Brèves

Semaine 19

Visioconférence sur les relations entre les Etats-Unis et Cuba
Organisée par le Groupe d’études Cuba de l’Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine et animée par ses responsables Janette Habel et Stéphane Witkowski, elle a eu lieu ce mardi 11 mai et regroupait une trentaine de participants. Le thème d’actualité, était développé notamment par Michael Parmily, ancien chef de la section des intérêts américains à La Havane ( 20005-2008), Jim Cohen, professeur à la Sorbonne, commentateur de l’actualité des Etats-Unis, et François-Michel Lambert, Président du groupe d’amitié avec Cuba de l’assemblée nationale. Victor Fernandez et Roger Grévoul représentaient l’association Cuba Coopération. Michel Parny a apporté de nombreuses informations utiles à la connaissance des évolutions possibles de l’attitude du nouveau Président vis-à-vis de Cuba. Déception du rédacteur de ce billet ! Et confirmation de la nécessité d’intensifier la pression pour obtenir la fin des mesures prises par Trump, maintenues par Biden et la cessation de l’inhumain et illégal blocus.
RG

The Guardian : Cette île des Caraïbes assiégée par les États-Unis pendant 60 ans pourrait devenir le plus petit pays à avoir son propre vaccin
Dans un article intitulé Cuba se bat pour développer son propre vaccin contre le COVID le journal a noté que sur les 27 candidats vaccins contre le coronavirus SRAS-COV-2 qui sont dans la phase finale des essais internationaux, deux sont des Cubains. Selon The Guardian, cette île des Caraïbes assiégée par les États-Unis pendant 60 ans pourrait devenir le plus petit pays du monde à disposer de son propre vaccin. Il estime également que si les essais cliniques sont couronnés de succès et que l’agrément de l’agence de réglementation des médicaments est obtenu, la vaccination de la population sera moins problématique. Cuba a une infrastructure très bien développée de polycliniques et de centres de santé, et le ratio le plus élevé de médecins par habitant au monde, a déclaré le journal, qui recueille les témoignages d’éminents scientifiques et dirigeants du secteur de la biotechnologie de l’île. La publication avertit cependant qu’en raison du blocus économique, financier et commercial unilatéral imposé par Washington, les différentes équipes de chercheurs travaillant à la recherche d’un remède contre le COVID-19 doivent partager le seul spectromètre existant dans le pays avec une capacité suffisante. pour analyser la structure chimique des produits. Il fait également écho à la plainte des scientifiques cubains selon laquelle, en raison de l’extraterritorialité des mesures contre Cuba, le fabricant britannique de cet équipement indispensable au contrôle de la qualité ne peut leur vendre des pièces détachées depuis que l’entreprise a été rachetée par une société américaine. Il fait également référence au fait que depuis que l’actuel ancien président Donald Trump a inclus Cuba dans la liste des sponsors du terrorisme, trouver une banque disposée à accepter les transferts vers et depuis l’île est un gros problème.

Vu de Cuba

Cuba aura 70% de sa population vaccinée contre le COVID-19 en Août.
Le 8 mai Le ministre cubain de la Santé publique, José Ángel Portal Miranda, a déclaré qu’en juin, on s’attend à ce que 22% de la population sera vaccinée contre le COVID-19 et en août 70%. Portal Miranda a expliqué dans l’émission télévisée Mesa Redonda que la stratégie de vaccination sera ajustée au fil du temps. Bientôt, a-t-il dit, la deuxième étape de l’intervention sanitaire sera menée avec les candidats vaccins Abdala et Soberana 02 chez les agents de santé et les groupes à risque à travers Cuba. A cet effet, des travaux sont en cours et le personnel est en cours de formation dans les différents territoires.
À La Havane, a-t-il déclaré, la première étape de l’intervention sanitaire inclura les municipalités de Regla, San Miguel del Padrón, Guanabacoa et La Habana del Este, de la première quinzaine de mai à juin. Puis viendront Boyeros, Cotorro et Arroyo Naranjo durant la dernière semaine de mai et jusqu’en juillet. La deuxième étape sera étendue à la Plaza de la Revolución, Playa, Centro Habana, la Vieille Havane, La Lisa, Marianao et El Cerro pendant la seconde quinzaine de juin et jusqu’en août.
Le ministre a indiqué qu’à Santiago de Cuba l’intervention sanitaire aura lieu dans la seconde quinzaine de mai jusqu’en juin et qu’elle commencera par les communes périphériques. Ce processus sera également mis en œuvre dans cette dernière étape dans l’Isla de la Juventud et Matanzas, et à Pinar del Río, il se déroulera de la seconde quinzaine de juin à août pour les personnes âgées de 19 à 49 ans. Il a ajouté que les sites de vaccination seront les bureaux du médecin et, dans certains cas, d’autres sites pré-préparés et certifiés. Enfin, il a souligné l’importance de ne démanteler aucune des mesures de protection mises en œuvre contre la maladie, car les vaccins ont besoin de temps pour avoir des résultats épidémiologiques. (Oncuba)

