Brèves de la semaine

jeudi 21 janvier 2021
par  Philippe Mano

Consignes sanitaires pour se rendre à Cuba
Cuba maintient l’activité touristique avec des protocoles stricts d’hygiène et de sécurité, malgré les restrictions sur différents territoires du pays.
Les touristes qui désirent se rendre à Cuba doivent respecter les mesures suivantes pour l’entrée et le séjour dans le pays :
• Posséder un résultat négatif de test RT-PCR, effectué 72 heures avant le voyage, certifié par laboratoires dans les pays d’origine.
• En arrivant dans le pays, effectuer un test diagnostique de la COVID-19 RT-PCR, sans frais.
• Compter sur une police d’assurance couvrant la COVID-19 ou l’acquérir en arrivant dans le pays, à l’aéroport, pour 30 USD ou son équivalent dans une autre monnaie librement convertible.
• En arrivant à l’installation d’hébergement, le port du masque est obligatoire jusqu’à ce que le résultat du test RT-PCR soit connu.
• Si vous présentez des symptômes respiratoires, adressez-vous au personnel de santé de l’installation.
Si vous souhaitez prolonger le séjour, le touriste devra réévaluer le test RT-PCR, pour un coût de 30 USD ou son équivalent dans une autre monnaie librement convertible.
Si vous rentrez dans votre pays d’origine, vous devez effectuer un test COVID-19, vous pouvez le faire pour le coût mentionné ci-dessus dans les installations médicales ci-dessous :
La Havane :

  • Clinique Internationale Siboney.
  • Clinique internationale Camilo Cienfuegos.
  • Institut de médecine tropicale ′′ Pierre Kourí ′′ IPK.

Dans le reste du pays, dans les succursales territoriales des services médicaux cubains (SMC).
Dans le cas des touristes hébergés dans des installations hôtelières nécessitant le test RT-PCR pour le retour dans le pays d’origine, ils peuvent demander au personnel médical de l’installation où ils se trouvent, de préférence à leur arrivée à cette installation. Le paiement du test sera effectué par carte bancaire.
18 janvier 2021. Ambassade de Cuba en France.

La Havane ferme écoles, bars et restaurants.
La Havane a fermé ses écoles, bars et restaurants ce jeudi et arrêté tout transport public à 21h00 en raison d’un regain de cas de coronavirus. L’interdiction de déplacement des véhicules et personnes entre 19h00 et 05h00, annoncée dans un premier temps par les médias d’État, a finalement été retirée de la liste des mesures devant entrer en vigueur, de même que la suspension totale du transport public, dont la circulation sera toutefois restreinte aux horaires de 05h00 à 21h00. Bars et restaurants seront fermés, seules la vente à emporter et la livraison à domicile de plats étant autorisées.
Des « amendes sévères avec des montants élevés » sont prévues en cas de non-respect de ces règles ou de port incorrect du masque, a précisé le journal Tribuna de La Habana.
En 2020, les écoles de la capitale avaient fermé de mi-mars à fin octobre, celles du reste du pays rouvrant dès septembre car la pandémie y était moins présente.Cuba, un pays de 11,2 millions d’habitants qui avait réussi à contrôler l’expansion de la maladie sur son territoire, lui permettant à l’automne de redémarrer l’activité économique et de rouvrir ses frontières au tourisme, est confronté depuis plusieurs semaines à des chiffres records de contaminations. Mercredi dernier les autorités sanitaires ont annoncé 550 nouveaux cas au cours des dernières 24 heures, portant le total à 16 044 dont 158 décès.
Lors d’une réunion du Conseil de défense de la province de La Havane, il a été décidé « l’interruption jeudi des classes et du transport inter-provincial, même si est maintenu le transport de marchandises », .Durant cette réunion, « il a été souligné l’importance de laisser l’accès libre aux camions et autres moyens de fournitures de légumes, fruits, viandes et autres types d’aliments, aux marchés et points de vente de la ville », dans ce pays aux pénuries récurrentes.
Les cours sont donnés via la télévision depuis le mercredi 20 janvier, a annoncé sur Twitter la ministre de l’Éducation, Ena Elsa Velazquez.
Source : AFP

