, un blocus économique et des programmes directement dirigés vers la dénommée société civile.

Pour le Directeur du Centre de Recherches Historiques de la Sécurité de l’Etat de Cuba, Manuel Hevia, la CIA utilise l’Agence étasunienne pour le Développement International (USAID) comme son principal bras pour financer des actes de déstabilisation contre la nation caribéenne. Selon son opinion, l’USAID est un des piliers de la subversion anti cubaine et principal financeur de la contre-révolution à partir du Programme Cuba, qui uniquement entre 1998 et 1999 utilisa plus de 6 millions de dollars pour l’exécution de centaines d’opérations illégales de financement de groupes mercenaires. Pour cela, furent introduits en territoire cubain une diversité de ressources techniques en moyens informatiques, impression digitale, télécommunications, équipements de fax, vidéo ainsi que de la littérature contre-révolutionnaire. L’histoire de la sédition ne se termine pas là, ni les fonds qui dépassent les 300 millions de dollars au cours des plus de deux décennies écoulées.

L’USAID n’est pas la seule. De là, sont acheminés des fonds pour la NED et d’autres organisations et institutions qui fonctionnent comme un réseau avec le même objectif destiné à saboter le processus révolutionnaire cubain et l’institutionnalité même du pays.

Parmi eux figurent des secteurs anti-cubains aux Etats-Unis, Amérique Latine et y compris en Europe qui développent des campagnes médiatiques de grande envergure contre l’île des Antilles.

Cette action subversive intervient au milieu de la lutte contre la pandémie de la Covid-19 pour laquelle l’Etat Cubain investit des ressources considérables destinées à garantir la santé et la vie des citoyens. Un regard sur la page web de la NED met en évidence, pendant l’année 2020, le financement au cours de la dernière année de l’administration Trump de diverses institutions étasuniennes, latino-américaines et d’autres pays liées à des éléments qui promeuvent le terrorisme et des actions qui cherchent le changement de régime à La Havane.

Pour preuve, énumérons quelques-uns des destinataires des fonds distribués par la NED pour subvertir la situation politique à Cuba :

Journal de Cuba : basé en Espagne, il a reçu plus de 200 000 dollars pour « promouvoir une information sans censure à Cuba ».

Direction Démocratique Cubaine : elle a disposé de 650 000 dollars sous le même label.

Liberté d’Information : autre ONG anti-cubaine qui a reçu un financement de presque 100 000 dollars.

Fondation Affiche Urbaine : obtient 100 000 dollars pour renforcer les artistes cubains « en particulier de hip-hop » comme leaders culturels afin de promouvoir la participation citoyenne et le changement social dans la société – dit la page web officielle de la NED.

L’Institut National Démocratique pour les Affaires Internationales (NID) : a perçu une quotité d’un demi-million de dollars destinés à des activités à Cuba.

Fondation pour les droits humains à Cuba : un financement de 126 000 dollars.

Parmi les entités réceptrices se trouve en outre le Centre Latino-américain pour la Non-Violence, installé aux Etats-Unis, qui reçut l’an dernier plus de 48 590 dollars pour diffuser l’action d’une prétendue coalition de travailleurs autonomes de Cuba. Une telle coalition fantôme est dirigée par Omar Lopez Montenégro, un dirigeant de la Fondation Nationale Cubano-Américaine, commanditaire d’actes terroristes et protectrice de Luis Posada Carriles et Orlando Bosch, responsables d’avoir fait exploser en plein vol un avion de la Cubaine d’Aviation avec 73 personnes à bord. Les actions de ces terroristes avérés furent financées plus d’une fois par la CIA.