Le travail de soins : une bataille pour l’égalité entre les sexes et la justice sociale.

mardi 27 avril 2021
par  Traduit par Emile TURLAN

Par Suilán Rodríguez Trasancos.
Publié dans Cubaenresumen le 03 mars 2021
tiré de La Jiribilla

Le vieillissement de la population est en augmentation dans le monde entier et, par conséquent, le travail de soins aussi. Cependant, ce travail continue d’être rendu invisible et dévalorisé dans de nombreuses régions malgré les luttes et les recherches qui sont menées à son sujet, ainsi que le traitement inapproprié de ceux qui l’effectuent, principalement des femmes.

Il s’agit là d’un autre des grands problèmes qui perdurent au cours de l’histoire, cette fois en rapport à la question des soins : l’inégalité des rôles et des rémunérations en fonction du sexe. Ce scénario cruel a été aggravé par l’arrivée de la pandémie de COVID-19 en 2020. La plupart des soignantes et des employées de maison se sont retrouvées sans emploi, sans ressources et sans sécurité sociale, complètement désemparées face à une situation épidémiologique sans précédent. L’appel des gouvernements exhortait à se conformer à la nécessité de s’isoler et de rester chez soi, afin que la maladie puisse être contrôlée. Cela a rempli les foyers de peur et d’incertitude et a changé la vie des femmes de ménage et des soignantes de façon terrible et radicale. Un grand pourcentage des personnes qui effectuent ce type de travail sont des travailleuses non déclarées, ce qui est caractéristique des pays les moins développés ou densément peuplés et des capitales de toute la région.

Les femmes immigrées, souvent originaires des pays d’Amérique latine et des Caraïbes ou des zones rurales de leur propre pays, sont contraintes de quitter leur propre famille à la recherche de moyens de subsistance et se retrouvent dans une situation défavorable et inattendue. Les travailleuses domestiques qui nettoient et s’occupent des enfants et des personnes âgées, dont la plupart n’ont pas de contrat officiel, méritent une attention particulière. En Amérique latine et dans les Caraïbes, près de 10% des femmes employées sont des travailleuses domestiques. Leurs droits salariaux, dans la plupart des pays de la région, ne sont pas protégés efficacement. L’apparition du virus Sars-COV-2 a transformé la vie de tout le monde, à première vue sans distinction de couleur de peau, de sexe ou d’âge.

Les gens ont été contraints de s’enfermer chez eux et les employés de maison et les soignants, pour la plupart, ont dû quitter leur emploi. Dans certains cas, parce que les familles ont cessé de recevoir un salaire, elles ne pouvaient plus payer le service et sont devenues des soignants au sein de la famille ; et dans d’autres, par crainte de la contagion de personnes extérieures qui, en interagissant avec le monde extérieur sans soins appropriés, pourraient être la source de transmission du virus. Cette situation a donc accru la nécessité d’un travail de soins non rémunéré au sein du noyau familial, ce qui a conduit les femmes actives à avoir des horaires doubles, voire triples, brouillant les marges entre le repos et les tâches ménagères, ainsi qu’entre celles-ci et le télétravail ou le télépendulaire.

Ce qui est le plus douloureux et répété dans de nombreuses familles, c’est la non reconnaissance du travail domestique et le fait que la plupart des femmes sont obligées de le faire, car ce sont des tâches qui ne s’arrêtent pas et qui sont considérées comme leur « appartenant » fondamentalement. Après le premier impact de COVID-19 et le développement d’une nouvelle réalité sur la planète, les études se sont approfondies et les conséquences que la situation existante peut entraîner pour des familles et des populations entières sont passées en revue. Des spécialistes de différentes disciplines, directement ou indirectement liés à la situation familiale, alertent et dénoncent les irrégularités, que ce soit dans les horaires de travail, lors des services de soins ou au service de la famille, non rémunérés et avec d’autres séquelles. Une longue période s’est écoulée dans une situation extraordinaire, la perception du risque par les populations monte et descend et en fonction de cela, elles réclament ou rejettent les emplois contractuels au sein du foyer. La pandémie a eu des conséquences dévastatrices sur un grand nombre de professions mais les travailleurs domestiques et les aides-soignants ont été les plus durement touchés. Comme ils constituent sans aucun doute le moyen de subsistance de nombreux immigrés en raison de leur forte demande, ils ont été accueillis là où c’était possible.

Le coronavirus s’est rapidement répandu dans le monde entier et l’Amérique latine et les Caraïbes ne font pas exception. Les possibilités d’accès aux systèmes de santé et leur qualité, les systèmes de protection, les conditions de travail et la charge des soins, entre autres, augmentent le niveau d’exposition à la contamination et les limites pour se protéger. La situation épidémiologique que nous connaissons a mis en évidence et réaffirmé les inégalités, les discriminations et les violations auxquelles les femmes sont exposées depuis des temps immémoriaux, en particulier les travailleuses domestiques et, parmi elles les immigrées.

