Quel tourisme pour quel pays (4)

ANTONIO DÍAZ MEDINA YOCIEL MARRERO BÁEZ PATRICIA RAMOS HERNÁNDEZ TANIA GARCÍA LORENZO RAFAEL HERNÁNDEZ |05 mai 2021

Version complète du panel Último Jueves, via WhatsApp, le 25 mars 2021.

Rafael Hernández : Je suis très reconnaissant aux panélistes pour la clarté de leurs déclarations et leur attention sur ces questions centrales. Même s’ils ne couvrent pas tous les problèmes liés à l’horizon de ce panel, ils abordent certains sujets clés, alors merci pour vos commentaires directs et clairs.

Je donne maintenant la parole à notre auditoire. Nous avons un certain nombre d’interventions, de questions et de commentaires. Avant cela, cependant, et afin de stimuler le débat, je poserai d’autres questions aux panélistes.

Si j’ai bien compris, vous êtes tous d’accord avec la définition du modèle ’soleil et plage’ comme le modèle qui reflète la politique touristique cubaine. Maintenant, est-ce ce que les touristes étrangers viennent à Cuba pour chercher ? Aucun des panélistes n’a fait référence au niveau et au type de consommation - pas seulement en fonction du soleil et des plages qui caractérisent une partie de ces touristes. Savons-nous pourquoi ils viennent à Cuba au lieu de Cancun, Punta Cana, Bahamas, etc. ? Qu’est-ce qui rend Cuba différente ? Que viennent chercher non seulement les familles canadiennes, mais aussi européennes et latino-américaines, ainsi que celles qui voyagent des États-Unis ? Quelle image ont-ils de Cuba autre que sa lumière du soleil et ses plages ?

Ma deuxième question provocatrice au groupe d’experts est la suivante : tout le monde est d’accord sur la commodité d’une industrie touristique alignée sur le nouveau modèle économique. Pourquoi un programme touristique dans lequel le secteur public, le secteur privé, le secteur coopératif et l’investissement étranger sont articulés, comme un tel modèle est censé le faire, serait-il nécessairement meilleur et plus efficace ? Si le pays dispose de peu de ressources, ne serait-il pas préférable qu’elles soient concentrées entre les mains d’une ou deux grandes entreprises du secteur public ?

Ma troisième question non moins provocatrice est la suivante : les panélistes s’accordent sur la commodité de la décentralisation et de la ’municipalisation’ du tourisme, laissant aux acteurs locaux toutes les décisions et offres connexes et, dans une certaine mesure, les moyens d’en bénéficier et de rendre le meilleur parti de la réalité cubaine plus accessible. Quelles leçons pouvons-nous, cependant, tirer des cas où les acteurs locaux sont ceux qui conçoivent le produit touristique ? Je pense à Trinidad ou Viñales, comme vous l’avez déjà mentionné ici : sont-ce des exemples de modèles de développement social, de gestion de l’environnement, de production culturelle authentique, d’articulation avec l’économie nationale, etc. ?

L’honorable Luis Marcelo (chercheur) : Tout d’abord, je tiens à féliciter le groupe pour ses excellents commentaires. La mienne est motivée par la question six. J’ai toujours considéré que les installations des chaînes hôtelières cubaines devraient avoir la même autonomie que les meilleurs hôtels des chaînes internationales, comme point de départ pour améliorer la qualité du service nécessaire. Pensez-vous aussi, et quels sont les principaux défis à cet égard ?

Omar Everleny (économiste, professeur titulaire à l’Université de La Havane) : Je pense que le tourisme est là pour rester ; évidemment, il doit s’agir d’un tout autre type de tourisme. Je pense que Cuba serait sage de stimuler le tourisme médical ; c’est une fenêtre d’opportunité pour Cuba dans cette phase post-pandémique. D’une part, cela pourrait réactiver l’économie et, d’autre part, cela augmenterait le prestige de notre industrie biopharmaceutique. En d’autres termes, il n’est pas déraisonnable de promouvoir un type de tourisme qui comprend la vaccination contre le virus du SRAS-COV-2 - la cause de la maladie - et peut-être d’autres traitements. C’est-à-dire s’éloigner un peu de l’option soleil et plage dans le cadre de cette diversification des services, ce qui n’est pas si mal ; ce qui était en effet mauvais, c’était la décision de mettre en œuvre un modèle étendu en l’absence d’une industrie extra-hôtelière. Je pense que Cuba, avec son avantage d’être l’un des premiers pays d’Amérique latine à avoir réussi à mettre au point des vaccins contre la pandémie, pourrait essayer d’attirer des touristes qui peuvent également obtenir un vaccin à Cuba.

Je pense également que le développement important des hôtels de la capitale devrait être analysé jusque dans les moindres détails, en particulier parce qu’il y a de nouveaux hôtels en construction dans certaines zones, principalement le long de la côte, en dessous du niveau de Quinta Avenida. Il y a des discussions sur la question de savoir s’ils sont bons ou mauvais, compte tenu du fait que notre capacité installée actuelle a un taux d’occupation de 50 %, etc. Néanmoins, un hôtel ne peut pas être étranger à son environnement environnant, c’est-à-dire qu’il n’est pas possible de développer une bande d’hôtel aussi importante sans penser, par exemple, à un nouveau système de transport pour cette région. A-t-on vraiment considéré que le tourisme a besoin d’une infrastructure logistique de soutien ? Quelqu’un a-t-il pensé à améliorer l’état de nos rues ou le service de location de voitures, qui est aujourd’hui ce dont les touristes se plaignent le plus ?

