Sommet des Amériques : un exercice embarrassant

Un article de Gabriel Ramos dans le périodique cubain AHORA, sur le sommet des chefs d’Etat et de gouvernement du continent américain.

Depuis leur création en 1994, à l’initiative du président des États-Unis Bill Clinton, ces réunions ont eu deux particularités : exclure Cuba et servir de tribune aux autorités de Washington pour rendre une visite sociale au reste des chefs d’État latino-américains et de la Caraïbe, avec le Canada. En dehors de ces aspects, ces sommets n’ont pas grand-chose à montrer.

Sommet des Amériques : un exercice embarrassant

{{}}

Jusqu’il y a quelques mois, rares étaient ceux qui savaient que la ville colombienne de Cartagena de Indias accueillerait, au mois d’avril, une réunion au sommet des chefs d’État et de gouvernements du continent américain.

Même si ces rendez-vous sont planifiés longtemps à l’avance, et les préparatifs de celle-ci ont duré des mois, l’affaire n’a pas fait grand bruit jusqu’à ce que le 11e Sommet de l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA) dénonce l’exclusion illégitime de Cuba.

Une analyse rapide de ce qui s’écrit et se dit sur le Sommet de Cartagena nous permet de constater qu’on ne parle pas d’autre chose que de l’exclusion de Cuba. On pourrait se poser la question suivante : ces rencontres n’ont-elles pas d’autre objectif ?

Lire la suite : http://www.ahora.cu/fr/rubriques/monde/monde/2660-sommet-des-ameriques-un-exercice-embarrassant