Le blocus entrave la production de médicaments destinés au Système national de santé
Les dirigeants du groupe d’entreprises des industries biotechnologiques et pharmaceutiques de Cuba (BioCubaFarma) ont dénoncé l’impact du blocus économique, financier et commercial imposé par le gouvernement des États-Unis à Cuba sur leur recherche et leur production Ils ont précisé que cette politique criminelle entrave l’acquisition de matières premières, de pièces de rechange pour les équipements médicaux et de fournitures pour garantir les médicaments destinés au Système national de santé, ainsi que le développement de projets de recherche. Ils ont ajouté que le coût des intrants nécessaires à la fabrication des candidats vaccins a augmenté du fait que Cuba est obligée de les acheter à travers des pays tiers, les fournisseurs habituels ayant refusé de les vendre par crainte de représailles contre leurs entreprises en raison de la loi génocidaire du blocus.
Chaque année, l’industrie pharmaceutique subit les effets du blocus en matière de recherche, de fabrication et de commercialisation de ses produits, alors que les échanges universitaires et scientifiques sont également limités. Par exemple, le Centre d’ingénierie génétique et de biotechnologie de Cuba a signalé à Prensa Latina qu’il a perdu des revenus considérables du fait qu’il lui est impossible d’exporter aux États-Unis le médicament Heberprot-p, unique au monde pour le traitement des ulcères du pied diabétique.

Détails sur les transferts d’argent depuis l’étranger via Banco Metropolitano
La Banque centrale de Cuba (BCC) a expliqué, depuis son compte Twitter, comment recevoir un virement bancaire de l’étranger via la Metropolitan Bank, qui fonctionne uniquement à La Havane. Le BCC a précisé que les membres de la famille ou les amis doivent commander le transfert avec les coordonnées claires et exactes du bénéficiaire à Cuba :
•Noms et prénoms du bénéficiaire tels qu’ils figurent sur la pièce d’identité personnelle.
•Carte d’identité ou passeport.
•Adresse de domicile.
•Téléphone où le bénéficiaire peut être contacté.
•Le code Swift de Banco Metropolitano (BMNBCUHH).
•Numéro de la succursale où vous souhaitez retirer le transfert.
•Numéro de compte (si vous l’avez), bien qu’il ne soit pas obligatoire.
L’argent arrive par virement dans la devise dans laquelle le compte du destinataire est libellé. Source cubadebate

La 38e édition de la Foire internationale de La Havane est suspendue
Le ministère du Commerce extérieur et des Investissements étrangers de Cuba (MINCEX) a annoncé la suspension de la 38e édition de la Foire internationale de La Havane (FIHAV), correspondant à 2021, en raison de la situation épidémiologique mondiale causée par le COVID-19. Selon le MINCEX comme alternative audit événement, le II Cuba Business Forum 2021 (FECuba2021) se tiendra virtuellement, auquel participeront des entreprises cubaines et étrangères, des formes de gestion non étatiques, des hommes d’affaires et des personnes intéressées par des opportunités d’investissement dans la plus grande des Antilles. Ce Forum virtuel a déjà eu sa première édition l’année dernière, en raison de l’impossibilité de tenir des réunions en face à face en raison de la pandémie qui affecte le monde depuis fin 2019.