Je ne comprends pas non plus qu’il existe deux ’ministères’ du tourisme, c’est-à-dire qu’à un moment donné, Gaviota a eu peu participé à ce domaine, mais aujourd’hui, il a plus d’hôtels que le ministère du Tourisme. Je pense que nous devrions envisager une unification, car il est très difficile de gérer une industrie du tourisme qui a en fait deux têtes.

Ricardo Torres (professeur au Centre d’études sur l’économie cubaine de l’Université de La Havane) : Je remercie Thémas et Último Jueves d’avoir choisi ce sujet, un choix très justifié en ce moment. Les questions étaient excellentes, et les réponses des participants très approfondies, profondes et axées sur les nombreux angles différents de la question à l’examen.

D’abord, une brève réflexion, puis une question. L’industrie du tourisme, en particulier le modèle concentré sur le marché international, présentait déjà des symptômes évidents d’épuisement. On peut dire sans se tromper que ce modèle a changé au cours de la dernière décennie, d’autant plus que nous l’avons ouvert, avec certaines limites, au marché nord-américain, mais la vérité est qu’il montrait déjà des signes d’épuisement avant la pandémie. Il est important de séparer la pandémie de ce que nous observons. Le secteur doit modifier les destinations et les modalités qu’il offre à l’intérieur du pays ainsi que les proportions de ces modalités dans l’offre. Il est très important d’apporter des changements tant en ce qui concerne les acteurs qui exploitent ce modèle, qui sont encore trop concentrés sur le secteur public, et sa relation avec les autres domaines de l’économie. Ma question est de savoir si la politique touristique actuelle envisage ce besoin de transformation de l’industrie.

Merlin Rachel Puñales (professeur du département de sociologie de l’Université centrale ’Marta Abreu’ de Las Villas) : Je considère que l’une des options qui devraient prévaloir dans le système touristique cubain après la pandémie est l’agrotourisme, compris comme la conjonction des pratiques rurales, agraires et agricoles. Quels éléments devraient donc être pris en considération pour établir un cadre théorique, juridique et référentiel pour la consolidation de l’agrotourisme avec l’inclusion à la fois des travailleurs indépendants et du secteur public ? Quelles technologies pourraient être appliquées dans l’agrotourisme, en tenant compte de la résilience environnementale des communautés où il pourrait être mis en œuvre ?

Yoel Karel Acosta (professeur de l’École des langues étrangères de l’Université de La Havane) : Je travaille à l’Université de La Havane depuis dix ans, mais avant cela, j’ai travaillé comme guide touristique pour l’agence de voyages Cubanacán et, depuis un certain temps maintenant, je pense à pratiquer cette activité par moi-même. Comme nous le savons, les autorités cubaines ont récemment déclaré que cela ne serait pas autorisé parce que, et je cite, ’des éléments sans scrupules se sont posés en guides touristiques dans le passé’. Cependant, à mon avis et à celui de nombreux collègues avec lesquels j’ai parlé, il serait en fait très fructueux que le travail indépendant soit autorisé, tant pour ceux qui le font individuellement que pour les employés de l’État, et pour un certain nombre de raisons. De nombreux clients souhaitent faire des visites spécialisées qui seraient beaucoup mieux à offrir sur une base privée. En outre, cela faciliterait également, par exemple, une saine concurrence avec les entreprises d’État. D’autre part, il y a ou peut y avoir des éléments sans scrupules dans toute activité, pas seulement dans le guide touristique. Si cette activité était autorisée, ces personnes pourraient être beaucoup plus faciles à contrôler.

Patricia Ramos (entrepreneure, Knocking on Cuba) : J’aimerais, si vous me le permettez, poser une question au professeur Antonio, que je remercie pour la systématisation qu’il a faite dans la dernière question concernant les changements qui devraient avoir lieu dans l’industrie du tourisme. J’aimerais savoir dans quelle mesure il serait possible d’intégrer l’ensemble du système touristique MINTUR dans la structure de Gaviota, compte tenu des restrictions actuelles du gouvernement américain à Cuba, même si nous ne savons pas si les choses vont changer sous l’administration Biden. Quel type de réorganisation pourrait concevoir le système dans son ensemble, c’est-à-dire en termes de politique, de décisions d’investissement, etc., tant pour MINTUR et Gaviota que pour le secteur privé ?

Consuelo Martín (psychologue, Université de La Havane) (parle en anglais) : Je voudrais poser deux questions aux panélistes : Quelles relations peut-il y avoir entre le tourisme et les migrations internationales ? Comment les effets du COVID-19 sur le tourisme ont-ils affecté les familles cubaines, à l’intérieur et à l’extérieur du pays ?

Amaury Escalona : Il est très difficile d’exprimer en deux minutes une opinion sur tout ce que j’ai entendu, mais il est encourageant de voir qu’il est possible de créer et de théoriser la politique touristique cubaine après de nombreuses années d’efforts, de travail et de volonté. C’est l’occasion d’ouvrir un débat en face à face plus simple, mais je suis heureux que ce sujet ait fait l’objet de tant de réflexions parmi tant de théoriciens dont les opinions sur les réalités de la politique touristique sont susceptibles d’être plus précises et certainement différentes de celles provenant uniquement de sources gouvernementales. Il est également important que les scientifiques et les intellectuels d’autres branches puissent également exprimer leurs points de vue. J’espère que cela se traduira par quelque chose d’intéressant pour le bien du tourisme dans notre pays.

