La pauvreté touche 209 millions de Latino-Américains

Selon la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) :

La Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) prévoit que la récession économique déclenchée par la pandémie portera le nombre de pauvres à 209 millions d’ici la fin de 2021, soit 22 millions de plus que l’année précédente, selon un rapport publié fin février 2021.

Sur le nombre total de personnes pauvres, 78 millions vivent dans une pauvreté extrême, selon le Panorama social de l’Amérique latine 2020, présenté en ligne par la directrice exécutive de la CEPALC, Alicia Bárcena.

Le document indique que l’arrivée de la pandémie a également aggravé les indices d’inégalité, les taux d’emploi, la participation au travail et les inégalités, malgré les efforts de protection sociale déployés par les gouvernements de la région. Elle prévoit également une baisse du PIB de -7,7% pour 2020.

L’Amérique latine et les Caraïbes sont deux des régions les plus touchées par le nouveau coronavirus, tant en termes d’infections que de décès.
La CEPALC dresse un graphique de la situation en soulignant qu’en 2020, 8,4 % de la population mondiale vivait dans la région, et qu’en décembre de la même année, elle comptait 18,6 % de toutes les personnes infectées et 27,8 % des décès.

L’agence des Nations unies souligne que les problèmes dans les domaines de la santé, de l’éducation et la détérioration des conditions économiques des ménages "pourraient forger un cercle vicieux de pauvreté et de mauvaise santé pour de nombreuses fractions de la population".

Le rapport précise que l’extrême pauvreté est passée de 11,3 % en 2019 à 12,5 % l’année dernière et que la pauvreté est passée de 30,5 % à 33,7 %. Il indique que sur les 78 millions de personnes qui survivent dans l’extrême pauvreté, environ huit millions s’ajouteront en 2021.

L’étude ajoute que sans les transferts directs de revenus à quelque 84 millions de ménages, l’extrême pauvreté aurait atteint 15,8 % et la pauvreté 37,2 % des 654 millions de Latino-Américains.

"La pandémie a mis en évidence et exacerbé les principales lacunes structurelles de la région et, à l’heure actuelle, nous vivons un moment de grande incertitude dans lequel ni la forme ni la rapidité de la sortie de crise ne sont encore claires", a déclaré Mme Bárcena.

Elle a ajouté qu’"il ne fait aucun doute que les coûts de l’inégalité sont devenus insoutenables et qu’il est nécessaire de reconstruire avec l’égalité et la durabilité, en visant la création d’un véritable État-providence, une tâche longtemps retardée dans la région".

En ce qui concerne le marché de l’emploi, l’analyse indique que le taux de chômage régional s’élevait à 10,7 % à la fin de 2020, ce qui représente une augmentation de 2,6 points de pourcentage par rapport à 2019, affectant le plus les femmes, les travailleurs informels, les jeunes et les migrants.

Dans le domaine de la santé, les dépenses publiques restent loin des 6 % du PIB suggérés par l’Organisation panaméricaine de la santé. Le rapport indique que "les différentes caractéristiques des systèmes de santé peuvent favoriser ou entraver la progression de la COVID-19".

Dans le domaine de l’éducation, la fermeture d’établissements scolaires dans 32 pays de la région a touché plus de 165 millions d’étudiants de tous niveaux, bien que la plupart d’entre eux aient mis en place un enseignement à distance, un aspect qui révèle d’énormes fractures numériques.

En outre, "la pandémie a augmenté la mortalité dans la région.
Au 31 décembre 2020, il y avait environ 507 000 décès dus à la COVID-19 en Amérique latine et dans les Caraïbes, ce qui affectera très probablement les niveaux de mortalité et l’espérance de vie dans les pays", a déclaré la CEPALC.

Mme Bárcena a également souligné la "grande inégalité d’accès aux vaccins" dans la région et a insisté sur la nécessité de maintenir les programmes de protection sociale, qui représentaient l’an dernier 7 % du PIB de la région.