Légende d’amour ?


À l’Est de Cuba, dans les zones montagneuses de la province de Santiago, subsistent les vestiges d’anciennes plantations de café françaises.
Dans le but de procéder à leur conservation, en 2014, à l’initiative de l’Oficina del Conservador (Bureau du conservateur) de la Ciudad de Santiago de Cuba et de la Fondation Malongo, est lancé  Los Caminos del Café . (Les chemins du café).

Ce projet « Los Caminos del Café » est né il y a près de 10 ans avec la venue à Santiago de Cuba de Monsieur Alfred Conesa, ancien directeur des recherches de l’Institut national des recherches agronomiques en France, et conseiller de la Compagnie Méditerranéenne des Cafés « Malongo ».
Il a été présenté en France en vue du développement socio-économique et culturel dans une zone de l’Est de Cuba proclamée Patrimoine de l’Humanité par l’Unesco.
L’ initiative visait à restaurer la ferme La Fraternidad et d’autres plantations de café créées par les colons français ayant émigré dans cette région après la Révolution haïtienne, au XVIIIe siècle.

Créée en 2007, la Fondation française Malongo est à la tête des programmes de formation dans la culture du grain et encourage la conservation et la valorisation des patrimoines matériels et immatériels, entre autres, liés à cette activité agricole.
À ce titre elle participe très activement à ce programme de sauvegarde et de réhabilitation du patrimoine cubain dont le Musée Isabelica, présenté dans le "Carnet de voyage" publié ci-dessous.

Aujourd’hui le projet « Los Caminos del Café » est soutenu et co-financé par l’Union européenne, la Fondation Malongo et le Bureau du conservateur de la ville de Santiago de Cuba " pour contribuer au développement socioéconomique durable, sur la base du patrimoine des plantations de café et de la culture de la province de Santiago de Cuba", avec le soutien d’un tourisme responsable.
Paula Lecomte.

La chaleur, que même l’air de la route ne parvient pas à apaiser, collée à la peau, j’ai traversé des lieux d’une beauté inouïe dans la région sauvage de l’est du pays. C’est alors qu’à un tournant imprévu a surgi cette masse gigantesque dont le sommet disparaissait dans la brume. Vingt-deux kilomètres nous séparaient de Santiago et, devant moi, ... la Gran Piedra (la Grande Pierre).

Quelques minutes plus tard, je gravissais en haletant les 400 marches de cet incroyable éperon rocheux. A 1125 mètres d’altitude, le froid mordant et un vent fort m’ont obligée à m’agripper instinctivement aux rambardes de protection. Par instants, les nuages nous laissaient entrevoir un paysage impressionnant, abruptement coupé par la mer.

Je me suis alors rappelée que les habitants affirment qu’au cours des nuits claires, on peut apercevoir de cet endroit les lumières des îles de Saint-Domingue et de la Jamaïque. Et, à cet instant, je n’en ai plus douté.

Alors que j’étais plongée dans mes pensées, le tintement lointain d’une cloche a attiré mon attention... quand j’ai entamé la descente, j’ai voulu savoir si mon imagination ne m’avait pas joué un mauvais tour. J’appris alors qu’à environ deux kilomètres à l’est, au milieu de la forêt profonde, il existait encore, intact, un bâtiment colonial centenaire. Et on me dit aussi que, d’après la tradition, si quelqu’un entend le son de cette cloche, il ne peut faire autrement que de s’y rendre.

LA ISABELICA*


Un sentier raviné par le temps m’a menée à travers d’abruptes plantations de caféiers en fleur. Calebassiers, cèdres, acajous, gommiers rouges aux troncs dorés... une prodigieuse végétation où nichent des perruches bavardes, où un tocororo** vous surprend, où un zunzun*** vous émerveille. Splendide nature cubaine de cette région indomptée où la forêt, dans sa bonté, n’accepte pas de pièges.

Mais, plus loin, dans une clairière, on apercevait l’ancien séchoir à grains. Une énorme roue en bois dur et des restes du dépulpeur gisaient dans la poussière. Il n’y avait plus trace du baraquement où les esclaves payaient de leur sang leur soif de liberté. Mais il y avait encore, rouillés et oubliés, les fers, les menottes et même le trou creusé dans la terre pour mettre à plat ventre l’esclave enceinte. Un passé honteux qu’a libéré la rébellion.

En montant sur la colline, on est accompagné par le parfum des caféiers jusqu’à la grande bâtisse transformée en Musée qui suscite la curiosité des visiteurs. Les avant-toits couverts de tuiles donnent de l’ombre aux grandes portes. La cloche de bronze, bien en valeur, préside à l’entrée et, à l’intérieur, des parquets cirés font résonner les pas.