Rafael Betancourt (économiste et chercheur en tourisme) : Beaucoup seront surpris d’apprendre qu’après le Canada, la deuxième source de visiteurs internationaux est la communauté cubaine à l’étranger : 624 000 en 2019, soit 14 % du nombre total. L’arrivée des Cubains, dont 80 % résident aux États-Unis, augmente chaque année depuis 2014, tandis que le nombre de ressortissants américains a chuté de 22 % en 2019, principalement en raison de la suspension des voyages en bateau de croisière par l’administration Trump. Beaucoup ne considèrent pas les voyageurs cubains comme des touristes, et pourtant ils contribuent plus de revenus au pays que tout autre groupe, car ils dépensent de l’argent dans l’économie locale et laissent de l’argent et des marchandises à leur famille et à leurs amis. Ils séjournent également dans des maisons privées et des hôtels et mangent dans des restaurants ainsi que pendant les visites, sans parler de leurs investissements dans des entreprises privées. Cependant, ils sont pratiquement invisibles au système MINTUR, dont les offres ne sont pas adaptées à ce secteur, et qui ne les appelait même pas un marché lors de la réouverture du tourisme international en juillet dernier. Malgré cela, 43 % des voyageurs entrants entre juillet et novembre 2020 étaient des Cubains basés à l’étranger.

Personne ne sait quel modèle touristique sera déployé après la pandémie. Quel que soit le nombre, il ne dépendra guère de pays de destination comme Cuba. Il répondra plutôt aux souhaits et aux incertitudes des voyageurs, aux opérations et aux investissements des voyagistes et des chaînes hôtelières, ainsi qu’aux ajustements opérationnels effectués par les compagnies aériennes et les compagnies maritimes, et tout cela aura une incidence sur les coûts de voyage vers les Caraïbes par rapport à d’autres destinations. Le modèle touristique qui a commencé à prendre forme à Cuba au cours des deux dernières années ressemble à celui du reste des Caraïbes, avec une prédominance du tourisme solaire et de plage et des voyages de croisière. Cependant, le nombre croissant de voyageurs américains qui sont passés par le programme de personnes à personnes - et n’ont pas séjourné dans des hôtels tout compris - et de Cubains qui vivent à l’étranger et viennent rendre visite à leur famille ou en tant que touristes, suggère que ces tendances persisteront une fois que l’épidémie sera enfin maîtrisée et que le pays rouvrira ses frontières et que l’administration Biden lèvera certaines des restrictions de voyage imposées à ses citoyens.

Aux excellentes propositions faites par le professeur Antonio Díaz dans la dernière question, j’en ajouterais cinq autres, lorsque les conditions le permettent, visant spécifiquement à promouvoir les voyages vers l’île parmi les Cubains vivant à l’étranger :

1) Réduire le coût des passeports pour les émigrants et de sa rénovation tous les deux ans. On estime que cela encouragerait 100 000 émigrants supplémentaires à demander un passeport, et s’ils se rendent à Cuba une fois par an, l’augmentation des recettes touristiques de Cuba ferait plus que compenser la réduction des recettes consulaires.

2) Reconnaître, de la part des autorités gouvernementales cubaines, le segment touristique composé d’émigrants et son importance d’un point de vue économique.

3) Reconnaître l’importance de la localité en tant que cadre fondamental pour cette modalité touristique et promouvoir la récupération et la préservation des activités culturelles locales telles que les fêtes patronales, les festivités, les célébrations avec les autochtones absents, les festivals, les carnavals et autres commémorations susceptibles d’être attrayants pour tous les touristes. Le lien avec la culture et les traditions locales peut être une attraction particulière pour les Cubains vivant à l’étranger. Ce type d’actions peut contribuer à maintenir un flux régulier de ce segment et de leurs descendants, mais cela nécessite une promotion et des assurances de la part des institutions culturelles et touristiques et des gouvernements locaux.

4) Offres de conception adaptées aux intérêts et aux attentes spécifiques de ce segment. Aujourd’hui, les entités touristiques ne leur accordent pas l’attention nécessaire. Le secteur privé a été le plus rapide à répondre avec des offres d’hébergement, de transport, de nourriture et d’excursions sur mesure. Un traitement différencié pourrait être envisagé, du point de vue de l’impôt, pour les loueurs de maisons qui établissent des liens de service permanents pour les Cubains vivant à l’étranger.

5) Offrir des services médicaux aux émigrants en visite dans le pays, dont beaucoup ont peu ou pas de couverture d’assurance maladie dans leur pays de résidence.

Juan Triana (économiste, professeur au Centre d’études sur l’économie cubaine de l’Université de La Havane) : Je voudrais commenter la question de Rafael. Son souci concerne le développement par des agents privés d’un type ou d’un modèle de tourisme dans certaines régions cubaines, dans quelle mesure nous pouvons concevoir cela comme une réelle contribution au développement social et régional, et s’il existe un concept à cet effet et, dans l’affirmative, dans quelle mesure il peut être respectueux de l’environnement ou même socialement responsable.