Permettez-moi de citer quelques exemples. Le New York Times en espagnol du 24 septembre 2020 a rapporté un cas qui illustre ce qui précède : à la mi-août, lorsqu’un couple de clients réguliers, un couple de professeurs de l’université de Pennsylvanie et leurs enfants, lui a demandé de venir nettoyer leur maison, elle a accepté avec plaisir. Personne n’était là quand elle est arrivée, ce qui semblait une sage précaution, étant donné les directives de distanciation sociale. Ce qui lui a paru étrange, ce sont les trois bouteilles de Lysol sur la table de la salle à manger. Elle avait une routine dans chaque maison et elle n’avait jamais utilisé de désinfectant. Del Carmen a commencé à frotter, à laver les vêtements et à repasser. Après quelques heures, elle est sortie pour jeter les ordures. Une voisine l’a vue et a crié : « Maria, que fais-tu ici ? » Les enseignants et leurs enfants, selon la voisine, avaient contracté le coronavirus. « J’étais terrifiée », se souvient Del Carmen. « J’ai commencé à pleurer. Puis je suis rentrée chez moi, j’ai enlevé tous mes vêtements, pris un bain, me suis mise au lit et pendant toute la nuit et le jour suivant, j’ai attendu le coronavirus. Il y a beaucoup de gens qui ne veulent pas désinfecter leur propre maison, alors ils appellent une femme de ménage », a-t-elle déclaré (2).

Le même sort a été réservé à de nombreuses autres femmes aidantes. Deux cas tirés du blog Factor Trabajo, datant d’août 2020, nous le montrent. La vie de Camila, enseignante dans une école au Mexique, a profondément changé ces derniers mois. À la suite de la pandémie, elle a dû adapter ses habitudes pour pouvoir continuer à travailler virtuellement tout en s’occupant de ses enfants et des tâches ménagères après le décès de son mari des suites du coronavirus. Luz, une Péruvienne au Chili, a également dû jongler. Ayant émigré pour chercher de meilleures conditions de vie pour les trois filles qu’elle a laissées au Pérou, elle vient de perdre son emploi et ne parvient pas à trouver de nouvelles opportunités pour continuer à générer des revenus (3).

La situation d’informalité, malgré tout, est pratique pour les familles employeuses, puisque le service est moins cher pour elles et en même temps elles se sentent moins engagées et sans grandes pressions, une question dont beaucoup de gouvernements profitent aussi pour se désengager. En raison de cette même situation, les travailleurs domestiques ou de soins ont été contraints dès le départ de se retirer sans salaire garanti ni droit à la protection du travail.

Les exemples d’égoïsme, de mauvais traitements et d’injustice sont nombreux, c’est pourquoi ce problème doit faire l’objet d’une attention particulière dans les études et recherches actuelles sur le marché du travail. Cette réalité se répète dans les pays de notre région de la même manière que dans les pays développés. Il est important de demander aux gouvernements et aux administrations de prendre des mesures et d’élargir un fonds pour verser un revenu minimum temporaire aux nouveaux chômeurs face aux mesures liées au coronavirus et de permettre aux familles de protéger les travailleurs domestiques, en maintenant leur salaire pendant la durée de cette situation et leur droit aux congés payés s’ils contractaient la maladie.

L’appel de l’Organisation Internationale du Travail ne s’est pas fait attendre, compte tenu de la situation critique. Le Directeur général a déclaré : « La pandémie de COVID-19 a mis en évidence le rôle essentiel de ceux dont le travail héroïque brille dans cette crise sanitaire. Des personnes qui sont souvent invisibles, sous-estimées, voire ignorées. Les hommes et les femmes qui travaillent dans les secteurs de la santé et des soins, du nettoyage et des caisses de supermarché ; les aidants non rémunérés au sein de la famille et de la communauté (dont beaucoup sont des femmes), souvent des travailleurs migrants et trop souvent parmi les travailleurs pauvres et fragiles » (4). Il est urgent de comprendre que le plus important et l’axe de la stratégie sont les personnes, la réparation des injustices, la création de conditions respectables pour mener à bien chaque tâche à tout moment. Des soins de qualité vont de pair avec de telles conditions. Les travailleurs domestiques et de soins doivent avoir droit à une protection comme tout autre travailleur.

Les soignants, la grande majorité en Amérique latine, ont exprimé leur volonté de s’occuper de tout le monde, que ce soit à domicile ou dans les hôpitaux et de le faire bien, mais la réponse à leur égard n’a pas été la meilleure et ils continuent d’être méconnus et de ne pas faire partie des groupes prioritaires pour la vaccination. Les femmes cubaines font également face au nouveau scénario avec des forces et des faiblesses. Parmi nous, il existe une même variété de situations, depuis les aidants professionnels, c’est-à-dire les travailleurs de l’État dans le domaine de la santé et de l’éducation, que ce soit dans les hôpitaux, les maisons de retraite ou les cercles d’enfants ; ceux qui sont indépendants en tant qu’activité légalement établie et ceux qui effectuent ce même travail sur le marché informel, avec des problèmes moins connus.

