Une application mobile pour rapprocher le marché de la maison

par Yaditza del Sol González, internet@granma.cu, 23 juin 2020

Un exemple de ce qui peut être fait, à partir d’initiatives locales. C’est l’application Mercazona, qui permet des achats en ligne de produits agricoles dans la province de Las Tunas(ndt : province du centre ouest du pays) offrant ainsi la possibilité aux habitants de recevoir des fruits, légumes, condiments et confitures, généralement offerts par Mercasa, un marché agricole privé du territoire.

Mercazona est née de l’idée de combiner les responsabilités quotidiennes et le temps disponible pendant la journée pour aller au marché et acheter certains produits alimentaires. Photo : Ricardo López Hevia


Incontestablement, le commerce électronique à Cuba est arrivé pour rester, même si le service n’a pas été exempt d’erreurs et de difficultés.

Les magasins en ligne ont souligné combien il est utile de développer des systèmes informatiques pour rapprocher les aliments et les articles de la population, à partir des possibilités offertes par Internet, et aussi comme une expression du processus d’informatisation de la société cubaine.

Alejandro Pérez Perera, étudiant en sixième année de médecine et chef de projet, a déclaré à Granma que l’idée était née de la nécessité de résoudre un problème assez courant chez les travailleurs et les étudiants cubains :
combiner les responsabilités quotidiennes et le temps disponible pendant la journée pour aller au marché et acheter certains produits alimentaires.

"En outre, nous nous rendons compte qu’il y a beaucoup de personnes âgées qui se rendent dans les commerces et, parfois, cela leur demande beaucoup d’efforts pour se déplacer y compris pour porter les achats effectués, et avec une population vieillissante comme la nôtre, c’est une réalité qui va s’accentuer de plus en plus ».

Il a ajouté que, faisant partie d’une génération qui s’est familiarisée avec les nouvelles technologies, « l’idée m’est venue alors de répondre à cette situation à travers une application mobile. »

Il a été soutenu par un groupe d’amis, parmi lesquels des concepteurs, des programmeurs et des informaticiens, « et ensemble nous avons créé Mercazona, qui fonctionne de manière similaire à un magasin ou un marché, mais en ligne », a-t-il déclaré.

COMMENT ÇA MARCHE ?

« Une fois que l’utilisateur s’est inscrit dans le système et est entré dans l’application, il peut voir tous les produits disponibles, avec leurs photos, leurs descriptions et leurs prix. Il sélectionne ainsi ce qu’il souhaite acquérir et l’ajoute à son "panier", dans lequel il peut vérifier séparément le montant de chaque produit et le prix total », a-t-il souligné.

De là, explique-t-il, vous passez à l’écran suivant, où vous définissez l’adresse du bénéficiaire et l’heure à laquelle vous souhaitez que la commande soit livrée. Si toutes les informations sont correctes, vous confirmez votre commande et vous pouvez suivre l’état de la commande, à partir du moment où elle est approuvée, préparée et

expédiée, en plus de connaître l’identité de la personne qui procédera à la livraison de vos achats ».

En ce qui concerne le tarif du service à domicile, Pérez Perera a expliqué qu’il dépend de la distance entre le point de vente Mercasa, qui est le fournisseur des produits vendus dans l’application, et le domicile du client.

Quant au transport, les responsables des livraisons sont des coursiers à bicyclette, qui répondent aux normes de protection et d’hygiène. « Tout le monde a ses masques qui sont changés plusieurs fois par jour, ils utilisent des gants pour gérer les achats et les livraisons, ils ont des conteneurs avec de l’hypochlorite pour se laver les mains, et les roues des bicyclettes sont aspergées de solution désinfectante à l’entrée de l’endroit où ils récupèrent les marchandises à livrer " a t-il souligné.

Les personnes chargées de préparer les commandes et d’emballer les produits suivent également toutes ces mesures sanitaires, a-t-il expliqué.

Actuellement, Mercazona n’est disponible que dans la principale municipalité, Las Tunas, mais selon Alejandro Pérez Perera, l’intention est d’étendre sa portée, d’abord dans les autres municipalités de la province, puis dans le reste du pays.

Ces jours-ci, ils travaillent sur une nouvelle version de l’application, qui apportera comme nouvelles fonctionnalités un design plus attrayant et intuitif.
"Parmi les suggestions figure la possibilité pour l’utilisateur d’ajouter une note de clarification à la commande et nous inclurons d’autres fournisseurs de produits tels que des pâtisseries, des pizzas et des plats cuisinés".

Pour ces mises à jour, ils ont dû interrompre le service pendant quelques jours pour finaliser les détails.
À ce jour, nous avons 5 376 utilisateurs enregistrés de l’application, et nous espérons que ce nombre augmentera beaucoup plus avec les nouvelles offres, a-t-il indiqué.

Bien que, pour l’instant, le paiement se fasse en espèces, qui est encaissé lors de la livraison au domicile du client, le groupe de développement Mercazona travaille également à intégrer cette application aux plate formes de paiement électronique qui existent dans le Pays.
Dans un premier temps, ce sera via EnZona, puis ils essaieront également d’inclure Transfermóvil.

SOUTIEN NÉCESSAIRE

Bien que l’idée et le développement de Mercazona soient nés à l’initiative d’un groupe de jeunes, dont certains informaticiens et licenciés en tant que programmeurs d’équipements informatiques, ils ont toujours reçu l’aide et les conseils de l’Union des Informaticiens de Cuba (Uic) en tant que membres d’une organisation qui défend la
participation de travailleurs privé à des projets à impact social, explique María Esther Alfonso Suárez, première vice-présidente de l’Uic.

« De telles synergies nous ont permis de fournir des conseils juridiques et des stratégies de distribution afin que cette application puisse continuer de croître et d’étendre son utilisation à l’échelle nationale, un objectif auquel nous ne renonçons pas.

« Il est vrai qu’il reste encore de nombreux défis à relever, non seulement celui l’optimisation de l’Application, mais aussi en termes d’intégration des processus et de leurs acteurs.
Chaque fois que nous avançons un peu plus vers un scenario numérique, il est essentiel d’adapter les fournisseurs de produits et d’aliments à cette réalité », a-t-il déclaré.

En ce sens, il considère qu’il est nécessaire d’avancer davantage dans le style de vente et de gestion des stocks que les nouvelles formes de commercialisation imposent, afin de garantir que les produits proposés via cette application, ou toute autre similaire, soient disponibles et que ces données soient constamment mises à jour.

Le commerce électronique à Cuba est déjà une réalité, et à mesure qu’il s’implante à grande échelle, nous verrons tous les avantages qu’il apporte, à la fois au fournisseur et au client, a-t-il conclu.