Un petite tranche de vie en temps d’épidémie

Rapportée par une journaliste blogueuse de la ville de Guantanamo


Aux temps du COVID19, une histoire à partager

Mabel Pozo-29 avril 2020


Leoncio Mosqueda Betancourt

Dès qu’on m’a téléphoné, j’ai su qu’il fallait raconter cette histoire. Je ne savais pas alors de qui il s’agissait, ni les motifs personnels qui le poussaient à agir, mais dès le premier instant, j’ai compris que j’assisterais à un acte de générosité.

Au foyer pour personnes âgées San José, dans le sud de la ville de Guantanamo, des dizaines d’anciens bénéficient des soins médicaux et de tous les services dont ils ont besoin dans cette institution devenue pendant ces années de leur vie leur domicile et, justement, un jour de fin avril, j’ai rencontré le paysan Leoncio Mosqueda Betancourt qui voulait partager une partie du fruit de son travail avec ces gens si vulnérables face au COVID19.

J’ai du me contenter de voir les gestes de remerciement des employés et des pensionnaires quand Leoncio a remis les moutons à l’administration de l’institution, j’ai du accepter de simplement savoir qu’il partageait une partie de ses efforts avec ces personnes et qu’il n’avait pas ameuté le monde pour qu’on le regarde faire.

Il m’a fallu comprendre que quand un geste est noble, les mots sont inutiles et j’étais justement entrain de me débattre avec les mots quand Leoncio a été on ne peut plus clair en expliquant pourquoi il avait décidé de donner ce dont sa famille aurait peut-être besoin plus tard.

« Je suis allé au poste de commandement de lutte contre le COVID et je leur ai dit que je voulais aider. Ils m’ont dit qu’ils me contacteraient et alors le délégué m’a informé que c’était au foyer des anciens, j’ai pris mes animaux et je les ai apportés dans mon véhicule. »

Et quand Leoncio parle de son véhicule, il s’agit de son cabriolet tiré par un cheval où, je ne sais comment, il a réussi à faire monter les moutons qu’il a ensuite, avec une adresse remarquable, aidé à descendre pour les donner aux bénéficiaires.

Ce furent alors des applaudissements spontanés adressés à Leoncio et les mots de remerciement que prononça le vieux Brigido Arguelles.

« Au nom de tous les résidents, de la direction et de tous ceux qui nous accompagnent et partagent en partie notre vie, je veux féliciter le camarade pour ce si beau geste qu’il a fait pour notre foyer. Que l’on sache qu’ici nous prenons soin de nous et qu’on s’occupe bien de nous, que l’alimentation est assez équilibrée, nous sommes bien traités et comme, les autres, nous utilisons les masques pour bien nous protéger. »

« Je me sens bien d’avoir été reçu de cette manière parce que je dis toujours comme le disait notre commandant en chef qu’il ne s’agit pas de donner ce que tu as en trop mais de partager ce qu’on a et c’est ce que j’ai fait, j’en ai encore et s’il faut partager, je partagerai », m’a dit Leoncio.

Je suis sûre qu’il ne faisait pas qu’offrir quelques-uns de ses moutons qui, bien entendu, vont contribuer à nourrir les personnes âgées pendant quelques jours, j’ai compris qu’il s’agissait de donner quelque chose de plus grand et d’impalpable, qu’il s’agit de partager son âme dans des temps où certains dans le monde ne font que regarder vers l’intérieur de leurs portes closes.

https://historiasdeguantanamo.wordpress.com/2020/04/29/una-historia-para-compartir-en-tiempos-de-covid19/