La Rencontre anti-impérialiste de solidarité, pour la démocratie et contre le néolibéralisme, a commencé à La Havane

En présence de José Ramon Machado Ventura, Deuxième Secrétaire du Comité central du Parti communiste de Cuba ; Esteban Lazo, président de l’Assemblée nationale du Pouvoir populaire et du Conseil d’État ; Bruno Rodriguez, ministre des Relations extérieures ; Ulises Guilarte de Nacimiento, Secrétaire général de la Centrale des travailleurs de Cuba,

Dans son discours d’ouverture, Fernando Gonzalez Llort, président de l’Institut cubain d’amitié avec les peuples (ICAP), a souhaité la bienvenue aux participants et dédié ses premières paroles à Fidel.

Fernando a rappelé que le peuple cubain n’a pas pu être vaincu malgré 60 ans d’hostilité.

« Nous continuons à nous rencontrer pour rêver du monde que nous méritons », a déclaré le président de l’ICAP lors de l’inauguration de la Rencontre anti-impérialiste.

« Nous nous retrouvons à cette réunion dans le cadre du 500e anniversaire de la fondation de La Havane dans le but d’unir une vaste force solidaire avec Cuba. »

« Nous sommes heureux de partager cet espace avec des organisations de gauche dans un scénario où les États-Unis tentent de discréditer la mission altruiste et la collaboration de la santé cubaine. »

« Cuba ne trahira jamais ses amis. »

Le ministre des Relations extérieures de Cuba, Bruno Rodriguez Parrilla, est intervenu à la Rencontre anti-impérialiste de solidarité, pour la démocratie et contre le néolibéralisme, sur la politique étrangère de Cuba dans le contexte mondial et la lutte contre le blocus.

Bruno Rodriguez a signalé :

« Nous pouvons sentir dans cette salle l’expression profonde des luttes de nos peuples. Le gouvernement de Donald Trump représente la plus grande menace. Les États-Unis s’ingèrent de plus en plus dans les affaires de nos États, alors que le modèle capitaliste est irréalisable et insoutenable pour la planète. »

« La campagne électorale aux États-Unis pourrait aggraver le climat de confrontation avec notre pays. »

« Des temps difficiles s’annoncent, et affronter les États-Unis sera décisif. »

« Nous avons dû affronter pendant des mois de graves difficultés pour garantir le carburant, non seulement pour notre développement mais pour la vie quotidienne du pays »

« Nous avons été confrontés à de graves difficultés dans l’approvisionnement en carburant, et des mesures temporaires ont été adoptées, des mesures qui n’étaient possibles que dans un pays organisé et révolutionnaire comme le nôtre. Le gouvernement des États-Unis viole le Droit international et les règles de la navigation et du commerce international. »

« Le gouvernement des États-Unis commet des violations massives des droits humains des Cubains. Il a lancé une campagne d’agression contre la coopération médicale cubaine pour ainsi réduire des revenus justes et légitimes. »

« 43 chefs de délégation présents au débat général des Nations Unies se sont publiquement opposés au blocus »

« La Loi Helms-Burton est le principal document régissant l’hostilité des États-Unis envers Cuba. »

« Nous vous remercions pour la solidarité dont vous faites preuve face à l’agression à laquelle notre peuple résiste, et il résistera jusqu’au bout. »

« Les gouvernements progressistes et de gauche ont avancé, mais ils doivent encore travailler à la conscientisation et la mobilisation populaire. »

Et en bonus une partie de la délégation française...

Portfolio