Livres et culture à Cuba. Entretien de Santiago Alba avec Iroel Sánchez

mardi 1er juin 2021
par  Traduit par Gonzalo Dorado

IVe PARTIE

Santiago ALBA : Passons à des aspects plus concrets. Dans cette Espagne où, pour défendre la Constitution, il faut - semble-t-il - fermer des journaux, interdire des partis et torturer des détenus, Alfonso Sastre - que vous définissez à juste titre comme « le plus grand dramaturge vivant de langue espagnole » - ne peut pas jouer ses pièces ni diffuser ses articles et celui qui veut lire sa contribution monumentale à la culture doit se rendre dans une petite maison d’édition domestique de Hondarribia maintenue grâce au sacrifice héroïque et désintéressé d’Eva Forest. D’autre part, l’Espagne, à peine derrière Miami, est le centre de propagande anticastriste le plus actif du monde, comme en témoignent la Fondation hispano-cubaine, choyée par le PP, et la revue Encuentro, financée par la Fondation Ford et la NED. Comment cela affecte-t-il les relations culturelles entre l’État espagnol et Cuba ? Quel rôle joue le Centre culturel espagnol de La Havane, si souvent lié au soutien des soi-disant « dissidents » ? Quelle a été la représentation - officielle ou non - de l’État espagnol au récent Salon du livre ?

Iroel SANCHEZ : Je détaillerai, dans la description que vous faites, que la NED (National Endowment for Democracy) est, comme cela a été révélé à plusieurs reprises même par le New York Times, un écran de la CIA, créé par Reagan via Oliver North, lorsque la sale guerre en Amérique centrale, et que Bush a récemment parlé à son siège pour attribuer de « nouvelles missions » au Moyen-Orient ( !), et en outre, que ce n’est pas par hasard a été trouvé leur argent aussi derrière les putschistes vénézuéliens.

Les relations culturelles entre l’État espagnol et Cuba ont été menacées par l’alliance du gouvernement de José María Aznar, qui finance par ailleurs la revue Encuentro, avec l’« axe du bien » Washington-Miami. Ainsi, le soutien a été retiré au festival « La Huella de España », présidé par Alicia Alonso, ou des visas ont été refusés à des dizaines d’artistes et d’intellectuels cubains pour participer à des événements culturels, pour ne citer que deux exemples. Mais endommager ces relations n’est pas si facile, il y a la magnifique communication que nous avons avec les régions autonomes, les institutions et de nombreux intellectuels espagnols, et d’autre part les liens historiques qui ne peuvent jamais être ignorés. Ainsi, dans tous les événements culturels tels que le festival de théâtre, le festival de cinéma, la biennale d’arts plastiques et le salon du livre, il y a eu une présence notable d’artistes et d’œuvres d’Espagne, même si elle n’a jamais été officielle, mais elle a été de grande qualité. L’hommage rendu à Alfonso Sastre lors du festival de théâtre de la Havane a été un grand moment de cette relation.

Malheureusement, le Centre culturel d’Espagne a peu contribué à cette relation ; le nombre d’artistes et d’intellectuels espagnols qu’il a fait venir à Cuba est insignifiant par rapport à ceux qui ont voyagé à Cuba à l’invitation d’institutions cubaines pendant la même période. Il semble que leurs missions étaient différentes, ce qui est devenu évident à la fin de l’année dernière lorsque son directeur, après s’être rendu à Miami et avoir rencontré le gratin de la faune anticubaine, a été surpris à l’aéroport de Miami avec 10 000 dollars destinés aux employés de la CIA à La Havane. Les inspecteurs du département du Trésor américain ont eu la maladresse d’entamer avec elle les nouvelles réglementations de Bush contre les voyageurs à destination de Cuba. Bien entendu, la presse espagnole n’a pas pris note de cette nouvelle inhabituelle et tragicomique.

Dans notre Salon du livre, les éditeurs espagnols occupaient plus de 250 mètres carrés et il y avait une délégation très importante de 29 éditeurs et intellectuels, parmi lesquels je soulignerais Constantino Bértolo, Andrés Sorel, Eva Forest, Belén Gopegui et Carlo Frabetti, qui ont participé à des panels, donné des conférences, présenté leurs livres publiés par des éditeurs cubains et sont intervenus dans d’importants programmes de radio et de télévision. En outre, une excellente exposition consacrée à Rafael Alberti a été présentée par la Junta de Andalucía, ainsi que des éditions cubaines de classiques tels que la poésie de Miguel Hernández et d’Antonio Machado, présentées par les lauréats du prix national de littérature Pablo Armando Fernández et Roberto Fernández Retamar.

