Marta Rojas : « Être témoin n’est pas suffisant »

Le nom de la journaliste et narratrice cubaine Marta Rojas (Santiago de Cuba, 1931), apparaît toujours inexorablement associé à l´assaut de la Caserne Moncada et au procès postérieur lors duquel ont été condamnés les jeunes patriotes de la Génération du Centenaire ; bien sûr, ces événements extraordinaires sont une partie essentielle de sa vie et ses souvenirs.

Plus qu’un témoin !

Converser avec Marta Rojas c´est comme lire un bon roman, avec tous les ingrédients narratifs qui attrapent le lecteur - dans ce cas, c’est plutôt l’auditeur – et c’est aussi très bien écrit ou conté.

L´écrivaine est née sûrement curieuse, imaginative et pas peureuse ; déterminée et tenace, et avec d´autres caractéristiques qui combinées avec certaines circonstances et un peu de hasard, l’ont aidé à conformer une personnalité qui, du haut de ses 82 ans, préserve une joie d´avoir vécu et de vivre ce qui chez d’autres serait seulement un souvenir.

On a souvent recours à la phrase de « témoin exceptionnel » pour la qualifier, mais Marta Rojas dès le début, était plus qu´un témoin.

Vous avez toujours voulu étudier le journalisme ?

Lire la suite : http://www.cubarte-francais.cult.cu/paginas/actualidad/caraAcara.detalle.php?id=22755

LUQ