Mise en place de dispositifs pour dénoncer des actes de maltraitance animale

Publié dans Granma le 21 avril 2021

Le site web du Ministère de l’Agriculture a rendu public le dispositif pour traiter les plaintes et dénonciations contre des manifestations de maltraitance animale.

Photo : José Manuel Correa

Par le Décret – Loi 31 de 2021, le Conseil d’Etat a créé un outil juridique en faveur du bien-être animal, entendu comme l’état physique et mental adéquat d’un animal en ce qui concerne ses conditions de vie et de mort.

Toute personne qui portera plainte ou dénoncera des actes contre le bien-être animal, pourra s’adresser par téléphone ou courrier électronique à l’organisme vétérinaire de chaque province, dispositif mis en place par le Centre National de Santé Animale (CNSA), chargé de la mise en œuvre des dispositions du Décret -Loi 31 de 2021, du Bien-Etre Animal émises par le Conseil d’Etat de la République de Cuba.

Dans ce sens, une information du CNSA- rattaché au Ministère de l’Agriculture MINAGRI- publiée sur le site web de ce dernier, précise que, dès réception de la plainte, on procèdera à sa prise en charge et on y répondra dans les meilleurs délais », et elle signale son intention de faire participer aussi les municipalités à cette tâche .

Avec le Décret-Loi 31 de 2021, le Conseil d’Etat a mis en place un outil juridique en faveur du bien-être animal, entendu comme l’état physique et mental adéquat d’un animal en ce qui concerne ses conditions de vie et de mort.

L’outil juridique répond à la nécessité de disposer d’une règlementation pour la protection des animaux dans l’île, et apporte une réponse aux questions de la population recueillies dans l’’Article 90 J inséré, de notre Grande Charte, « Carta Magna », laquelle définit comme un devoir citoyen de « protéger la flore et la faune et veiller à la conservation d’un environnement sain... »

L’émission du Décret-Loi sur le Bien-Etre Animal fut précédé d’un diagnostic qui a abordé
16 sujets problématiques, comme une prise en charge primaire insuffisante dans les cliniques vétérinaires du pays, la maltraitance physique et mentale des animaux de la part des propriétaires, surtout des espèces pour la reproduction et les manquements à la bio-sécurité ..

L’étude a également permis de détecter des irrégularités dans le transport et l’abattage des animaux destinés à l’élevage et a constaté l’attitude irresponsable et l’abandon des animaux de compagnie de la part de la population .

La mise en application de cette règlementation spéciale pour responsabiliser les propriétaires d’animaux domestiques ou d’élevage, entre autres , instaure l’application de contraventions pour des comportements nuisibles et irresponsables, qui portent atteinte au bien-être animal.