Le lecteur de la fabrique de tabac !

Extraits du site CUBANIA... en 2011 :

"Il est probable que Miguel de Cervantes, Victor Hugo, Alexandre Dumas et William Shakespeare n’aient jamais eu autant de lecteurs passionnés que ces travailleurs. Dans le Cuba des années 1800, Les Misérables, Notre-Dame de Paris, Le Comte de Montecristo et Roméo et Juliette sont devenus des best-sellers de premier plan dans les fabriques cubaines.

La ferveur a atteint un tel niveau que deux des marques les plus reconnues de havanes Montecristo et Romeo y Julieta ont pris le nom de ces textes mille fois lus dans les fabriques.

On raconte que la rumeur sur cette tradition si particulière aurait traversé l’Atlantique et serait arrivée aux oreilles de Victor Hugo. Le romancier français a écrit une lettre de remerciements aux tabaqueros de la fabrique Partagás et manifesta sa sympathie à la cause des rebelles cubains quand la guerre d’indépendance de 1868 a éclaté."