Des meubles de style français, mélange d’apparat et de simplicité, donnent à cette demeure un air aristocratique. Un piano trône dans le grand salon. Impossible d’imaginer comment il a été monté, uniquement grâce à l’entêtement mis par les mulets à le transporter par des laies de montagne jusqu’ici, comme un trophée dédié à l’art et à l’effort.

Dans un angle sont exposées les armes de l’ancien propriétaire et par une porte indiscrètement ouverte, on entre dans une chambre seigneuriale. Le lit à baldaquin, dont la tête est en en fer forgé, paraît être en dentelle.

Des miroirs ovales, des lampes en bronze et en cristal qui éclairaient autrefois avec de l’huile. Tout laisse deviner qu’une femme a embelli par sa présence cet espace perdu dans la montagne. Et c’est d’elle que nous allons parler.

Víctor Constantin. C’est ainsi que s’appelait le propriétaire de cette plantation de café du XIXè siècle, représentant du style de vie des français qui avaient abandonné Haïti après la révolution des esclaves. Un monsieur riche qui avait apporté avec lui, en plus de sa culture, ses habitudes et ses esclaves. Mais de plus, son trésor était constitué d’une part spéciale : Isabel Maria, ou la Isabelica, comme on la nommait. Une esclave, à la peau magnifiquement noire, devenue la madame de la propriété et respectée en tant que telle.

Il se promenait avec elle à travers les jardins et les champs de café pour revenir, à la fraîche, se reposer dans les fauteuils à bascule. C’est dans cet environnement bucolique des montagnes orientales que le français a vécu son histoire d’amour et rempli ses coffres d’argent. Mais personne n’a pu dire si l’esclave-maîtresse lui rendait cet amour.

C’est ainsi que sont restés, pour l’histoire, la demeure, la cloche de bronze que quelqu’un fait sonner à l’heure accoutumée, les cultures de caféiers datant de plus d’un siècle et le souvenir d’une belle femme, que même l’amour n’a pas empêchée de mourir esclave.

La Isabelica a donné son nom à la plantation et a embrasé l’imagination paysanne car beaucoup la voient, dans l’obscurité de la nuit, marcher parmi les caféiers et se balancer lentement dans les fauteuils grinçants de sa demeure.

*Ruines de plantations de café françaises, au sud de la province, et déclarée Patrimoine de l’Humanité par l’ UNESCO.
**Appelé aussi Trogon de Cuba (Priotelus temnurus) . Endémique à Cuba, il y a été déclaré oiseau national : ses couleurs rappellent celles du drapeau cubain, et il ne peut survivre en captivité. Son nom vient de son chant.(NDT)
*** Il s’agit du colibri de Cuba ou oiseau-abeille. C’est le plus petit oiseau du monde : il mesure environ 6 cm et ne pèse pas plus de 2 grammes.(NDT)


[->http://www.radiorebelde.cu/noticia/leyenda-amor-20190208/


¿Leyenda de amor ?

Agenda

<<

2019

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
25262728123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

-* Victor Hugo - Visionnaire de Paix

Cliquer ICI :
http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com/

http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com

.Tres mares, Trois Mers

http://3mers-3mares.jimdo.com/3mers-3mares/biennale-de-la-havane-2015

LE MAGAZINE

LE MAGAZINE N° 33

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=3958/

Portail CUBARTE

http://www.cubarte.cult.cu/fr

POUR EN SAVOIR PLUS SUR CUBA COOPERATION FRANCE

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=2248

Solidarité avec les Cubains : faire un don

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=4126/

Traductor

English French German Spain Italian Dutch Russian Portuguese Japanese Korean Arabic Chinese Simplified

Brèves

13 février 2016 - Les Etats-Unis et Cuba vont rétablir des vols réguliers directs

Les Etats-Unis et Cuba vont signer mardi un accord bilatéral destiné à rétablir les liaisons (...)

29 décembre 2015 - Eusebio Leal lauréat du prix Campeche Ville du Patrimoine 2015

Par Martiza Mariana Rodriguez CUBARTE 28.12.2015
Le gouverneur Alejandro Moreno Cárdenas et le (...)

18 septembre 2015 - Le grand théâtre de La Havane prend le nom d’Alicia Alonso

– Le Conseil d’Etat de la République de Cuba a décidé de donner au grand théâtre de La Havane le nom (...)

25 août 2015 - La Havane accueillera le Congrès panaméricain des professionnels de l’infirmerie

La Havane, 25 août – « La contribution de l’infirmerie à l’excellence dans les services de santé », (...)

23 août 2015 - Le Cubain Alberto Juantorena est élu vice président de l’IAAF

La Havane, 21 août – L’ex coureur cubain, Alberto Juantorena a été élu vice président de (...)