Plus de 1 980 contrats ont été signés entre des sociétés commerciales étrangères et des formes de gestion non étatiques

Ce qui confirme la stratégie du pays visant à dynamiser l’économie nationale et à placer tous les acteurs sur un pied d’égalité, tout en stimulant la productivité et la génération de recettes en devises

Malgré les sanctions et les menaces qui pèsent sur elles, il est réjouissant de constater que des entreprises, n’obtempèrent pas aux injonctions de l’administration des Etats-Unis. Que ces derniers en finissent avec leur politique inhumaine, injuste, et Cuba pourra poursuivre et amplifier son développement.

Depuis août 2020, date à laquelle ont été approuvés les dispositions qui ont ouvert les portes du commerce extérieur au secteur non étatique par le biais de la gestion des entreprises d’État, plus de 1 980 contrats ont été signés pour la réalisation d’opérations d’importation et/ou d’exportation.

Selon les informations fournies récemment par Vivian Herrera Cid, directrice générale du commerce extérieur, sur son compte Twitter officiel, 1 987 contrats ont déjà été conclus entre des entreprises spécialisées dans le commerce extérieur et des formes de gestion non étatiques, dont 98 pour des exportations, les services étant l’une des principales incursions sur le marché international.

Précisément, l’un des éléments positifs de ces dispositions est qu’elles ne limitent pas cette possibilité aux travailleurs indépendants ou aux coopératives non agricoles, mais qu’elles concernent l’ensemble du secteur non étatique, en plus de diversifier les services et les biens à exporter.

À l’heure actuelle, 41 entreprises spécialisées fournissent des services de commerce extérieur aux formes de gestion non étatiques, et selon Herrera Cid, cette prestation est nécessaire, compte tenu du fait que ces entreprises possèdent l’expérience nécessaire pour rendre les processus viables, voire les opérations moins coûteuses, étant donné que Cuba est signataire de plusieurs accords commerciaux qui incluent des avantages en matière de tarifs.

Dans de précédentes déclarations à notre journal, la responsable a également souligné que plus de 50% des contrats signés utilisent la modalité de consignation ou d’entrepôts douaniers, ce qui permet une livraison immédiate des marchandises aux clients.

Ces résultats confirment la stratégie du pays visant à dynamiser l’économie nationale et à placer tous les acteurs sur un pied d’égalité, tout en stimulant la productivité et la génération de recettes en devises.