Les circonstances historiques ont rendu impossible le succès de ces premières expériences, entre autres raisons parce qu’elles n’avaient pas de cadre institutionnel sur lequel s’appuyer. Par exemple, nous n’avions pas de politique de développement régional à l’époque comme nous le faisons actuellement. Je pense que c’était une expérience importante à apprendre et à ne jamais oublier. Cependant, aujourd’hui, nous sommes dans une situation différente et avons des règles de base pour le développement régional. Ma question est de savoir si les orateurs pensent que ces règles dissipent les préoccupations de Rafael.

Nous devons également mettre le tourisme en contexte. D’une certaine manière, il résume l’expérience du modèle cubain et du gouvernement et de l’État cubains avec le secteur privé qu’ils ont ignorée et pratiquement persécutée pendant un certain temps. Une autre fois, ils l’ont accepté, à contrecœur et à contrecœur, puis l’ont accepté comme un allié, mais avec beaucoup de préjugés. C’est aussi l’histoire des relations entre notre modèle socialiste, que nous avons fait ou défaisant, et le secteur privé. Pourtant, la vérité est qu’aujourd’hui, sans ce secteur, il serait très difficile de concevoir le tourisme à Cuba, pour de nombreuses raisons allant de l’économie au social. De nombreuses familles à Cuba dépendent du secteur privé du tourisme, et nous devrions accepter le fait que l’emploi dans le secteur non étatique est aussi important aujourd’hui en termes de nombre et de proportions que celui du secteur des entreprises d’État. L’autre chose est que le tourisme privé a évidemment besoin de certaines lignes directrices, stratégies et politiques afin d’avoir un impact beaucoup plus important sur la vie économique globale du pays.

Rafael Hernandez : Un grand merci à tous les participants pour leurs idées enrichissantes sur un certain nombre de questions dont l’analyse a permis de faire connaître les interventions du groupe. Maintenant, nous allons donner la parole en suivant le même ordre qu’auparavant.

Antonio Díaz Medina : En ce qui concerne la première question de Rafael, on a vraiment peu parlé ici de la demande. À Cuba, c’est tout à fait différent. Non seulement parce qu’elle est la plus grande île des Caraïbes, qui a plus de côtes et plus de plages et de meilleure qualité que n’importe lequel de ses concurrents, mais aussi en raison des onze millions de Cubains et de la diversité et de la richesse de la culture cubaine et de l’influence qu’elle a même sur toute la région des Caraïbes et dans le monde entier. Par exemple, certains musiciens, non seulement cubains, mais aussi étrangers, m’ont dit qu’il existe quatre catégories de musique dans le monde, et l’une d’entre elles est cubaine.

Les Canadiens viennent à Cuba pour deux raisons : le temps froid là-bas en hiver et un facteur non moins important : l’absence de touristes américains sur les plages cubaines. Quiconque a vu ce qui s’est passé ces jours-ci à Miami Beach peut avoir une idée de ce que les Canadiens veulent dire par là. C’est pourquoi vous en voyez si peu à Cancun et tant, plus d’un million, ici à Cuba. Le marché européen est une autre histoire ; ils ne viennent pas seulement à la recherche de lumière du soleil et de plages, mais aussi d’autres expériences, un peu comme une bonne partie du marché latino-américain. Le marché asiatique recherche plus de culture et, à cet égard, Cuba a quelques lacunes par rapport à nos concurrents environnants dont les offres affichent des normes un peu plus élevées et un meilleur rapport qualité-prix.

À propos de la deuxième question de Rafael : Cuba dispose de ressources limitées parce qu’il n’y a pas de diversité, non seulement dans le tourisme, mais aussi dans toute la gamme de biens et de services que nous offrons. Il n’y a pas de concurrence, mais un centralisme qui étouffe l’initiative et les possibilités de diversification de l’offre du pays, tant pour le marché intérieur que pour le marché étranger, et le tourisme est également affecté. Sans cette diversification, il n’y a pas de concurrence, et sans concurrence, il n’y a pas de développement, pas d’unité et pas de lutte des contraires. Nous parlons beaucoup du matérialisme dialectique et du marxisme, mais parfois nous oublions les lois essentielles de la dialectique et nous étouffons toutes les possibilités de développement. Nous sommes entre les mains de deux monopoles, qui ne se font même pas concurrence, car il est clair que l’un d’eux est prédominant. D’où ma proposition de transférer au secteur civil l’ensemble du système touristique géré par Gaviota, qui n’a rien à voir avec les forces armées. C’est extrêmement crucial pour qu’il génère, et pour une raison encore meilleure, de la concurrence au sein du secteur public, qui est le secteur le plus important de notre économie. Il me semble que ce sont, du moins pour moi, des faits incontestables.

Il a donc été démontré dans le cas du secteur de la gastronomie, pour ne vous donner qu’un exemple. À Cuba, le système de restaurants privés (appelés paladares d’après ce célèbre soap opera brésilien) a vraiment mis en lumière la mauvaise qualité de l’offre de l’État. Ce n’était pas si mauvais et avait même de très bons endroits comme le restaurant El Aljibe, mais il présentait d’énormes lacunes en termes de diversité, de qualité, d’initiative et de mise en valeur de la cuisine cubaine, ce qui est si important, par-dessus tout, pour cette industrie que nous en sommes venus à appeler tourisme.

