La Havane : développement durable, culture et environnement

Cinq conférences magistrales ont marqué ce mercredi de la XVIIe Rencontre internationale de la gestion des villes patrimoniales.
Le public présent à la basilique du couvent de Saint François d’Assises a pu enrichir ses connaissances sur des sujets aussi divers que le gouvernement, la culture, la ville et l’environnement.
L’architecte Patricia Rodríguez Alomá, directrice du schéma directeur du bureau de l’historien de la ville de La Havane, a expliqué dans son exposé "La gouvernance : un défi pour La Havane" qu’il était urgent de promouvoir des actions pour la capitale autour d’une meilleure gestion. Elle a également souligné la nécessité de promouvoir le leadership au profit de la capitale.
"Nous essayons de construire la nouvelle Havane à partir du centre historique. Nous travaillons dans cette direction depuis plus de vingt-cinq ans pour changer les choses, impliquer les gens et créer un nouveau paradigme basé sur la responsabilité.
Nous savons que nous avons besoin d’une ville créative " a telle déclaré.

À un autre moment de la matinée, l’exposé "Culture : un axe stratégique pour le développement de La Havane" a été présenté par Vilma Rodríguez Tápanes, présidente de la Commission des monuments provinciaux.
Rodríguez Tápanes a souligné l’importance de ne pas voir les processus culturels isolés pour parvenir à un développement durable . Elle a également résumé l’intérêt de notre pays pour la gestion créative de la culture et l’utilisation des patrimoines construits comme une fabrique d’art cubain et de nombreux autres exemples dans le centre historique de La Havane.
"La Havane développe chaque année, des festivals et des événements de qualité internationale. certains avec un caractère bisannuel.
Elle compte soixante-treize musées, cinquante-deux monuments nationaux et dix zones de protection ; Ces attractions uniques sont peu commercialisées par les entités touristiques alors qu’elles pourraient être efficaces pour faire face aux effets de la saisonnalité ", a déclaré Vilma Rodríguez.

Une autre des conférences était dirigée par Mme Mayra Espina Prieto, qui a présenté
"La Havane : une ville en mutation et une aspiration à l’équité". Le responsable du programme national de l’Agence suisse pour le développement et la coopération (COSUDE) a souligné que l’idée de cette enquête est née lorsque la ville a été déclarée merveille.

Pour Mme Espina Prieto, le titre attribué à La Havane est basé sur le patrimoine, les travaux de restauration et de réhabilitation et, surtout, sur la vie quotidienne de ses habitants.
"Je pense que l’approche contemporaine pour juger une ville vivable repose sur au moins trois programmes : deux internationaux et un national (...). La conclusion à propos des programmes acquis par Cuba est l’inclusion et l’équité en tant que valeurs clés de la vie urbaine et des politiques pour sa gestion ", a t elle déclaré.

"La Havane environnementale : de petits pas vers le développement durable" était le titre de la lecture proposée par Liliana Núñez Velis.

Et pour terminer le cycle de conférences, Juan Triana Cordoví, du Centre pour l’étude de l’économie cubaine, a évoqué « Cuba et le développement économique, un regard entre la nouvelle constitution et la loi Helms-Burton ». Très en phase avec le contexte actuel du pays.

Dans l’après-midi, il y a eu un forum d’informations sur les projets promus par le gouvernement de la capitale et par le bureau de l’historien de la ville de La Havane à l’occasion des célébrations du 500e anniversaire de la ville.

La Havane 500, des idées pour un hommage

La Havane mérite les meilleurs présents pour son 500e anniversaire et c’est un travail commun de tous ceux qui l’aiment. Pour cela, lors de la première journée de conférences de la XVIIe Rencontre internationale de gestion des villes patrimoniales, trois architectes cubains renommés se sont donnés rendez vous pour expliquer comment se divertir dans la ville.

Dans l’espace intitulé « Forum informations La Habana 500 », le public de la basilique du couvent de Saint François d’Assises a écouté Perla Rosales, directrice adjointe du bureau de l’historien de la ville, qui est intervenue magistralement sur toutes les œuvres restaurées à ce jour pour l’arrivée du demi-millénaire.
Rosales a également mentionné les œuvres en travaux de restauration qui seront prêtes pour le 16 novembre 2019 - le jour où la fondation de l’ancienne Ville de San Cristóbal de La Habana sera commémorée – entre elles : le Capitole national, le château d’Atarés et le terminal central de chemin de fer.
Dans son intervention de 50 ans de restauration pour 500 ans, elle a souligné la prestation et la détermination du Dr. Eusebio Leal Spengler pour la réhabilitation du centre historique de la ville.

Pour sa part, Vilma Bartolomé, directrice du projet Espaces, a expliqué en quoi consiste le corridor culturel de l’avenue Línea, qu’elle a défini comme un projet de rénovation urbaine, observé du point de vue de la culture, visant à sauver l’espace public sur toute l’avenue.
L’architecte a également précisé que l’axe principal du corridor culturel serait situé entre l’avenue Linea et la 18e rue, où se trouvait l’ancienne station de tramway (qui fut aussi auparavant une fabrique de bicyclettes).

Un grand centre culturel sera construit sur une superficie de près d’un hectare. Il pourrait accueillir à l’avenir des manifestations telles que des salons d’art et de littérature.
Pour clore la première journée de sessions, le projet "Habanía 500" a été présenté sous la tutelle de María Eugenia Fornés Varona. Cet hommage à la ville consiste en un plan ambitieux visant à unifier en un seul endroit l’ADN de notre Havane dans toutes les manifestations artistiques.
Fornés Varona a souligné que toute une équipe se trouvait dans une phase de "tempête d’idées", tout en assurant que ce serait l’un des dons du Bureau de l’historien de la ville à La Havane.