Selon l’Annuaire statistique 2018, dans le secteur de la santé de l’île, les femmes représentent 68,8 % de l’ensemble du personnel de santé et d’assistance sociale et aujourd’hui, selon l’agence de presse IPS datée de mars 2020, elles constituent plus de la moitié des brigades médicales qui fournissent des services dans d’autres pays touchés par le coronavirus. Un nombre important de femmes sont des dirigeantes dans de nombreux centres, occupent des postes à haute responsabilité, sont médecins ou infirmières et leur vie est partagée entre les soins familiaux et les soins aux autres car ce sont les femmes qui assument la plus grande responsabilité des soins aux enfants ou aux parents dépendants dans leur foyer.

Bien que de nombreux efforts soient déployés à Cuba pour mettre fin à la division sexuelle du travail et valoriser le rôle de la femme en tant que pilier de la famille dans de nombreux foyers, et bien que les campagnes de reconnaissance et d’encouragement se multiplient de même que les lois permettant une plus grande participation des hommes aux soins et autres activités domestiques, il s’agit d’un problème qui n’est pas encore totalement résolu et qui pèse également sur notre société et sur la santé et le développement des femmes cubaines, bien qu’elles soient protégées en cas de maladie comme tout autre travailleur.

Nous manquons d’informations statistiques suffisantes sur les soins familiaux dans le voisinage et dans le cadre du marché informel. Il s’agit d’un autre problème qu’il faut résoudre pour changer la situation et faire en sorte que les soins professionnels soient plus nombreux, avec une formation spécialisée et un soutien institutionnel et que tous ceux qui en ont besoin en soient informés. La période de pandémie a amené le monde à repenser de nombreuses questions. Celle-ci, non pour avoir été reconnue, étudiée et présente dans les luttes actuelles, a réussi à atteindre une bonne fin. Il n’existe pas de juste équilibre entre les responsabilités productives et reproductives, car les femmes et les hommes pourraient continuer à travailler sur le marché du travail dans les mêmes conditions, sans que les femmes soient les plus touchées par la répartition inégale du travail à la maison. Il est impératif de progresser dans la reconnaissance des soins et du travail reproductif comme un droit. Récemment, lors de la clôture du XIIe Forum ministériel pour le développement en Amérique latine et dans les Caraïbes 2021, Alicia Bárcena, secrétaire exécutive de la Commission Economique pour l’Amérique Latine et les Caraïbes (CEPALC), a déclaré que « cette organisation régionale a proposé cinq actions prioritaires, dont l’extension du revenu de base d’urgence, la promotion de systèmes de soins incluant les femmes et un panier de biens numériques de base ». Une fois de plus, l’institution voit la nécessité de défendre les femmes et le système de soins. Il est également très important que les politiques et les mesures mises en œuvre par les gouvernements soient appliquées de manière égale dans tous les territoires.

L’ensemble du système de soins de la région doit être repensé et modifié. En raison de ses implications sociales, c’est le devoir de chacun.


https://www.cubaenresumen.org/2021/...

Commentaires

Agenda

<<

2021

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

-* Victor Hugo - Visionnaire de Paix

Cliquer ICI :
http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com/

http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com

.Tres mares, Trois Mers

http://3mers-3mares.jimdo.com/3mers-3mares/biennale-de-la-havane-2015

CIENFUEGOS 200

Cliquer ICI :
https://cienfuegos-200ans-2019.jimdofree.com/

hhttps://cienfuegos-200ans-2019.jimdofree.com

LE MAGAZINE

LE MAGAZINE N° 37

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=5217/

Portail CUBARTE

http://www.cubarte.cult.cu/fr

POUR EN SAVOIR PLUS SUR CUBA COOPERATION FRANCE

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=2248

Solidarité avec les Cubains : faire un don

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=4126/

Traductor

English French German Spain Italian Dutch Russian Portuguese Japanese Korean Arabic Chinese Simplified

Brèves

13 février 2016 - Les Etats-Unis et Cuba vont rétablir des vols réguliers directs

Les Etats-Unis et Cuba vont signer mardi un accord bilatéral destiné à rétablir les liaisons (...)

29 décembre 2015 - Eusebio Leal lauréat du prix Campeche Ville du Patrimoine 2015

Par Martiza Mariana Rodriguez CUBARTE 28.12.2015
Le gouverneur Alejandro Moreno Cárdenas et le (...)

18 septembre 2015 - Le grand théâtre de La Havane prend le nom d’Alicia Alonso

– Le Conseil d’Etat de la République de Cuba a décidé de donner au grand théâtre de La Havane le nom (...)

25 août 2015 - La Havane accueillera le Congrès panaméricain des professionnels de l’infirmerie

La Havane, 25 août – « La contribution de l’infirmerie à l’excellence dans les services de santé », (...)

23 août 2015 - Le Cubain Alberto Juantorena est élu vice président de l’IAAF

La Havane, 21 août – L’ex coureur cubain, Alberto Juantorena a été élu vice président de (...)