Les USA ne bloquent pas le gouvernement de Cuba mais son peuple, par Israel Rojas

U.S. blockade not to Cuba’s government, mais his people : Israel Rojas, tel est cet interview d’un enfant de Cuba à la Jornada, le journal mexicain. Il dit simplement ce que nous ressentons tous, nous les amoureux de Cuba : “laissez ce peuple développer ses immenses potentialités” et croyez-moi il saura plus qu’aucun autre peuple au monde critiquer son gouvernement, voir ses insuffisances, c’est déjà un sport national. Il dit aussi l’extraordinaire de tous ces gens hautement qualifiés, ces musiciens mais aussi ces chercheurs qui partagent la faim avec leur peuple plutôt que la gloire… Il faut absolument que nous nous battions contre le blocus, nul peuple au monde ne mérite plus cette bataille que le peuple cubain”(note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société)
Visionnez à la fin de cet article la vidéo d’Israel Rojas ...

[[Yoel Martínez et l’auteur-compositeur-interprète, membres du groupe, sur une image tirée de leur page Facebook]

]

Sur un écran d’ordinateur, vous pouvez voir le toit d’une maison à La Havane. On apprécie les palmiers qui ondulent dans le vent et aussi le visage d’un guantanamer qui aime faire des chansons qui racontent de façon esthétique la réalité d’un pays et de son peuple, les sentiments de celui-ci et ses valeurs, ainsi que ses tristesses. Ce sont des pièces musicales qui se nourrissent des applaudissements du peuple.

Le visage de ce guajiro est celui d’Israel Rojas, auteur-compositeur-interprète de Buena Fe, groupe pop fusion, musique intelligente au service des idées, l’un des plus réussis de Cuba. Il est reconnu par les habitants de l’île et, bien qu’il la critique, par la diaspora.

Il est dirigé par Rojas, révolutionnaire de gauche, avec Yoel Martinez, un autre « fou » guantanamer qui joue de la guitare et fait les deuxièmes voix.

Si quelqu’un suit le travail de Buena Fe, il sait que c’est de la musique de qualité, critique d’une réalité, parce qu’il y a des détracteurs de la vie révolutionnaire qui disent qu’à Cuba « rien ne se passe », mais sur l’île « Ici, il se passe toujours quelque chose d’assez beau ou de triste qui mérite une chanson… », commente dans une interview à La Jornada Israël Rojas.

Plus de 20 ans se sont écoulés et 11 disques de Buena Fe, qui fabriquent des rolas « qui font partie de la vie des Cubains », reconnaît l’auteur-compositeur-interprète.

Buena Fe préfère « se briser mille fois en se faisant reconnaître par les peuples de sa terre, plutôt que de remplir d’immenses auditoriums ou forums », ce peuple entassé sur le Malecon de La Havane et le Théâtre Karl Marx de la capitale. « Je préfère le prix des applaudissements des gens de la plus petite petite ville de Cuba que de remplir, par exemple, l’Auditorium national du Mexique. »

« Défendre l’éclectité n’est pas facile »

Le groupe peut être une métaphore de ce qui se passe sur l’île si jolie . « C’est vrai », dit le musicien sachant qu’il s’agit d’un cas éclectique, comme Cuba. Mais « défendre l’éclectité n’est pas facile », plus encore, « positionner notre message ».

Israel déclare : « Ce qui est compliqué, ce n’est pas la création. Le plus dur vient quand tout cela enregistré ne trouve aucune correspondance dans l’industrie culturelle qui, soit dit en passant, récompense des productions qui semblent de plus en plus en conservatrices. C’est dégueulasse, parce que si nous le faisons s’enfuir dans cet emballage ; vous risquez de ne pas savoir comment vous vendre ou que les gens ne sachent pas comment vous acheter. »