Dialogue en cours entre Cuba et l’Union européenne
Cuba et l’UE ont débattu récemment virtuellement de la confrontation mutuelle avec le COVID-19, de l’impact de l’embargo et du processus de ratification et de mise en œuvre de l’Accord sur le dialogue politique et la coopération (ADPC), un instrument qui réglemente les relations bilatérales depuis 2016.Des représentants de La Havane et du bloc communautaire basé à Bruxelles ont parlé de ces questions lors de la deuxième commission mixte, prélude au troisième Conseil conjoint Cuba-Union européenne prévu pour ce 20 janvier. Le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodríguez, et le haut représentant pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-président de la Commission européenne, Josep Borrell, président les réunions.
Lors de la réunion du mercredi 13, les deux parties ont discuté des possibilités de coopération bilatérale pour faire face à la pandémie générée par le nouveau coronavirus, et ont évoqué « positivement « les résultats obtenus dans le commerce et l’investissement. Le directeur général des affaires bilatérales du ministère des Affaires étrangères de l’île, Emilio Lozada, et le directeur exécutif pour les Amériques du Service européen pour l’action extérieure (SEAE) de l’UE, Brian Glynn, ont également souligné la nécessité de continuer à lutter contre les effets. de la loi Helms Burton, établie en 1996 et qui marque l’extraterritorialité de l’embargo économique et commercial imposé par les États-Unis à Cuba. Ils ont également évoqué le deuxième cycle de dialogues politiques et sectoriels qui s’est tenu l’année dernière, a ajouté le rapport publié sur le site Cubaminrex.
Cuba et les 27 pays de l’UE ont relancé leurs liens il y a cinq ans avec la signature de l’ADPC, provisoirement en vigueur depuis novembre 2017, et qui a marqué la fin de 20 ans de « position commune » restrictive. .L’UE est l’un des principaux partenaires commerciaux de Cuba avec un volume total de commerce qui dépasse 35 pour cent de ses opérations dans des secteurs tels que l’agriculture durable, les énergies renouvelables, la santé, la modernisation sociale et économique et le tourisme.

La Coalition agricole américaine pour Cuba plaide pour un retour aux politiques de développement bilatérales
La pétition envoyée déclare que les sanctions nuisent au peuple cubain et que leur levée peut contribuer à d’importants avantages économiques et humanitaires. La lettre propose également que les agriculteurs américains, les entreprises, les organisations privées, les ONG et les universités travaillent avec leurs homologues cubains sur les défis de l’augmentation de la productivité, de l’adaptation au changement climatique et de l’élaboration de stratégies commerciales solides.Elle met également en évidence les possibilités qui s’offrent au secteur privé cubain d’importer et d’exporter, ainsi que l’invitation offerte par l’île aux investissements étrangers dans les coopératives agricoles privées, qui représente une opportunité pour les Américains de contribuer à la croissance de ce pays. Le document exhorte également le président Biden à faire un effort pour normaliser les relations bilatérales et éliminer complètement le blocus. La Coalition agricole demande également que des mesures rapides soient prises pour rétablir la réglementation cubaine sur le contrôle des actifs (en vigueur le 20 janvier 2017) et suspendre le titre III de la loi Helms-Burton, mesures réglementaires importantes pour l’agriculture aux États-Unis. et les entreprises en général.La Coalition agricole américaine pour Cuba a été créée en janvier 2015, dans le but de promouvoir le développement du commerce agricole entre les deux pays.

Graves dommages à l’agriculture cubaine en raison du blocus des États-Unis
Lors d’une réunion internationale de l’Institut cubain d’amitié avec les peuples (ICAP), le vice-ministre de l’Agriculture, Maury Hechavarría, a assuré que l’année dernière les pertes dues au blocus dépassaient 350 millions de dollars.Les effets sur la production et les services dépassent 35 millions de dollars, notamment en raison des restrictions de carburant et des sanctions imposées aux navires qui effectuent des opérations commerciales, a-t-il déclaré. En outre, il a signalé qu’au cours de la même période, l’Agriculrura avait enregistré plus de 19 millions de dollars de pertes en raison de la persécution financière contre l’île. Pour Hechavarría, la politique hostile de Washington constitue le principal obstacle au développement de ce secteur à Cuba, qui est affecté par l’impossibilité d’accéder au marché et aux technologies des États-Unis. La spécialiste du ministère des Affaires étrangères des Caraïbes, Gabriela González, a évoqué les difficultés juridiques d’interagir avec le marché américain Le fonctionnaire a rappelé que même si depuis 2000 il y a la possibilité d’importer des intrants agricoles et des médicaments, cela se matérialise dans la pratique avec une très petite liste de produits.Ces transactions doivent être effectuées avec un paiement en espèces et à l’avance, via des banques d’un pays tiers, ce qui constitue un processus difficile pour Cuba car il s’agit de montants très élevés, sans accès à des conditions ni à des crédits, a t’elle déclaré.

