Le réalisme magique de la peinture de Vicente Hernandez

mardi 26 janvier 2021
par  Philippe Mano, Toni Pinera

Cet artiste cubain ne nous est pas inconnu. L’ami Toni Pinera me l’avait présenté et amené à son atelier. Une œuvre étonnante, très attractive. L’une de ses toiles, La Cita, faisait partie de notre exposition 3 Mers 3 Mares. Toni Pinera, grand critique d’art, lui a consacré un livre voici deux ans, et plus récemment un article sur Cubarte, que nous reproduisons. Philippe Mano.

TONI PIÑERA->[http://cubarte.cult.cu/periodico-cubarte/vicente-hernandez-latitudes-reales-y-mentales/] | Journal Cubarte | 03 novembre 2020. Photos : Gabriel Hernández.

 

Vicente Hernandez dans son atelier. Photo Gabriel Hernandez.

 

Les pièces de l’artiste Vicente Hernández (1) captent immédiatement le regard et les sens, d’une manière vertigineuse. C’est un aimant qui attire, une voix qui nous crie dessus, un champ qui nous invite à pénétrer ses latitudes, et à sonder les toiles de toutes sortes de pièces qui jouent avec la mémoire, l’intelligence et beaucoup d’idées. Celles qui s’accumulent entre formes / couleurs, ainsi qu’une ligne, qui dans ses créations ne devient jamais complètement rectiligne ... Une des raisons pour lesquelles ses toiles nous plongent également dans l’univers de l’harmonie. Eh bien, cette certaine circularité qu’il imprime toujours (depuis le début) dans son travail, lui a donné une immense originalité, ainsi que la recherche constante de l’équilibre de l’esprit imprégné dans les œuvres.

Le travail du créateur - diplômé de l’Institut Supérieur Pédagogique « Enrique José Varona » à La Havane (1994), en tant que Diplômé en Arts Plastiques avec un diplôme d’Or -, explore le caractère frontalier du Temps, et pénètre dans la richesse métaphorique de ses membranes, ceux qui peuvent séparer l’intérieur de l’extérieur, et qui séparent un univers d’un autre comme son avers / opposé.

Tout s’intègre dans votre monde. Eh bien, cette sensation de vivre sur une planète, dans un ’globe rond’ qui flotte dans l’espace, nous la fait ressentir dans chaque création (plongée dans des lignes courbes) qui surgit de ses mains habiles. Mais pas seulement physiquement, mais intérieurement, car l’immensité de la surface sur laquelle elle se déplace (terre, mer et ciel) est telle qu’elle peut tout toucher ... C’est, en un mot, cette sensation de voir avec les yeux d’un Dieu qui depuis en haut observe le mouvement de chacun de nous tous. Bien qu’il y ait quelque chose qui le révèle terrestre, terrestre et cubain : l’amour pour sa terre natale : Batabanó. Ce petit port oublié du sud de La Havane, baigné par les Caraïbes, est le centre de la Terre, du monde et de ses œuvres. Là, lui et ses peintures sont nés. Autant les éléments s’accumulent sur la toile, et les lieux connus (Paris, La Havane, New York,

Souvenirs dans le temps

Pour « visiter » ses créations, il faut s’armer de toutes les munitions possibles, puis pouvoir conquérir même ses rêves les plus chers, ceux qui aussi errent à travers les histoires tissées d’huile, et même « connaissent » les langues les plus dissemblables à comprendre / atteindre. autant de mots / faits / situations que possible ... qui sont agités dans cette immense mer picturale où de nombreux concepts tels que le temps, les cyclones, le monde, la vie, le ciel (comme l’immensité), Batabanó ... et bien d’autres sont mélangés .