Isra, comme lui disent ses amis, assure qu’à travers le temps de son existence, d’abord en duo, puis en tant que groupe, ils ont vu qu’il y avait un autre problème : « Nous ne disons pas que nous sommes de gauche. Nous sommes des militants de gauche et quand vous l’êtes vraiment, il est très facile de vous qualifier de « castriste » et de « privilégié ». Pour être un intellectuel de gauche, vous devez avoir adopté une attitude sans compromis, dans la pratique. Et c’est ce que Buena Fe a essayé. »

Un autre sujet qu’il ne faut pas oublier est qu’à Cuba » il semble que l’intéressant est resté avec la nouvelle troubado. C’est comme si l’industrie disait : « Il y a déjà un Silvio (Rodriguez) ou un Pablo (Milan) il ne peut y en avoir d’autres. » Presque toujours pour réussir en venant de mon pays, il faut faire des concessions éthiques et esthétiques qui vous amènent à divorcer avec les gens que vous représentez, mais, heureusement, nous nous ne nous sommes pas égarés en chemin. »

Dans les nouvelles, si vous entendez ou lisez : « Guantanamo », alors le regard se tourne vers les atrocités d’une prison américaine et la base militaire sur l’île, mais là ce qui émerge sont en fait des fleurs embellissant les meilleurs jardins de Cuba.

La faim est difficile à combattre par l’utopie, dit-il

Israel a étudié le droit, mais a toujours aimé faire des chansons. Il est allé à l’université de Santiago à un moment difficile pour le pays, plein de malaises, d’idées et de questions. « Il est difficile de défendre l’utopie quand on a faim. »

De retour sur son terroir, Guantanamo, il a continué à créer des pièces jusqu’à ce qu’il rencontre Yoel Martinez, qui « était musicien. Nous commençons en duo, soutenus par l’Association des Frères Saiz, qui fait des festivals de troubado dans tout le pays. Et ce qui a commencé comme un jeu a été appelé un métier, parce qu’en 2001, Egrem, timbre de Cuba, nous a proposé de faire un disque (Laissez-moi entrer) qui était un événement.

Les chansons sont devenues populaires et ils ont dû s’habituer à être « d’un couple de beaux-enfants normaux que les gens reconnaissent dans le guagua (bus), et c’est l’impulsion de savoir que notre truc ait les pieds sur terre. »

– Pourquoi parier sur la pop ? » demande-t-on au musicien.

–Parce qu’il s’agit d’aimer les gens. Nous nous sommes dit : « Il est déjà assez difficile de défendre des idées qui ne sont pas toujours populaires en elles-mêmes parce qu’elles comportent un niveau d’analyse pour être défendues, et en plus de cela, être musicalement compliqué. » Le but est qu’il y ait des gens qui trouvent notre chant, quelque chose qui vous fait réfléchir.

Cuba a toujours été un pays en difficulté et il est donc difficile de connaître les bonnes choses à ce sujet.

–Le monde virtuel n’échappe pas à la stratégie d’agression. Si vous voyez les moyens que la meilleure architecture numérique a, ce sont ceux qui ne sont pas à Cuba. Ce sont les premières options sur Internet pour savoir ce qui se passe. Ce sont toujours des moyens défavorables au gouvernement et au peuple cubains. Buena Fe est attaquée pour sa position avec les gens qui sont ici, mais, même quand ils nous agressent, nous avons toujours une chanson qui nous sauve.

Des pièces qui peuvent sauver ou donner de la chaleur, comme La Force d’un pays, qu’Israel a composées « pour rendre hommage à tous ces scientifiques cubains qui ont donné naissance à cinq candidates vaccinales ». Buena Fe a eu l’occasion de la jouer aux scientifiques cubains, elle les a fait pleurer . « Voir des larmes dans une écoute est une joie énorme. » Et il y en a d’autres, comme Das plus, qui ont inspiré une personne qui a subi un accident et qui, en se rétablissant, ont donné à Israël leurs béquilles. Il y a aussi l’anecdote d’un journaliste cubain de Miami, qui lui a écrit un courriel disant : « Vous n’imaginez pas à quel point je tombe, mais je reconnais que Quatre contes sont de ceux que je mets dimanche, je me sers un rhum, je fume un cigare et je suis avec ma famille à La Havane. »

En 2014, Buena Fe est allée donner un concert au Miami Dade Auditorium, en Floride, où plusieurs organisations anticastristes ont manifesté. « On essaie d’être à la fois de l’art et de l’éthique », souligne Israel.