Rappel : l’héritage honteux de Donald Trump contre Cuba
La mise en œuvre de tous les instruments pervers de la loi Helms-Burton a été l’outil utilisé pendant ces terribles 1461 jours par Trump, au cours desquels il a inversé, ou plus convenablement, réduit la politique de rapprochement inaugurée par Barack. Obama quand, le 17 décembre 2014, avec le général d’armée Raúl Castro, ils avaient annoncé le rétablissement des relations diplomatiques, et en deux ans il y a eu certaines réalisations d’avantages mutuels, en faveur d’un meilleur voisinage.
l’intensification du blocus et l’activité publicitaire de mensonges visaient à ruiner l’industrie du tourisme, en arrêtant le collaboration et coopération médicale cubaine, fermeture des envois de fonds familiaux, paralysie des investissements de tiers, financement et commerce mondial avec et depuis l’île. Le 16 juin 2017, à Miami, il a signé le soi-disant mémorandum présidentiel de sécurité nationale sur le renforcement de la politique des États-Unis à l’égard de Cuba. Il a limité les voyages des citoyens américains dans le pays des Caraïbes et a également interdit les transactions économiques, commerciales et financières entre les entreprises américaines et cubaines liées aux forces armées révolutionnaires et aux services de renseignement et de sécurité. L’interdiction des navires de croisière à se rendre dans les ports cubains a été l’une des premières mesures restrictives. Ils ont réaffirmé les amendes exorbitantes infligées aux entreprises qui violaient le blocus - une pratique renforcée par Obama - et ils ont repris strictement l’interdiction de l’utilisation du dollar dans les transactions internationales de Cuba.
En novembre 2017, Trump avait complètement changé la politique de voyage des Américains dans la nation des Caraïbes, qui, avec l’assouplissement des règles du blocus de l’administration précédente, autorisait 12 catégories d’activités spécifiques, bien que le tourisme soit toujours interdit. En conséquence, les compagnies aériennes ont commencé à stopper leurs vols vers les aéroports antillais, qui avaient redémarré le 31 août 2016, après 55 ans d’isolement. Plus tard vinrent d’autres proscriptions. Le 10 décembre 2019, l’administration Trump a mis fin au pont aérien établi il y a trois ans entre les États-Unis et plusieurs provinces cubaines, en suspendant les vols réguliers vers ces destinations à l’exception de La Havane.
En plus d’être un coup de grâce contre les liens familiaux et l’industrie du tourisme d’État, l’impact sur les petites entreprises privées (transports, palais connus, maisons de location, artisans et bien d’autres entreprises) directement ou indirectement lié au tourisme.
En instaurant des sanctions contre le secteur pétrolier vénézuélien, Trump a également établi une mesure pour priver Cuba de carburant avec l’intention de donner un coup de grâce au milieu de la terrible 2020, qui, avec la décision de réimposer la limite de dix pour cent en composants américains pour les produits que l’île peut importer, touchent de nombreux secteurs de développement.

Ha’Bici : La magie du déplacement sur deux roues
Depuis deux ans, les habitants de La Havane disposent d’une alternative saine et écologique pour se déplacer dans la ville. Ha’Bici est un projet conjoint du Bureau de l’historien, des travailleurs indépendants de Vélo Cuba et de la Direction générale des transports de la province.
L’initiative a débuté dans le cadre du 500eanniversaire de la fondation de la Villa de San Cristóbal , devenant ainsi le premier système de vélos publics. Ce projet de mobilité cycliste privilégie l’utilisation du vélo comme moyen de transport public alternatif, moins polluant que l’automobile et assez efficace dans le contexte de la ville. Ils ont commencé avec 60 vélos donnés par le Pays Basque et sa société Tecnalia dans 5 stations réparties sur différents points de la Vieille Havane. À ce jour, 299 vélos ont été acquis grâce aux efforts du Bureau de l’historien et de la Direction de la collaboration internationale et sont installés à 8 stations, où les vélos peuvent être pris et laissés pour une utilisation dans toute la ville, sans restriction de mouvement.


Commentaires

Agenda

<<

2021

 

<<

Février

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

-* Victor Hugo - Visionnaire de Paix

Cliquer ICI :
http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com/

http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com

.Tres mares, Trois Mers

http://3mers-3mares.jimdo.com/3mers-3mares/biennale-de-la-havane-2015

CIENFUEGOS 200

Cliquer ICI :
https://cienfuegos-200ans-2019.jimdofree.com/

hhttps://cienfuegos-200ans-2019.jimdofree.com

LE MAGAZINE

LE MAGAZINE N° 35

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=4531/

Portail CUBARTE

http://www.cubarte.cult.cu/fr

POUR EN SAVOIR PLUS SUR CUBA COOPERATION FRANCE

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=2248

Solidarité avec les Cubains : faire un don

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=4126/

Traductor

English French German Spain Italian Dutch Russian Portuguese Japanese Korean Arabic Chinese Simplified

Brèves

20 mars 2016 - RFI - Spéciale CUBA - V.Fernandez - mardi 22 mars entre 8H10 et 8H30

Victor Fernandez sera sur notre antenne le mardi 22 mars en direct entre 8H10 et 8H30 dans le (...)

6 février 2013 - {{{Bordeaux : le perchiste Romain Mesnil au secours du cirque Gruss

Les Cuba Boys ont brisé leur barre. Le champion de saut sauve leur numéro en leur cédant six (...)

23 novembre 2012 - Ouragan Sandy : aide d’urgence de la France de 70 000 Euros à Cuba

A la suite du passage de l’ouragan Sandy sur les Caraïbes, qui a causé de très importants dégâts (...)

5 novembre 2012 - FAMILLE SOLIDAIRE

Albi. « Barquito de papel », un élan solidaire et « un bon petit colis » pour des écoles à Cuba
AIDE (...)

22 octobre 2012 - 110e anniversaire des relations diplomatiques Cuba / France

A l’occasion du 110e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre Cuba et la (...)