L’impact de la pandémie sur Cubana de Aviacion
Comme toutes les autres compagnies aériennes dans le monde, Cubana de Aviación a fait face à l’impact de la pandémie COVID-19. Cuba a fermé ses frontières et a fait un lourd bilan économique de 5,57 milliards de dollars, a récemment déclaré le gouvernement. Au cours des deux dernières années, Cubana de Aviación a subi une perte nette d’environ 353 millions de dollars américains,..Tout cela a conduit Cubana à ne disposer que de quelques itinéraires encore actifs. À l’international, il est peu probable qu’il annule son vol vers Madrid en raison de la grande importance de ce marché

2020 : Habanos SA maintient son leadership avec des revenus élevés

La Corporación Habanos SA ., Qui commercialise les 27 marques Habanos exclusivement dans le monde, toutes fabriquées à la main, a publié lors de l’ouverture des I Habanos World Days les données économiques de l’exercice 2020 au cours desquelles un chiffre d’affaires a été obtenu . de 507 millions de dollars, consolidant malgré les circonstances, son leadership mondial sur les marchés vendus par Habano, considéré comme le meilleur tabac Premium au monde. Le chiffre annoncé est inférieur de 4% à celui de l’année précédente, ces résultats sont principalement la conséquence de la baisse produite dans les pays les plus dépendants du tourisme, et dans les canaux Duty Free et Travel Retail, qui devraient sans doute commencer à se redresser. Ce 2021. Les 5 premiers marchés pour Habanos SA en termes de volume de ventes ont été la Chine, l’Espagne, la France, l’Allemagne et la Suisse. Pour la première fois de l’histoire, la Chine est devenue le premier marché mondial pour Habanos.Par région, l’ Europe reste le principal marché des Habanos, avec (50%) des ventes en volume, suivie de l’Asie Pacifique (16,2%), de l’Amérique (13,6%) et de l’Afrique et du Moyen-Orient (10, 4%)Corporación Habanos SA est un leader mondial dans la commercialisation de cigares Premium à Cuba et dans le reste du monde. Pour cela, elle dispose d’un réseau de distribution exclusif présent sur les cinq continents et dans plus de 150 pays. Habanos, SA commercialise 27 marques Premium fabriquées entièrement à la main et protégées par l’ Appellation d’Origine Protégée (AOP), parmi lesquelles Cohiba, Montecristo, Romeo y Julieta, Partagás, Hoyo de Monterrey et H. Upmann, entre autres. Les Habanos sont toujours fabriqués entièrement à la main depuis plus de 500 ans et sont depuis lors une référence pour tout le monde.
Source Excellencias Cuba

Vu de France et du Monde

Raúl s’en va : quels changements pour Cuba ?
A lire l’article de Janice Argaillot sur le site The Conversation en date du 10 Mai . Janice Argaillot est Maître de conférences en civilisation latino-américaine, Université Grenoble Alpes (UGA)

Par crainte des États-Unis, les banques suisses refusent les transferts lorsqu’elles entendent le mot « Cuba »
L’organisation Medicuba se voit très souvent refuser les transferts d’argent. Son président, Franco Cavalli, parle d’une infâme vilenie À un moment donné de la conversation téléphonique, Franco Cavalli se montre indigné. Très indigné, en fait. L’ancien député et chef de groupe parlementaire du ps dans le canton du Tessin déclare : « C’est un véritable gâchis. Non, c’est plus que ça. C’est un vrai scandale ! » À 78 ans, le cancérologue Cavalli est un homme occupé. Il est notamment président de Medicuba Europe, une ong suisse ayant des sections dans 14 pays européens qui fournit une aide médicale à l’île socialiste. Récemment, Medicuba a acheté des antibiotiques à une petite entreprise pharmaceutique de Suisse occidentale pour les expédier par bateau aux Caraïbes. Medicuba veut régler ses achats par virement bancaire, la banque lui renvoie l’argent, en invoquant le blocus des États-Unis. Visiblement, l’institution craint des représailles de l’autre côté de l’Atlantique. Il s’agit d’un virement du compte suisse de Medicuba à un autre compte suisse. Aucun argent ne circule vers Cuba où les États-Unis. Pour rejeter l’ordre de transfert, il suffit apparemment que le mot « Cuba » apparaisse dans le nom de l’organisation. Même lorsque Cavalli propose d’effectuer le virement à partir de son compte personnel, la banque refuse.
Medicuba, une organisation humanitaire fondée en 1992, compte quatre employés, et environ un tiers de son budget de 800 000 francs suisses est pris en charge par la Direction du développement et de la coopération (Deza). À Cuba, l’organisation s’occupe d’enfants autistes, participe à la prévention du sida, pratique des chirurgies mini-invasives sur des patients atteints de cancer et aide des médecins cubains spécialisés dans les soins intensifs à poursuivre une formation complémentaire en Suisse.
Par ailleurs, Medicuba a chargé le cabinet d’avocats Robert L. Muse, basé à Washington, de préparer un avis juridique. Il conclut que les transferts bancaires vers l’organisation ne violent jamais le blocus étasunien, et ce pour plusieurs raisons : Medicuba est une organisation humanitaire, son siège se trouve hors des États-Unis, les transferts de fonds ne sont pas effectués en dollars et ne vont ni aux États-Unis ni à Cuba. Aucun citoyen étasunien ne siège non plus au Conseil d’administration de l’organisation.Le juriste bernois Willi Egloff, qui représente légalement Medicuba, considère que la pratique des banques suisses est illégale, du moins dans le cas des banques cantonales. « Ce sont des institutions de droit public. En refusant un service à un citoyen suisse, ils violent l’interdiction d’agir de manière arbitraire », déclare Egloff. Selon Franco Cavalli, les banques suisses ont à ce point peur des États-Unis parce que, par le passé, elles ont aidé sans hésiter les fraudeurs fiscaux étasuniens dans des affaires sales, une sorte de surcompensation par mauvaise conscience, au détriment du devoir humanitaire.
Source Granma

