Le 1er janvier et la leçon de Fidel pour l’humanité : transformer les revers en victoire (+ VIDÉO)

Partager cet article facebook linkedin email

Il s’agit de quelques traits marquants de l’histoire contemporaine, plus d’un demi-siècle s’est déroulé depuis ce 1er janvier 1959. La lutte exemplaire du peuple cubain a marqué cette période, sa résistance héroïque aux assauts permanents de son grand voisin étasunien...

Article posté le 1 janvier 2023 -
Par Arnold August, rédacteur en chef collaborateur de The Canada Files, membre du comité de rédaction de l’International Manifesto Group et chroniqueur dans Workers

L’attaque du 26 juillet 1953 par Fidel Castro contre les casernes Moncada et Carlos Manuel de Céspedes constitue un revers. Cependant, le plaidoyer de légitime défense de Fidel lors du procès pour les attentats, connu sous le nom de "l’Histoire m’acquittera", qui s’est ouvert le 16 octobre 1953, s’est avéré être une victoire exceptionnelle. Dans des conditions très difficiles en tant que prisonnier, l’accusé est devenu lui-même un accusateur. Fidel a accusé non seulement l’appareil militaire et étatique de Batista, soutenu par les États-Unis, mais aussi, en tant que colonie américaine, l’ensemble du système politique, économique et social qui existait à l’époque à Cuba. Et il a proposé une solution pour sortir de cette impasse.

Fidel à Santiago de Cuba le 1er janvier 1959.

Cette victoire, antithèse du revers du 26 juillet 1953, s’est étendue bien au-delà des murs du bâtiment de Santiago de Cuba qui a servi de salle d’audience. Par le biais du Mouvement du 26 juillet, qui porte le nom de l’assaut du 26 juillet, elle a également participé à la transformation de l’échec en victoire.

Melba Hernández et Haydee Santamaría (deux femmes légendaires qui ont participé à l’assaut manqué), sous la direction de Fidel, ont réussi à rassembler leurs documents de défense et à en imprimer clandestinement 100 000 exemplaires pour les distribuer dans toute l’île. L’histoire m’acquittera est devenu à jamais une partie de la scène politique cubaine, telle était la victoire de Fidel dans cette salle d’audience.

Cependant, en décembre 1956, il faut faire face à un autre revers. Le but de l’expédition improvisée sur le yacht Granma, qui a navigué du Mexique vers l’est de Cuba afin de lancer la lutte armée pour renverser le régime de Batista, a connu des difficultés, perdant des hommes et des fusils précieux. Il a atterri dans une zone marécageuse, loin de la tête de pont solide où il avait été prévu et où des renforts les attendaient. C’était un revers.

Cependant, Raúl Castro a raconté plus tard l’histoire qui s’est déroulée après ce revers : " [Fidel] m’a donné une accolade et la première chose qu’il a faite a été de me demander combien de fusils j’avais. D’où la célèbre phrase : "Cinq, plus les deux que j’ai, sept. Maintenant, nous avons gagné la guerre !

Eh bien, le reste appartient à l’histoire. Comme nous le savons tous, la Révolution a remporté la victoire le 1er janvier 1959. Ou bien, la transformation du revers du Granma en victoire le 1er janvier n’était-elle qu’une simple saga du passé ? vraiment qu’une simple saga du passé ?

Fidel ne semblait pas le penser. Il semblait prévoir que les revers étaient destinés à mettre des obstacles sur le chemin de la Révolution, même s’il avait gagné le pouvoir politique. Le 1er janvier, il a proclamé : "La Révolution commence maintenant, la Révolution ne sera pas une tâche facile, la Révolution sera une entreprise difficile et pleine de dangers."

Marta Rojas (1928-2021), la journaliste cubaine qui a suivi et écrit sur le discours de défense de Fidel en 1953, a inventé la phrase : "Fidel, ou comment transformer les revers en victoire". En d’autres termes, transformer les revers en victoires faisait partie de l’ADN de Fidel.

Photo archives de GRANMA

L’auteur de ces lignes a toujours soutenu que la pensée et les actions de Fidel sont des leçons précieuses pour les révolutionnaires et les communistes du monde entier, et pas seulement pour Cuba. La moindre de ces leçons n’est pas l’héritage immortel de Fidel, qui a su transformer un obstacle en triomphe. Quel révolutionnaire, où que ce soit sur la planète, n’a pas dû faire face à des obstacles ? Où y a-t-il un communiste, où que ce soit sur la planète, qui ne puisse s’inspirer de Fidel ou, comme l’a écrit Marta Rojas, "l’autre nom de Fidel" est de transformer une défaite en réussite ?

Cuba aborde 2023 après avoir survécu en 2022 au dernier assaut des sanctions et au blocus imposé par l’impérialisme américain et ses alliés, sans parler de la pandémie en cours, surtout au premier semestre 2022, de l’incendie de Matanzas et de l’ouragan Ian. Dans l’ensemble, tout cela ne constitue pas un recul en 2022, au même titre que le Moncada et le débarquement du Granma, qui sont des événements très différents.

Cependant, Cuba n’est pas tombé à genoux ou n’a pas embrassé les États-Unis, comme Washington l’espérait. Cuba a survécu. En outre, les gens du monde entier respectent et soutiennent de plus en plus la révolution cubaine pour sa résistance continue aux États-Unis.

En écrivant ces lignes sur "la transformation des revers en victoires", on ne peut s’empêcher de penser à l’autre géant de la politique latino-américaine contemporaine, Hugo Chávez. Après la défaite de la rébellion civico-militaire du 4 février 1992, reconnaissant ce revers, il déclare : "pour l’instant", c’est-à-dire "nous reviendrons et nous triompherons". Et en effet, la révolution bolivarienne naissante est revenue et se poursuit sous la direction du président Nicolás Maduro. Le gouvernement vénézuélien n’a pas non plus cédé un pouce aux États-Unis dans leur tentative de briser la solidarité et l’entraide entre Cuba et le Venezuela. La Révolution cubaine n’a pas non plus cédé aux pressions américaines pour abandonner le Venezuela.
Les deux révolutions, parmi d’autres, sont fondées sur la même notion de foi en la victoire, quels que soient les obstacles.

A propos de l’auteur :
Arnold August
Arnold August, journaliste et conférencier canadien, est l’auteur des livres Democracy in Cuba and the 1997-98 Elections (1999), Cuba and its Neighbours : Democracy on the Move (2014) et Cuba-US Relations : What’s Changed (2018). Il contribue à la revue Trabajadores. Twitter : @Arnold_August FaceBook : Arnold August

VIDEO : LE 1ER JANVIER 1959, FIDEL CASTRO FAIT CHUTER LA DICTATURE À CUBA