Parmi tant de sensations qui accablent le spectateur, il y en a une qui se démarque, c’est qu’en regardant ses toiles on sait que le temps s’est arrêté là, un processus qui ne suit pas le rythme de la contemporanéité, tellement agité qu’il est toujours en mouvement. C’est comme si ’apparemment !’ fait référence au créateur, car derrière tout tourne, tremble… Il suffit de voir le vent qui afflue sur les toiles, enveloppé dans ces gammes de couleurs si personnelles qu’il l’identifie toujours. Des tons froids et chauds qui se complètent et sortent du centre du ’demi-cercle’, et cet air, de tempête, qui lui rappelle toujours ces cyclones qui battent constamment les rives sans défense du port de Surgidero de Batabanó, et ne le quitte jamais . Précisément, pour ne pas oublier, il peint et construit à partir de ses toiles - qui seront un jour le Patrimoine de cette ville, aujourd’hui presque fantomatique - les souvenirs de ce qui était. C’est votre (vrai) Macondo. Tout cela nuancé dans des tons qui viennent du surréalisme, du conceptualisme et, ces derniers temps même avec des dimensions hyperréalistes ajoutées à ce contexte, sans oublier le réalisme magique de ces terres ! Avec un travail magistral, il présente avec ses traits un récit complexe / baroque dans une synthèse qui nous oblige à imaginer le non représenté ou, au contraire, à représenter l’inimaginable. Et il nous confronte à l’indéchiffrable, au caché - ce qui est parfois évident - ; il mélange pour construire ses histoires plastiques, des langages variés et une manière de peindre qui joue même avec la gravité, mettant de nombreux éléments en tension. Il propose également un équilibre entre la civilisation contemporaine et les autres, ancestrale à notre culture et au-delà. Quel architecte,

Une pièce de l’artiste est un terreau fertile où s’accumulent des histoires, des faits et des réalités de partout dans le monde, mais portant toujours l’empreinte de la cubanité et de la plénitude (avec licence inventive). Car, comme il le commente lui-même, « la Havane que je peux peindre la nuit selon mes yeux, tous les détails et les maisons de Batabanó vers la capitale sont centrés dans le dessin de ses rues ». C’est que leur monde est dans l’autre. Son travail est très documentaire. Il traverse l’espace apportant au présent, au passé, car le créateur parmi ses sentiments les plus désirés veut attraper le Temps (instrument soumis entre ses mains / œuvre), Cuba et, surtout, Batabanó, dans son travail artistique, et en lui-même. , le passé à reconstruire, et ne pas oublier. ’Mes navires, a affirmé le créateur, ne sont pas faits pour voyager, mais pour partir. Et ils sont sous la protection de cette petite arche qui les contiendra, qui parfois devient une barge, un avion, un bateau, un ballon, un sous-marin, voire un morceau de maison. S’il y a un piano, une machine à écrire…, il y a des éléments universels qui servent à construire, dans ce Moyen Âge où nous vivons en quelque sorte, un coffre qui nous invite à garder le meilleur qui nous reste pour les générations futures ».

Les villes blanches inondent votre espace aujourd’hui

La série la plus récente du créateur, intitulée White Cities, est à la vue de tous dans la galerie ’Le royaume de ce monde’, de la Bibliothèque nationale José Martí, sur la Plaza de la Revolución, qui a été inaugurée en saluant la Journée de la culture Cubana et le 119e anniversaire de l’institution hôte.

Treize pièces de grand format (technique mixte / toile) suffisent à réunir dans une pièce, des villes importantes du monde qui brillent au pinceau et au couteau à palette - plein de couleurs - de l’auteur, qui vient aussi en visiteur, main dans la main de quelque chose qu’il ne pourra jamais quitter, ni dans sa vie ni dans sa peinture : le petit port de Batabanó. Ici, il se transforme en personnage / voyageur, et traverse les cieux pour ’respirer’ dans ces lieux du monde connu, et établir une relation psychologique, ou dialogue entre la merveilleuse réalité d’une petite ville, avec la vraie photo de ce genre de ’ carte postale du voyageur, que l’intelligence / talent de Vicente transforme en Art. Habillée d’un esprit surréaliste - étant blanche - elle est impressionnée par les horizons qui façonnent les « silhouettes » qui dessinent la scène où son personnage / peuple apparaît, chargé de légendes, histoires, traditions. Cela donne l’impression qu’ils sont venus visiter et y sont restés.

Le surréalisme, le merveilleux réel, le réalisme magique ... si chéris par lui dans ses créations, ils partagent, dans cette série, l’espace avec le photoréalisme - parce qu’il est conscient qu’il n’est pas hyperréaliste -, il aime plutôt les présenter comme des « cartes postales touristiques » que le visiteur garde pour lui-même.