Au Québec , Cégep de Thetford : un geste de générosité en Soins infirmiers
L’infirmière technicienne du département des Soins infirmiers, Véronique Gouin, a fait preuve d’une belle initiative au cours des derniers jours.Voyant les armoires du Département débordantes de matériel donné depuis plusieurs années par l’hôpital et inutilisable dans le cadre des cours, elle a eu l’idée de leur donner une deuxième vie. Véronique a donc fait des recherches et a finalement trouvé l’organisme ARO Voyages qui effectue des voyages humanitaires et qui se chargera d’expédier le matériel du département dans des hôpitaux de Cuba. C’est donc un chargement d’une valeur de plus de 1000 $ comprenant des aiguilles, des seringues, différents pansements, des masques à oxygène, des papillons sous-cutanés, des cathéters et des ballons masques à usage unique qui partira sous peu en direction de Repentigny aux frais du département pour ensuite être expédié vers Cuba. (Courrier de Frontenac)

L’Association de solidarité suédo-cubaine prépare de nouvelles actions pour soutenir l’île
L’Association de solidarité suédo-cubaine a annoncé qu’elle préparait de nouvelles actions pour soutenir l’île dans la lutte contre le blocus économique, commercial et financier américain, après avoir envoyé deux conteneurs avec des dons. Dans des déclarations à Prensa Latina, le président de l’organisation, Zoltan Tiroler, a précisé qu’avec une plus grande urgence, ils travailleraient à la collecte de fonds pour l’achat de seringues et d’aiguilles pour la vaccination contre le COVID-19 dans le pays des Caraïbes. Selon l’activiste, la récente expédition de deux conteneurs a laissé un bilan positif dans le travail de solidarité, puisqu’elle a réussi à impliquer plus de personnes, motivée par une contribution concrète et utile. « Nous avons reçu des photos et des commentaires sur l’arrivée à Cuba de l’aide, composée d’articles à usage médical, de jouets pour les crèches, de vélos et de produits de première nécessité, de sorte que nous anticipons déjà de nouveaux dons, même si nous nous concentrerons d’abord sur les seringues, a-t- il expliqué. Tiroler a précisé que l’association définirait la modalité de soutien à la vaccination contre le COVID-19, en tenant compte de diverses expériences, y compris la livraison d’argent à MediCuba Suisse, une organisation en contact avec les autorités insulaires pour l’achat de fournitures dans le secteur de la santé.et de ceux qui ont été durement touchés par plus de 60 ans de blocus.

Les députés irlandais condamnent le blocus américain contre Cuba
Lors d’une réunion virtuelle tenue, les membres du groupe d’amitié avec la nation caribéenne de la législature irlandaise (Oireachtas) se sont entretenus avec leurs homologues cubains sur les effets du blocus imposé par les États-Unis aux familles antillaises, tout en ratifiant leur solidarité et condamné cette politique unilatérale.

