La plus grande entreprise exportatrice de café concrétise la première opération commerciale directe vers le marché européen.

La prestigieuse industrie connue sous son nom commercial Alto Serra complète la mission de Cubaexport, jusque-là au-devant de toute son activité commerciale.
Après presqu’un an d’ajustement pour gagner en autosuffisance dans les opérations de commerce extérieur, l’entreprise transformatrice de café Asdrubal Lopez, plus grande exportatrice cubaine du grain aromatique, a concrétisé ce mois-ci sa première opération directe vers le marché européen.

Foto : José LLamos Camejo

Ainsi, cette efficace entreprise socialiste s’est inscrite dans sa catégorie comme le pôle exportateur de Guantanamo, approuvée au mois de janvier de cette année et qui l’autorise à commercer avec le monde de manière directe, un pas crucial pour assumer sa prometteuse position au sein du programme stratégique de développement local qui impulsera les capacités pour l’augmentation de lignes et pôles exportateurs.

La prestigieuse industrie connue sous son nom commercial Alto Serra, fondée en 1987 a concentré ses efforts au 1er semestre 2020 en des processus de certification, capacités et aménagements fonctionnels pour être indépendante et prendre la responsabilité exportatrice, en complément de la mission Cubaexport, jusqu’ici au-devant de toute son activité commerciale.

De même cette année, sur le point de se terminer, l’entité a en outre, posé les bases pour concrétiser récemment en direction de l’Europe son premier envoi direct de lots de graines de cacao, une autre des productions de la province les mieux positionnées sur le marché international, dans lequel pénètre aujourd’hui la Transformatrice de Café Asdrubal Lopez, avec son souci de se diversifier et conquérir de nouveaux clients pour le futur.

Les détails ont été fournis à l’Agence Cubaine d’information par Osmel de la Cruz, Directeur général de cette entreprise de Guantanamo qui souligna que, pour se positionner en tant qu’industrie exportatrice de la région orientale, on a travaillé ces derniers temps à l’adaptation des procédures et à la création d’une direction du commerce extérieur, avec un bureau et une représentation à La Havane.

En général, Alto Serra, avant-garde nationale depuis presque trois décennies et une des entreprises les plus efficaces du Ministère de l’Agriculture, achève une année de plus avec de bons résultats, atteignant son engagement de vente à l’extérieur comme de la vente intérieure de café exportable et celle destinée à la consommation, dans ce dernier cas en dépassant les niveaux des 11 dernières années.

Son apport représente actuellement entre 50 et 60% du café national aujourd’hui exporté et aspire à conquérir de nouveaux marchés sur ce secteur, bien au-delà de ses clients habituels en Europe, Asie et Océanie qui attestent de l’excellence du café national né au cœur des montagnes de l’extrême orient cubain.

L’efficace préparation du café lavé arabica qui s’opère, (repos du grain et formation de lots d’une même région et de qualité) a favorisé des niveaux de valorisation supérieurs à 80%, ce qui a apporté une meilleure valeur ajoutée au produit, signala le plus important représentant de cette société dont la maison mère est située à l’extrême sud de la ville de Guantanamo. Ladite industrie emploie plus de 400 travailleurs en 7 unités réparties sur les 4 municipalités de Guantanamo et parmi ses fournisseurs figurent toutes les entreprises caféières des provinces de Guantanamo et de Holguin, avec des plantations à quelques 500 à 700 m au-dessus du niveau de la mer, altitude avec climat et sols favorables à cette culture.

Aujourd’hui les démarches de certification, de l’appellation d’origine de son produit de haute qualité, reconnaissent non seulement ses niches caféières dans le massif Nipe-Sagua-Baracoa avec plus de 200 ans de tradition dans la culture et au profit de la drupe – (NdT : Fruit charnu, renfermant un seul noyau. L’abricot, la pêche, la cerise, la prune, sont des drupes), mais portent sur d’autres garanties d’exigences primées sur le marché international telle que la récolte en harmonie avec l’environnement.

Pour une seconde étape au sein de sa stratégie de développement en qualité de pôle exportateur resteront les améliorations technologiques et aller jusqu’à la torréfaction, avec le grillé, le moulu et l’empaquetage, le traitement de son produit phare, jusqu’ici commercialisé en grain, lequel convertira l’entreprise non seulement exportatrice de matière première mais aussi de produits transformés.