Je me souviens maintenant d’une carte ESSO Standard Oil de Cuba de la fin des années 1950, que j’aimais regarder et fantasmer sur le fait de voyager dans tous ces endroits. Deux endroits n’ont jamais manqué à ce genre de carte, Viñales et Trinidad, toujours avec une photo ou un dessin. Les deux sont des destinations historiques et ont toujours été une attraction touristique. Je ne pense pas que ce ne soit qu’après 1959, ni que le tourisme intérieur, heureusement, ait été assez développé à cette époque. Je me souviens que le premier mot d’ordre économique de la Révolution était : ’Apprenez à connaître Cuba d’abord et d’autres pays plus tard’. Mais au-delà, je peux dire, d’après ma modeste expérience en tant que directeur de Havanatur, que la principale plainte que nous avons reçue au sujet des deux destinations concernait leurs énormes problèmes d’hébergement et que des investissements ont été faits n’importe où sauf là et très peu a été investi dans leurs hôtels. Je ne crois pas que ces deux endroits aient mis en place des mécanismes locaux de gestion du tourisme, bien qu’ils se distinguent en tant que localités en raison de leur histoire. Rien à voir, par exemple, avec les clés ou même avec Varadero Beach, destinations de dimension pratiquement nationale qui ont donc besoin d’une gestion nationale pour les gérer. Le tourisme ne peut pas être ’municipalisé’ (je pense que c’est le mot que Rafael utilise) de manière mécanique. Il me semble que cela serait aussi faux que de centraliser tout à fait et d’empêcher la municipalité de participer au processus décisionnel et d’avoir son mot à dire dans tout ce qui y est fait, que ce soit pour le tourisme ou quoi que ce soit d’autre. Ce qui manque au pays, c’est une combinaison intelligente des deux choses, en tenant compte de tous les facteurs et en donnant la priorité à ce dont la localité et le pays ont le plus besoin. La plage de Varadero ne peut pas être bien pensée uniquement au niveau local, encore moins à Trinité, qui est une destination mondiale tout comme Viñales, mais il doit également y avoir une vision, une participation et un contrôle locaux avec suffisamment de puissance pour freiner toute idée folle - comme la construction d’un hôtel de vingt étages à Viñales ou dans le centre de Trinidad - et pour protéger les communautés.

Merci pour ce compliment, Patricia. En premier lieu, ce que je dis à propos de Gaviota n’a rien à voir avec les mesures des États-Unis, leur comportement opportuniste ou leur utilisation du chantage. Ils ne resserrent pas le blocus à cause de cela ou de quoi que ce soit de ce genre ; leur politique est d’étouffer le pays économiquement. C’est l’un de nos graves problèmes : regarder l’économie cubaine à travers le prisme du blocus, qui est plus que cela, c’est une guerre économique brutale, mais indépendante de notre volonté. Ce que nous pouvons éliminer, c’est ce qu’on appelle le ’blocus interne’. J’ai soulevé la question de Gaviota, aussi fortement que possible, lorsque la Constitution était en discussion ; et je l’ai dit à l’époque, surtout parce qu’il me semble que cela déforme l’essence de ce que devraient être ces organisations économiques subordonnées aux forces armées. Ils devraient faire tout leur possible pour consolider et fournir les meilleures conditions de vie à ceux qui se sacrifient pour nous tous et veillent sur la sécurité et la défense du pays, mais l’utiliser à ce stade pour développer d’autres secteurs est une distorsion que nous devons corriger.

Les résultats sont évidents dans les chiffres des investissements que nous avons faits et que nous continuons de faire dans le tourisme, même pendant une année de pandémie avec zéro tourisme - en vue des années à venir, car le tourisme prendra un certain temps pour se rétablir. Le nombre réel [d’occupation des chambres] du pays est inférieur à la moitié de ce qu’il était. Nous avons eu une année d’occupation de 39 à 40 % de nos chambres d’hôtel, et nous devons résoudre ce problème. Je pense que Triana a récemment soulevé nos problèmes, par exemple dans l’agriculture ; nous voulons sauver l’agriculture, mais encore une fois, cela fait des années que le dernier investissement important n’y a pas été effectué, même pas près de ceux du tourisme.

Tania García : Je prends à nouveau la parole pour exprimer mon point de vue sur certaines questions et commentaires. Je pense que la question de ce que les touristes recherchent en venant à Cuba est intéressante. Il y a quelques années, dans une excellente recherche du professeur Figueras, 60 % des personnes interrogées ont déclaré que l’une des incitations les plus importantes à venir à Cuba était précisément son identité et sa culture. En d’autres termes, quelque chose qui n’est pas exactement en phase avec les produits conçus pour la participation des touristes. Par conséquent, je crois que nous devrions maintenir ces analyses et enquêtes sur la motivation, et à partir de là, nous pouvons ajuster les programmes et les offres pour répondre aux besoins des visiteurs.

Pour vous dire la vérité, je ne serais jamais d’accord avec le maintien de la centralisation en tant que mécanisme pour résoudre les pénuries financières. Il ne s’est pas toujours avéré être un bon antidote à nos besoins en ressources ou à nos pénuries, en particulier parce qu’à de nombreuses reprises, il est parsemé des pouvoirs discrétionnaires des décideurs, ce qui a bien sûr écrase toute chance de produire les résultats auxquels nous devrions nous attendre. Nous devons garder à l’esprit que les transformations en cours dans notre pays, dans notre structure économique, en vertu de la nouvelle Constitution de la République, modifient les règles de décentralisation ainsi que les bases sur lesquelles les exercices de décentralisation précédents avaient eu lieu. Par conséquent, je crois qu’il n’est pas encore possible d’évaluer les résultats de la décentralisation qui a lieu en ce moment, car ils sont en cours de rénovation et d’ajustement, et il n’y a toujours pas d’études généralisées. Il peut y avoir des résultats positifs ; je pense à la province de Cienfuegos, avec d’excellents exemples de succès, et la province de Holguin a également obtenu de bons résultats dans d’autres domaines. Cependant, il est encore impossible de généraliser les indicateurs de performance, de réussite ou de bonnes pratiques liés à la décentralisation. À mon avis, le processus est encore immature.