« Pas besoin de fermer les yeux »

Que dites-vous à celui qui assure qu’il y a une dictature à Cuba ?

–Ce que je dis toujours : que nous ne vivons pas aveugles aux difficultés, aux carences et aux trempettes. C’est un pays qui regorge de questions sur ce que nous pourrions faire mieux. Mais quelle nation ne cherche pas à être meilleure qu’elle ne l’était hier ? Nier les choses laides que nous pourrions faire mieux est la première étape pour vous donner un coup de pied. Cependant, il ne faut pas fermer les yeux sur un blocus économique commis par les États-Unis par la loi, par güevonada et par l’arrogance. Un blocus qui n’est pas imposé à un gouvernement, mais à un peuple.

Sans blocage, insiste l’artiste, « ce pays dans 10 ans serait merveilleux, aurait tout ce qu’il y a de bien dans le socialisme et ne vivrait pas les lacunes de tous les jours ».

« Laissez ce pays se développer »

Il ajoute : « Je dis simplement qu’il faut sortir du blocus et permettre à ce pays de se développer, et si dans ce temps nous n’avons pas résolu les problèmes structurels, alors je serai le premier à sortir dans la rue en disant que nous devons passer à une autre manière de gouvernement, celui qui, soit dit en passant, est né de mes grands-parents illettrés, des pauvres de cette terre, qui ont maintenant, au moins, la possibilité de voir vos enfants obtenir leur diplôme universitaire. Bien sûr, il n’y a pas de réponses sur le marché du travail en raison du blocus. Quand ils nous donneront l’occasion de concrétiser ces rêves, nous en reparlerons. »

–Quelles sont ces choses de l’institutionnalisation qui devraient être changées ?

–Un exemple, à Cuba, la question de la diversité des sexes a été l’une des plus attaquées par le processus révolutionnaire ; Cependant, je peux vous assurer que ce qui a été réalisé ces dernières années en la matière est énorme. Il ne suffit pas de légiférer, parce que si les gens ne le ressentent pas, si cela n’atteint pas la famille ou l’enfant à l’école, alors c’est tout simplement une loi.

Il insiste : « Le problème de ce pays, c’est que notre économie est blessée. Nous vivons dans une survie, mais si vous lui permettez de respirer, demain, vivre à Cuba ne coûtera pas de sang, de sueur et de larmes, comme cela nous coûte tous les jours.

« Pourquoi n’avons-nous pas réussi ? A cause de la guerre économique qui est faite à notre nation. Au milieu de la pandémie, Alibaba (société chinoise) n’a pas pu envoyer de matériel sanitaire à Cuba parce que les avions ont refusé de l’amener par le blocus, comme s’il ne suffisait pas de dicter 242 mesures de persécution économique par le gouvernement américain. »

Il admet que la communication politique à Cuba « a été maladroite. Nous avons eu une presse orthopédique pour toucher à nos problèmes. On a fait ce qu’il faut pour se faire baiser. Nos erreurs ont contribué à fausser notre réalité de l’extérieur. »

Telle est la qualité de Buena Fe, qui a été signée par le label musical Metamorfosis de Ricardo Arjona, que « je dois remercier d’être un artiste respectueux. Nous lui avons dit la vérité. Nous l’avons alerté sur notre ancrage. Malgré cela, il a fait confiance à notre travail et à Cuba, il a été accueilli avec plaisir que le groupe signe avec ce label. »

Le disque récent de Buena Fe est Mar adentro, album instrumental qui intègre un livre avec des histoires de vie des membres du groupe, et Carnal (2019) a été reconnu dans la rencontre Cubadisco, dans la catégorie trova pop fusion. Il travaille maintenant sur un nouveau disque, qui, avance Israel, pourrait être prêt plus tard cette année.

En bonus l’enregistrement d’Israel Rojas