Salamanque, New York, Barcelone, Madrid, Istanbul, Paris, Miami, Rome, Venise, Sydney, Amsterdam…, s’accumulent-elles dans cette exposition qu’il baptise comme villes blanches ? Puisqu’ils ont à voir avec la lumière, le jour ... - référant l’artiste. Les villes blanches sont connues pour le reflet du soleil sur leurs murs. Mais c’est aussi un prétexte pour amener le surréel dans l’immensité de la surface artistique, où Batabanó apparaît de la manière la plus inédite et la plus réelle, ’voyageant’ dans des artefacts inventés, des moyens de transport, des navires ... Avec une finition magistrale, il donne un récit avec ses traits complexe / baroque. Cependant, La Havane, la première à recevoir ... Batabanó ne fait pas partie de l’échantillon, car elle fait partie d’une exposition itinérante en Espagne. Pour l’artiste, c’est comme une énigme ¿ ? C’est la première ville qui m’a accueilli en tant que visiteur et a fait de moi son fils adoptif, dit-il. Et maintenant, le monde, avec l’esprit cosmopolite du voyageur, ne se contente pas de laisser son empreinte sur un lieu. Je suis le fils d’émigrants, de ceux qui ont traversé les mers, et qui s’aventurent maintenant dans les cieux du monde aussi, en quelque sorte, dans ces villes blanches qui animent aujourd’hui les peintures les plus actuelles du célèbre créateur cubain.

 

La Cita

 

Remarque :

(1) Vicente Hernández, Batabanó, La Havane 1971. Peintre, sculpteur, graveur et dessinateur. Ses thèmes, allégoriques à ses racines, ont été interprétés à travers le tamis du surréalisme baroque, qui en littérature est appelé réalisme magique et réalisme merveilleux. Il a participé à près d’une centaine de foires d’art internationales en Amérique et en Europe. Il a réalisé 15 expositions personnelles et une centaine d’expositions collectives à travers le monde.

Il a participé aux ventes aux enchères d’art latino-américaines de Sotheby’s, Christie’s et Phillips, à New York. Son travail est présenté dans des livres, des magazines, des journaux et des catalogues d’art. Il a participé et développé des projets communautaires et urbains. Il a donné des conférences et des conférences dans des universités de son pays et des États-Unis. Ses pièces se retrouvent dans d’importantes collections privées aux États-Unis, au Mexique, au Maroc, en France, au Pérou, en France, en Espagne, en Italie, au Japon, en République dominicaine, entre autres, et dans des musées aux États-Unis, à Cuba et au Brésil.


Agenda

<<

2021

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

-* Victor Hugo - Visionnaire de Paix

Cliquer ICI :
http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com/

http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com

.Tres mares, Trois Mers

http://3mers-3mares.jimdo.com/3mers-3mares/biennale-de-la-havane-2015

CIENFUEGOS 200

Cliquer ICI :
https://cienfuegos-200ans-2019.jimdofree.com/

hhttps://cienfuegos-200ans-2019.jimdofree.com

LE MAGAZINE

LE MAGAZINE N° 35

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=4531/

Portail CUBARTE

http://www.cubarte.cult.cu/fr

POUR EN SAVOIR PLUS SUR CUBA COOPERATION FRANCE

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=2248

Solidarité avec les Cubains : faire un don

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=4126/

Traductor

English French German Spain Italian Dutch Russian Portuguese Japanese Korean Arabic Chinese Simplified

Brèves

22 juillet 2015 - Le parlement cubain ouvre ses comptes sur Twitter et Facebook

– L’Assemblée nationale du Pouvoir Populaire cubain (Parlement) a lancé ses pages officielles sur (...)

21 juillet 2015 - Francis Ford Coppola est à Cuba

Francis Ford CoppolaLa Havane, 17 jullet – Le célèbre réalisateur, producteur et scénariste (...)

20 juin 2015 - Une exposition photo de Mariline Dubois sur les abeilles mélipones de Cuba

Par Mariette et Alain Benoit à la Guillaume CUBARTE 14.06.2015
Á l’occasion du lancement de la (...)

19 juin 2015 - La 15e édition du Colloque International Ernest Hemingway

Par Maritza Mariana Hernández CUBARTE 19.06.2015
La 15e édition du Colloque International (...)

19 avril 2015 - La puissance des livres...

Chronique de Jacques Lanctôt publiée par le journal canadien CANOE
Deux grands hommes sont (...)