Je me demande si les règlements actuellement en vigueur sont cohérents avec ce que nous espérons réaliser, car ils répondent également aux circonstances de leur conception et sont tout à fait en phase avec l’expérience connue. L’introspection globale dont le pays a besoin vise précisément à faciliter l’ajustement de sa réglementation aux résultats et aux implications de ces résultats.

Je pense que Betancourt propose quelque chose d’intéressant : nous devons préparer notre offre touristique pour différents types de marchés et développer différents types de tourisme. Le segment touristique des Cubains vivant à l’étranger a des motivations particulières ; c’est ce que nous avons établi. Certains l’appellent ’consommation nostalgique’. Nous avons la possibilité de fournir à ce segment des offres spécifiques, de la même manière qu’il est valable d’inclure la vaccination et tout le reste dans le tourisme de santé ou de développer le tourisme de nature. La grande leçon à tirer ici est que nous ne pouvons pas continuer à maintenir un seul type de tourisme dans le pays.

En tant que secteur économique, le tourisme est multisectoriel. En raison de l’infrastructure et de toutes les ressources qu’elle gère, elle dépend de nombreux facteurs, tant dans les régions que dans l’ensemble du pays. Ce serait une véritable complication, je pense, pour un modèle qui va vers la décentralisation et un regain de ressources et de capacités régionales, de concentrer le développement d’une partie importante de ses ressources naturelles ou créées dans des enclaves touristiques gérées centralement. Il me semble que cela rendrait le processus de développement d’autant plus conflictuel. En disant cela, je ne veux pas dire qu’il n’est pas nécessaire d’apporter des ajustements, des corrections, des modifications et des transformations sur une base permanente, car il s’agit d’embrasser de nouvelles formes de gestion, de nouveaux mécanismes de fonctionnement et de nouvelles cultures de production, et bien sûr, il faut du temps pour préparer, développer et accepter ces cultures.

Tout comme le reste des secteurs économiques touchés par l’ensemble du processus de décentralisation, le tourisme devra apporter des changements dans la même mesure que ces processus s’enracinent profondément. Ce qui est certain, c’est que nous sommes confrontés à un nouveau modèle de projet, qui est maintenant en cours d’introduction et contraint de transformer la culture économique du pays pour être en mesure de répondre aux besoins de changement non seulement dans toute la région, mais aussi dans toute la structure économique et sociale de la nation.

Yociel Marrero : J’aimerais répondre et/ou commenter certaines des questions des participants. Je commencerai par Merlin, de l’Université centrale de Las Villas, qui a posé des questions sur l’agrotourisme. Bien sûr, nous défendons cette modalité touristique depuis très longtemps, mais le cadre théorique à Cuba est toujours aussi insuffisant que le cadre juridique, bien qu’il existe d’importantes références internationales. Ce modèle a déjà été mis en œuvre dans de nombreux pays, et il existe déjà des technologies et de nombreuses attractions qui peuvent être créées et susciter des intérêts dans de nombreuses communautés et villes.

En ce qui concerne ce qu’Everleny dit à propos des hôtels à un niveau inférieur à celui de Quinta Avenida, les règlements d’environnement et d’aménagement du territoire stipulent clairement que rien ne doit être construit ’là où la vague se brise et éclabousse une goutte d’eau de mer’. Il n’est pas juste de construire des hôtels en dessous de Quinta Avenida. Forestier l’a dit au début du XXe siècle, mais la pratique se poursuit et, bien sûr, elle aura été accompagnée d’une infrastructure de transport et de service plus importante. Il serait souhaitable, afin d’éviter les catastrophes plus importantes, de les construire conformément à toutes les réglementations que cela exige.

Quant à ce que Ricardo Torres a dit, pour moi, la politique de mise en œuvre de ce tourisme n’est toujours pas claire ; elle vient de l’épuisement qu’il mentionne, mais je ne sais toujours pas si elle reflète les transformations nécessaires.

En ce qui concerne le commentaire de Triana, la politique de développement régional est déjà écrite, mais à mon avis, ce règlement ne traite pas de sa relation avec le tourisme, car il est assez général et il n’est pas clair quels éléments pourraient interagir avec le développement du tourisme dans les régions et leur apporter des profits directs, nous devons donc continuer à pousser à cette fin.

En ce qui concerne les guides touristiques privés ou indépendants, un format pourrait être les coopératives, de sorte qu’elles puissent organiser correctement leur offre et comment elles pourraient pénétrer le marché.

Consuelo a posé des questions sur le tourisme et les migrations internationales. Il existe sans aucun doute une relation directe, comme l’a mentionné Rafael Betancourt, entre Cuba et ceux qui ont émigré, et maintenant il est important que les offres que nous concevons soient à la hauteur de leurs attentes.