Santiago ALBA : En juin dernier, tout en fermant les yeux sur l’internement de mineurs dans le camp de concentration de Guantánamo, en gardant le silence sur les bombardements de civils et l’assassinat de journalistes à Bagdad et en légitimant l’occupation criminelle de l’Irak par les États-Unis en soutenant la résolution 1511, l’Union européenne a imposé des « sanctions politiques » à Cuba pour protester contre la « répression » exercée contre les « dissidents » sur l’île. Ces « sanctions politiques », que vous avez qualifiées de véritable « blocus culturel », se sont matérialisées, par exemple, par le boycott par le gouvernement allemand du 13e Salon du livre cubain, dont vous êtes le président du comité d’organisation et qui vient de se tenir à La Havane. C’est précisément l’Allemagne qui était le pays invité à cette édition, qui a consacré un hommage à la culture et à la littérature allemandes. Plus de 100 libraires et éditeurs dissidents de ce pays, contre la position de leur gouvernement, ont participé à la Foire. Dans quelle mesure pensez-vous qu’elle a permis de briser le blocus culturel et de renforcer les relations de Cuba avec le reste du monde au niveau international ?

Iroel SANCHEZ : À la clôture de la foire, un intellectuel allemand a ironisé en paraphrasant Brecht et a déclaré qu’après le boycott de la foire du livre de La Havane, il faudrait écrire la « Dialectique de la maladresse », car grâce à la décision du gouvernement allemand, le succès et la diffusion de l’événement ont été plus grands que jamais. C’est tout à fait vrai, la tentative d’endommager la Foire a conduit à une plus grande participation d’intellectuels et d’éditeurs de ce pays que celle initialement prévue, elle a également permis à la Foire d’être mieux connue et de se faire connaître au niveau international. L’impact a même été tel que l’Union européenne a tenté de se démentir, affirmant qu’un tel boycott n’existait pas, ce qui montre bien à quel point sa position était indéfendable et maladroite. Au salon, des éditions cubaines de leurs propres livres ont été présentées par des personnalités telles qu’Alice Walker, Erick Toussaint, Atilio Borón, Pablo González Casanova et Luis Britto García, en plus des Espagnols que j’ai déjà mentionnés. Si l’on ajoute à cela les personnalités culturelles qui se sont rendues à Cuba ces derniers mois, comme Costa Gavras, Augusto Roa Bastos, Noam Chomsky, Ernesto Cardenal, Gabriel García Márquez, Robert Redford ou Danny Glover, ainsi que les jurys internationaux du festival de cinéma et du concours littéraire Casa de las Americas, on se rend compte que la tentative de blocus culturel a été un échec retentissant.


https://lapupilainsomne.wordpress.c...

Commentaires

Agenda

<<

2021

 

<<

Juin

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
2829301234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

-* Victor Hugo - Visionnaire de Paix

Cliquer ICI :
http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com/

http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com

.Tres mares, Trois Mers

http://3mers-3mares.jimdo.com/3mers-3mares/biennale-de-la-havane-2015

CIENFUEGOS 200

Cliquer ICI :
https://cienfuegos-200ans-2019.jimdofree.com/

hhttps://cienfuegos-200ans-2019.jimdofree.com

LE MAGAZINE

LE MAGAZINE N° 37

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=5217/

Portail CUBARTE

http://www.cubarte.cult.cu/fr

POUR EN SAVOIR PLUS SUR CUBA COOPERATION FRANCE

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=2248

Solidarité avec les Cubains : faire un don

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=4126/

Traductor

English French German Spain Italian Dutch Russian Portuguese Japanese Korean Arabic Chinese Simplified

Brèves

22 juillet 2015 - Le parlement cubain ouvre ses comptes sur Twitter et Facebook

– L’Assemblée nationale du Pouvoir Populaire cubain (Parlement) a lancé ses pages officielles sur (...)

21 juillet 2015 - Francis Ford Coppola est à Cuba

Francis Ford CoppolaLa Havane, 17 jullet – Le célèbre réalisateur, producteur et scénariste (...)

20 juin 2015 - Une exposition photo de Mariline Dubois sur les abeilles mélipones de Cuba

Par Mariette et Alain Benoit à la Guillaume CUBARTE 14.06.2015
Á l’occasion du lancement de la (...)

19 juin 2015 - La 15e édition du Colloque International Ernest Hemingway

Par Maritza Mariana Hernández CUBARTE 19.06.2015
La 15e édition du Colloque International (...)

19 avril 2015 - La puissance des livres...

Chronique de Jacques Lanctôt publiée par le journal canadien CANOE
Deux grands hommes sont (...)