Hommage à Alicia Alonso, à l’occasion de son centenaire, visitera plus de 15 villes espagnoles
L’hommage débutera à l’Auditorio de San Cugat Theatre de Barcelone et visitera plus de quinze villes espagnoles, dont Madrid, Alicante, Saragosse, Valladolid, Cadix, Cordoue et Malaga, révèle le Ballet national de Cuba (BNC) dans une note..

Tribute 2021, première alliance entre Havana Club et les vins de Porto
Il y a cinq ans, Havana Club a surpris le marché avec son Tribute 2016, en vénération explicite pour le savoir-faire des maîtres cubains du rhumAujourd’hui, après cinq livraisons sous le label « Tributo », vient un nouvel et authentique hommage aux créateurs de notre rhum, un autre Tributo. La nouvelle cette fois n’est pas moins surprenante. Lorsque l’année dernière, l’édition 2020 de cette série a été présentée, comme un résumé des quatre précédentes (2016 était un hommage au savoir des maîtres du rhum ; 2017 la canne à sucre et l’eau-de-vie cubaine étaient valorisées ; 2018 était consacrée au vieillissement naturel et au chêne blanc des barriques, tandis que celle de 2019 à l’art des assemblages et des dernières générations de Maestros), a été pensée comme « une clôture du cycle » et avec elle, peut-être, de cette collection particulière.
Certes, dit Maître Asbel Morales, 2021 était un défi, car il fallait penser, créer quelque chose de différent, « mais il y aura toujours quelque chose que Tribute devra montrer « Pour cette raison , « nous avons voulu faire un résumé des cinq éditions, mais avec un salut en particulier à celui de 2016 ».
The Tribute Collection est une série d’éditions limitées, créées à partir des meilleures réserves de rhums âgés du Havana Club . Dans le cas de Tributo 2021, Morales a sélectionné les assemblages de la première livraison Tributo et les a conservés pendant un an en fûts de vin blanc de Porto (Portugal). C’est la première alliance, souligne Morales, entre deux produits qui partagent une histoire et un savoir-faire très particuliers. Porto, qui signifie « rivière d’or », est un vin fortifié , c’est-à-dire que de l’alcool de vin est ajouté pour interrompre le processus de fermentation, augmentant ainsi à la fois la teneur en alcool et la concentration en sucre.

Comment la montre à gousset de Napoléon s’est-elle retrouvée à Cuba ?
Destinée à être remise au fils de Napoléon, d’après son testament, la montre de l’Empereur a finalement atterri… à Cuba, où elle est encore exposée aujourd’hui. Derrière ce mystère se cache un homme, le dernier médecin de Bonaparte. Deux cent ans après sa mort , bien des mystères demeurent encore à propos de Napoléon... Et notamment celui-ci : comment la montre à gousset de l’Empereur s’est-elle retrouvée à Cuba, offerte en cadeau de mariage à Raoul Castro. Une montre exposée à... La Havane.Dans son testament rédigé à la plume, Napoléonavait demandé que la plupart de ses montres, dont une montre de poche en or, soit remise à son fils âgé de 10 ans. Mais l’enfant ne la recevra jamais. Après la mort de l’Empereur, elle a disparu. Certains l’ont pourtant cherchée. Rien. Pas une trace. C’est à Cuba que l’on peut admirer aujourd’hui la montre volée de Napoléon, derrière la vitrine d’un musée de La Havane. Raul Castro, juste avant de devenir le chef de l’état cubain, en a fait cadeau au musée à sa réouverture en 2007.
A la fin des années 1950, cette montre a été offerte en cadeau de mariage à Raul Castro par des descendants cubains d’un certain Antommarchi, le dernier médecin de Napoléon, qui a procédé à l’autopsie de son corps quelques heures après sa mort. L’Empereur lui a-t-il donné cette montre ? Ou est-ce le médecin qui l’a dérobée ? Personne ne le sait. Le docteur Antommarchi, en tous cas, est parti exercer en Pologne et au Mexique, avant de s’installer définitivement à Cuba où il est mort en 1837. (Source Europe 1 le 6 Mai)