Je crois que les touristes viennent souvent à la recherche de choses qu’ils savent sur Cuba, mais aussi de ce qui leur est offert. La campagne de MINTUR pour promouvoir le tourisme à Cuba, appelée « Cuba authentique » et conçue il y a de nombreuses années par une entreprise canadienne, est largement connue. Donc, bien sûr, bon nombre des éléments de cette Cuba « authentique » qu’ils présentent n’ont rien à voir avec l’authenticité du Cubain ou de notre nation. Comme de nombreux collègues ici présents l’ont dit, nous devons diversifier ces offres.

Trinidad et Viñales ont de bonnes leçons à enseigner, mais aussi de très mauvaises leçons. Il s’agit du fait que ces développements touristiques n’ont pas tenu compte des charges que ces régions permettent, ni de l’expérience dans l’utilisation de ces zones géographiques ou touristiques. C’est pourquoi nous devons tirer les leçons de ces expériences, ce qui ne signifie pas que nous devons donner à toutes les institutions locales et à tous les facteurs locaux un plus grand pouvoir de décision dans le domaine du tourisme, mais les réglementer en fonction des charges et de la vocation à utiliser ces régions.

Le professeur Antonio Díaz dit qu’il n’y a pas de différence entre l’environnement naturel et l’environnement bâti. Nous avons un grave désaccord à cet égard. Il a donné l’exemple des ’gratte-ciel’ fabriqués par les fourmis, mais l’’environnement bâti’ dont je parle est celui de l’homme, un être pensant, et en règle générale, cela crée beaucoup de déséquilibre. Pas dans un ’environnement naturel’, où tout nouvel élément ’construit’ génère un nouveau réarrangement des charges dans la nature. Il y a une grande différence entre les deux. C’est évident dans ces fourmilières et dans les bâtiments que nous, les êtres humains, construisons.

Patricia Ramos : Tout d’abord, je tiens à remercier la revue Temas de m’avoir permis de partager mon expérience et les panélistes pour la diversité de leurs réponses. C’est également un plaisir de rencontrer dans ce cadre des collègues, des professeurs et des tuteurs. Mes salutations chaleureuses à vous tous.

Quand Rafael fait référence au modèle du soleil et de la plage et à la question de savoir si c’est ce que les touristes recherchent, dans une certaine mesure, je pense que c’est sur le fait que la campagne de promotion de Cuba a été basée. Nous pouvons nous diriger vers un modèle plus diversifié, mais c’est une ressource naturelle que nous avons et que nous ne pouvons ignorer, elle est attrayante pour un marché qui, d’une certaine manière, a déjà été

conquis, à savoir le Canada, source de plus d’un million de visiteurs en 2019.

Le deuxième émetteur de tourisme à Cuba est la communauté cubaine aux États-Unis, qui représentait plus d’un million de voyageurs en 2019 et recherche un autre type de tourisme. Ici, nous avons commencé à nous aventurer dans une forme de tourisme basée davantage sur la curiosité, sur le tourisme urbain, mais un nombre non négligeable de Cubains viennent également en vacances et profitent des installations hôtelières, des plages et des ressources naturelles que leur pays natal met à leur disposition.

Je crois qu’une autre incitation a trait à notre singularité. Cuba est un pays très particulier et très curieux, très curieux, et je pense que c’est peut-être la raison qui prévaut dans leur décision de choisir Varadero Beach plutôt que Cancun ou la République dominicaine. Les gens voyagent non seulement à la recherche de loisirs, de loisirs et de repos de base, mais aussi, dans une large mesure, par curiosité, comme je pense que cela s’est produit avec la dernière vague d’arrivées américains. C’est pourquoi je crois que la meilleure façon d’attirer des visiteurs internationaux à Cuba est par le biais d’une offre basée sur cette diversité.

La question des enseignements offerts par les régions qui ont géré leur propre développement touristique est très intéressante. La principale leçon est que le secteur privé, tant dans le tourisme que dans le reste des branches de l’économie, a besoin d’un organe directeur. Cette entité réglementerait la concurrence, superviserait les marchés et protégerait certains d’entre eux, assurerait l’équilibre en termes environnementaux et régionaux, protégerait le travail et offrirait des garanties sociales similaires à celles du secteur public - telles que les congés de maternité, certaines formes d’assistance, les droits syndicaux, etc. C’est quelque chose qui transcende l’industrie du tourisme et qui a à voir avec la nécessité de réglementer le secteur privé, qui va au-delà de la définition des activités qui peuvent ou ne peuvent pas être menées.

Ricardo Torres a demandé si la politique actuelle en matière de tourisme reflète son besoin de transformation. Je pense qu’il nous manque encore une politique du tourisme comme celle déjà conçue pour les régions ; cependant, il y a des dispositions dans lesquelles je ne vois pas clairement cette transformation. Dans un récent discours, le ministre de l’Économie, Alejandro Gil, a annoncé l’ajustement du plan d’investissement du pays, et il a souligné qu’il donne la priorité au secteur hydraulique et à l’achèvement de certains travaux dans le domaine des énergies renouvelables, de l’alimentation, du ciment, et il a également mentionné le tourisme. Cela a attiré l’attention de la communauté universitaire en ce qui concerne certains éléments dont nous avons discuté ici, tels que le taux d’occupation des hôtels d’environ 50 %. De nouvelles chambres pour quoi ? Sa déclaration devient encore plus controversée dans un contexte de pandémie.

