Le volley-ball cubain va briller dans les meilleurs championnats du monde

Le volley-ball cubain est dans une bonne passe, inaugurée par un groupe de jeunes qui, en 2016, ont participé de façon inespérée, aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro, et ont continué à faire leurs premiers pas au niveau international.

Auteur : Alfonso Nacianceno | nacianceno@granma.cu

23 avril 2021

Les joueurs recrutés à l’étranger formeront la base de l’équipe de Paris-2024

Photo : Getty Images


Après avoir assumé des responsabilités dans l’équipe nationale, le talent qu’ils ont démontré s’est consolidé avec leur intégration dans les ligues régionales (en Argentine, principalement).

Selon Ariel Sainz, docteur ès Sciences, vice-président de l’Inder* et responsable de la Fédération cubaine de ce sport, l’important c’est que les membres de cette génération, nés en 1996-1997, ont pu jouer dans des événements continentaux et mondiaux, dans lesquels ils ont acquis une mentalité de gagnants, qui a connu son apogée en 2017, avec la médaille d’argent gagnée lors de la Coupe du monde des moins de 21 ans, en République tchèque.

On trouve parmi eux Osniel Mergarejo, Romay Alonso, Jesus Herrera, José Miguel Gutierrez, José Romero, Livan Osoria, Marlon Yant et Miguel Angel Lopez, qui se distinguent aujourd’hui dans les meilleures ligues du Brésil, de France et d’Italie. « S’ils restent unis, et avec ces performances, ce sera là notre équipe pour Paris 2024. Le volleyball moderne se caractérise par une augmentation de la longévité des athlètes, même s’ils sont très demandés en raison du nombre croissant d’événements, mais ils contrôlent et entretiennent mieux leur santé physique et mentale », a expliqué le responsable fédéral.

« Actuellement, nous avons 23 volleyeurs engagés, hommes et femmes, un nombre qui peut augmenter, car nous avons étudié les différents endroits où en placer d’autres, selon leurs performances et leurs besoins. Pour les filles, on effectue des ajustements afin d’augmenter le nombre et la qualité des contrats, considérant que dans le futur immédiat nous pourrions atteindre des espaces offrant des possibilités de développement, a déclaré le Président de la Fédération. »

QUAND REVIENDRONT-ILS À CUBA ?

La fivb et Norceca** attendent de voir comment évolue la pandémie pour officialiser le calendrier. « Récemment, la Challenge Cup au Portugal, qui aurait permis d’évaluer l’évolution du groupe, a été annulée ; maintenant, le panorama local est complexe, surtout pour les Amériques. Parmi les recrues, un groupe a l’âge requis pour participer aux premiers Jeux Panaméricains de la Jeunesse, à Santiago du Chili, en 2023. Quand ces événements et le reste du calendrier seront officialisés, nos athlètes pourraient revenir à Cuba fin août ou en septembre », a-t-il déclaré.

En beach-volley, Sainz a fait l’éloge des couples Leila Martinez-Maylen Delis et Lidianny Echeverria-Yanileydis Sanchez, qui, bien que n’étant pas montées sur le podium la semaine dernière à Cancun, ont montré un haut niveau face à des duos jouissant d’un grand prestige mondial. « Elles se sont préparées pendant 90 jours à l’École nationale, afin de pouvoir toutes deux se qualifier pour Tokyo, mais malheureusement, Leila et Maylén seraient les seules à pouvoir y parvenir, car il faut 12 présences dans ces épreuves », a-t-il dit.

« Il va maintenant y avoir deux semaines de matchs à Cancun pour étudier les principaux rivaux du tournoi préolympique » , a conclu Ariel Sainz.

*Inder : Institut National des Sports, de l’Education Physique et des Loisirs (Ndt)

**NORCECA : Confédération de l’Amérique du Nord, de l’Amérique Centrale et des Caraïbes (Ndt)

http://www.granma.cu/deportes/2021-04-23/voleibol-cubano-por-brillar-en-las-mejores-ligas-del-mundo-23-04-2021-22-04-12