La production de riz diminue presque de moitié à Camagüey

A Cuba le riz est un aliment de base. Il est essentiellement cultivé en agriculture conventionnelle.
À Camagüey une alternative biologique est mise en œuvre pour compenser la baisse de production importante dû au manque d’intrants chimiques en raison du blocus imposé par les États-Unis.

Cubadebate le 09/09/2019

Production de riz à Camagüey. photo : radio Cadena Agramonte.

Après avoir atteint un record historique de production en 2018 avec 100 000 tonnes de riz à coque humide, le complexe agro-industriel de céréales « Routa invasora » (CAGRI) de Camagüey subit une chute brutale de ses volumes de production, en raison des carences en approvisionnements des intrants pour cette culture.

Les limitations imposées à l’importation du paquet technologique, en raison de l’intensification du blocus imposé par les États-Unis à Cuba et de l’impact négatif qui en a résulté sur l’économie de l’île, ont provoqué que l’objectif de 90 407,3 tonnes initialement prévu pour 2019 a du être réajusté à tout juste plus de 52 mille tonnes.

Jimmi Camejo Martín, directeur adjoint du CAGRI, a déclaré à Adelante Digital que les riziculteurs de Camaguey ont cherché des alternatives en raison de la pénurie d’intrants et aujourd’hui ils utilisent des produits biologiques tels que Metarhizium (un champignon qui attaquent les insectes) et Phitomag entre autres. Cela a permis de réaliser la plantation des 9 000 hectares (ha) pendant la saison froide, ce qui n’a pas été le cas au printemps où seulement un peu plus de 6 000 ha ont été plantés.

Les principales destinations des céréales convoitées qui sont récoltées dans le périmètre concerné sont le panier de base, les institutions de production et de services et le tourisme. Camejo Martín a réaffirmé l’engagement du collectif CAGRI à poursuivre sa recherche d’alternatives et à se conformer aux demandes actuelles.

Le complexe agro-industriel de céréales Ruta Invasora de Camagüey, reconnu pour ses rendements et productions élevés, est le deuxième producteur de riz de Cuba, après son homologue Granmense, il travaille pour diversifier ses productions. Un exemple de ceci c’est l’augmentation des exportations de charbon de bois, actuellement avec plus de 3 400 tonnes déjà commercialisées sur le marché étranger.