Leonardo Padura : un regard lucide et optimiste sur Cuba

Le grand écrivain cubain Leonardo Padura était de passage à Montréal le 20 avril dans le cadre du festival Metropolis bleu. Nous avons profité de sa présence pour qu’il nous parle de son pays, mais aussi de littérature.

Interview de Radio Canada

Leonardo Padura : un regard lucide et optimiste sur Cuba

{{}}

Leonardo Padura s’est fait connaître à Cuba et ailleurs dans le monde en écrivant des romans policiers avec comme personnage principal le policier Mario Conde. Un personnage cultivé, lucide, mélancolique et quasi alcoolique qui met au jour par ses enquêtes la réalité douloureuse de Cuba.

L’écrivain explique que le roman policier à Cuba a été de longues années un roman de propagande au profit du régime. D’ailleurs, le concours du roman policier a été créé par le ministère de l’Intérieur.

Lire la suite de l’article :

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2012/04/28/001-entrevue-leonardo-padura.shtml

Parcours d’Edouardo Padura

Après des études en philologie, Leonardo Padura a entamé une carrière de journaliste et de critique littéraire dans la plus importante revue culturelle de l’île El Caiman Barbudo (Le Caiman barbu).

Après un premier roman, une histoire d’amour, qui n’a pas été du goût des autorités, Padura se retrouve muté au journal Juventud rebelde. Le journaliste n’est pas pour autant découragé. Il écrit des reportages et réalise des entrevues qui se font remarquer par leur côté original.
Il écrit notamment un reportage en plusieurs parties sur le plus célèbre proxénète cubain. Le succès est sans appel. Morale de l’histoire : « En me mutant au journal Juventud rebelde, ils m’ont rendu service », ironise l’auteur.

Quelques titres de l’auteur :
Les Brumes du passé ;
Passé parfait ;
Adios Hemingway ;
L’automne à Cuba ;
Mort d’un Chinois à La Havane ;