Les élections à Cuba : comment obtenir de la représentativité et de la qualité dans les propositions.

Le 15 juin 2017 la Commission nationale électorale de Cuba était mise en place. C’était l’un des premiers pas dans la période des élections qui venait de commencer dans l’île.
Depuis cette date, Cuba est plongée dans ses élections générales qui se tiennent tous les 5 ans et qui concernent les plus hauts échelons de l’Assemblée Nationale du Pouvoir Populaire et du Conseil d’État.
Le point culminant de la 1ère étape du processus électoral a été la constitution à la date du 17 décembre des assemblées municipales au cours desquelles 12640 candidats ont été proposés.
Ce sont ensuite les commissions permanentes de candidatures qui prennent le relais. Elles se sont réunies les 19 et 20 décembre.
Alina Lotti relate ci-dessous les principales déclarations de la présidente de la Commission nationale des candidatures lors de son débat, le 24 décembre, avec le Syndicat de la Centrale des travailleurs (article paru dans « Trabajadores », organe de la Centrale des travailleurs).
Paula Lecomte.

Le travail des commissions de candidatures constitue un exercice démocratique authentique. Ces commissions ont la responsabilité, depuis le niveau de la municipalité jusqu’à celui de la nation, de sélectionner les meilleurs afin de permettre que, parmi les talents constituant le Parlement et les assemblées provinciales du Pouvoir populaire, soient représentés tous les secteurs de la société.

Pour connaître le déroulement de la seconde étape des élections générales 2017-2018, le syndicat de la Centrale des travailleurs a débattu avec Gisela Duarte Vázquez, présidente de la Commission nationale des candidatures (CCN), qui a insisté sur l’implication dans ce processus des 15 provinces et des 168 municipalités.

En commentant certains des éléments, la présidente de la CCN a souligné la récente décision de l’Assemblée nationale du Pouvoir populaire (ANPP) de prolonger le mandat des assemblées provinciales jusqu’au 25 mars 2018, et celui de l’actuelle législature de l’ANPP jusqu’au 19 avril, lorsque seront élus le vice-président et le président de celle-ci, ainsi que ceux du Conseil d’État et de sa présidence.

Celle qui est également membre du secrétariat de la Centrale des travailleurs de Cuba (CTC) a indiqué qu’à Cuba les commissions de candidatures sont composées des représentants des Comités de défense de la Révolution (CDR), de la Fédération des femmes cubaines (FMC), de la Fédération étudiante universitaire (FEU), de la Fédération des étudiants de l’enseignement secondaire (FEEM), de l’Association nationale des petits agriculteurs (ANAP) et de la CTC, laquelle en assure la présidence dans toutes les instances.

Elle a montré que l’un des moments les plus importants du processus a été celui des 970 réunions plénières réalisées par ces organisations de masse, depuis le niveau de la municipalité jusqu’à celui de la nation, et dans l’ensemble des structures, qu’il s’agisse de comités ou de conseils nationaux.

C’est dans ces lieux qu’a été réuni un total de 12 640 propositions de camarades compétents ayant un parcours et un engagement auprès de la population, conditions indispensables pour faire partie des assemblées provinciales tout comme de l’Assemblée nationale du Pouvoir populaire pour ce qui sera la 9ème législature.

Elle a précisé que le 17 décembre, la constitution des assemblées municipales a été le point culminant de la première étape du processus électoral et elle a spécifié que les propositions initiales ont été affinées afin d’atteindre un vivier de 2 396 propositions, dont il doit rester 605, celles des députés qui constitueront le prochain Parlement.

Selon ce qui est établi par la loi, jusqu’à 50 % du nombre final sont des délégués de circonscription, le reste étant composé des représentants des provinces ainsi que de personnalités du pays, de travailleurs détachés (d’État ou non), de femmes, de ménagères, de paysans, de dirigeants et de membres des institutions militaires du pays.

La présidente de la CCN a souligné qu’actuellement les 605 pré-candidats sont déjà définis ; ils sont en train de rédiger leurs biographies qui seront ensuite publiées pour que les électeurs les consultent et puissent exercer leur droit de vote quand la date sera connue.

« Dans la commission, nous avons une équipe d’appui composée de retraités, d’informaticiens et de membres des organisations de masse, a-t-elle affirmé, qui sont en train de participer à la rédaction de ces documents pour qu’ils contiennent une synthèse des trajectoires de ces personnes afin que le peuple puisse mieux décider pour qui voter. »

En ce qui concerne les prochaines étapes, elle a mentionné qu’entre le 5 et le 14 janvier 100 % des délégués de circonscription seront consultés sur les propositions dans leurs territoires de pré-candidats à la délégation provinciale et à la députation.

« Un tel processus n’est pas une formalité car les propositions qui seront présentées doivent être acceptées ou rejetées par les délégués, tout comme cela a été fait récemment pour élire le président et le vice-président des assemblées municipales. C’est également ce qui va se passer maintenant si nous avons réellement fait la sélection adéquate. »

« Nous devons insister et très bien expliquer pourquoi, si chaque municipalité compte, au minimum, un député à l’Assemblée nationale, celle-ci puisse en avoir, par ailleurs, un ou plusieurs provenant du niveau national et provincial. Il n’est pas possible de constituer une candidature où tout le monde serait élu par La Havane. »

« Il faut combiner tout cela, et dans les provinces où il y a de grandes villes il est nécessaire de désigner les députés recevables dans les districts électoraux où ils seront élus par le peuple. »

À partir de ce lundi 25 décembre et jusqu’au 29, la CCN et les commissions provinciales accompliront un travail collectif d’entretien avec les pré-candidats à la délégation provinciale ainsi qu’à la députation pour, compte tenu de leur conformité, leur faire connaître l’ensemble des activités qu’ils auront à mener à bien en lien avec la population et échanger sur les synthèses biographiques qui seront présentées en vue de l’élection.