Je crois avoir fait référence au fait qu’il ne devrait pas y avoir d’interdiction de l’activité des guides touristiques. Il y a des éléments ’sans scrupules’ dans tous les secteurs. Ceux d’entre nous qui, à un moment donné, ont apprécié une visite dans une partie de l’île savent que, malheureusement, les guides touristiques ne sont pas toujours compétents, qu’ils soient gérés par l’État ou travailleurs indépendants. Je pense qu’il peut y avoir d’autres règles liées à leur qualification. Aux États-Unis, par exemple, le travail privé nécessite, dans certains cas, une sorte d’examen technique pour déterminer si vous pouvez bien faire votre travail. Bref, je pense que nous devrions explorer d’autres variantes que la prohibition.

Triana, je dois admettre que je n’ai pas examiné le cadre réglementaire pour promouvoir le développement régional devant ce panel, mais j’ai vérifié celui publié par le ministère de l’Économie et de la Planification. Ce que j’en ai tiré, c’est qu’elle ne va pas au-delà de l’étape méthodologique et conceptuelle de la signification de la stratégie de développement municipal, de la façon dont elle est préparée, de son lien avec certains organismes d’appui tels que le PADIT (Plate-forme articulée du PNUD pour le développement intégré territorial) et des compétences des conseils d’administration municipaux et provinciaux. Toutefois, il n’a pas donné de détails au niveau sectoriel.

L’adresse Rafael Hernández : Avant de clore ce panel très intéressant, j’aimerais reprendre quelques points parmi les nombreux points qui ont été soulevés dans les commentaires et les interventions des panélistes. L’un a trait à l’impact de la pandémie, et l’autre à notre vision du tourisme dans le cadre d’une perspective culturelle intégrale.

Le COVID-19 a bien été un malheur, mais en même temps, il a ouvert une fenêtre d’opportunité que j’illustrerais avec deux exemples. La première est qu’à un moment donné l’année dernière, le verrouillage du transport aérien a donné une occasion nouvelle et exceptionnelle au tourisme intérieur ; non seulement aux Cubains vivant à l’étranger qui viennent en tant que touristes, ce qui est important, mais aussi à ceux qui vivent à Cuba, très souvent jugés sans importance pour les statistiques sur le tourisme. Pour construire une industrie touristique cohérente capable d’intégrer la demande étrangère et intérieure dans un marché unique et une économie unique, non seulement parce qu’il est possible de séjourner dans un hôtel ou parce qu’il y a une monnaie unique en circulation, mais il est nécessaire de concevoir les offres et de concevoir l’industrie de manière globale.

L’autre fait digne de mention de COVID-19, également abordé dans vos commentaires, est qu’il a mis en évidence l’importance de la santé, qui, avec l’éducation et la culture, nous permettrait de repenser la conception du tourisme et de regarder l’économie nationale sous un angle différent. La santé, l’éducation et la culture ne sont pas des ’secteurs budgétisés’, comme certains l’insistent, mais le fondement de l’innovation et du développement ; une nouvelle économie du savoir est une économie où le tourisme a été innové grâce à l’intégration organique de ces trois secteurs. Pas seulement la lumière du soleil et les plages, qui font partie de la réalité cubaine, mais ne sont pas celles qui présentent les plus grands avantages, qualités et différences que Cuba possède par rapport aux autres pays.

Ma deuxième remarque porte sur la question d’un tourisme conçu culturellement. Nous avons tendance à blâmer le tourisme pour la trivialité de l’offre culturelle et pour la commercialisation et la dégradation des produits culturels qui circulent souvent parmi nous. Si seulement c’était la cause. Comme l’a dit Betancourt, plus de Cubains sont venus des États-Unis, mais un nombre énorme d’Américains sont également venus pendant le temps où ils ont pu le faire. La culture concerne l’histoire et la société cubaines contemporaines autant que les soixante dernières années. Lorsque nous en parlons comme d’un élément central d’un concept innovant de tourisme, il s’agit bien sûr de mesurer le rang de Cuba non seulement en termes de longueur de ses plages, ce qui est bien, mais aussi en termes de ce qui contribue à faire de Cuba un pays différent. J’ai demandé à une femme américaine âgée qui est venue à Cuba pendant le court été de l’administration Obama et qui a assisté à l’une de mes conférences pourquoi elle avait décidé de venir à Cuba juste au moment où il y avait des restrictions sur le tourisme à Cuba. Je me souviendrai toujours de ce qu’elle m’a dit : ’Je voulais visiter Cuba alors que les Castro étaient encore ici’. Cette personne ne sympathisait pas avec le socialisme et ne faisait partie d’aucun mouvement de solidarité cubain. Pour elle, « les Castro », ou Che Guevara, ou la Révolution, faisaient partie de la Cuba contemporaine qu’elle voulait voir et qu’elle croyait pouvoir finir par s’estomper. Telle est l’attrait du patrimoine culturel et historique que nous avons depuis soixante ans jusqu’à ce jour.

Grâce à vous tous, nous avons eu un panel spectaculaire, et bien sûr, merci à notre public pour ses commentaires. Je pense qu’ils n’étaient ni redondants ni une perte de temps, et ils ont tous abordé des questions très importantes qu’il n’est en aucun cas possible d’épuiser dans ce bref espace. Néanmoins, ils ont fait la lumière sur certains raisonnements que nous pourrons sûrement continuer à développer à l’avenir. Un seul panel Último Jueves ne suffit jamais pour une analyse et une discussion approfondies de bon nombre de ces questions ; il les rendra à peine visibles. Merci à vous tous de nous avoir permis, une fois de plus, de faire ce panneau à distance.