Le premier voyage de G. García Márquez à Cuba, par lui-même.

Partager cet article facebook linkedin email

Avant la Révolution, Gabriel García Márquez (GGM) n’eut jamais la curiosité de se rendre à Cuba. Là-dessus, il s’est expliqué à plusieurs reprises. Avec des arguments partagés par beaucoup d’autres, en Amérique latine et ailleurs.

C’est à Paris, un jour de début 1956, que le Colombien entendit parler pour la première fois d’un jeune avocat cubain nommé Castro, qui dirigeait le Mouvement du 26 juillet, et incarnait le seul espoir pour Cuba.

Il l’avait appris de la bouche d’un communiste cubain exilé, Nicolas Guillén. Les deux hommes vivaient dans deux hôtels qui se faisaient face rue Cujas, en plein Quartier latin à Paris.

PDF - 101 ko
ggmcuba.pdf