Quel tourisme pour quel pays ? (1)

vendredi 21 mai 2021
par  Traduit par Roger Grévoul

Repéré par Philippe Mano, nous publions cet échange, très long, sur le tourisme, sujet d’importance stratégique, qui a rassemblé plusieurs responsables de différents secteurs de l’activité économique cubaine, avec parmi eux Yociel Morrero, que nous avons le plaisir de côtoyer depuis de nombreuses années, d’abord comme directeur du Grand Parc Métropolitain et aujourd’hui comme le directeur de la fondation Antonio Nunez Jimenez.
Ceci est la première partie de l’échange, suivie par trois autres tout aussi intéressante.
Et certains pensent et disent qu’il n’y a pas de débat contradictoire à Cuba ... Lisez plutôt.
RG
_

ANTONIOAZ MEDINA YOCIEL MARREROEZ PATRICIA RAMOS HERNÁNDEZ TANIA GARCÍA LORENZO RAFAEL HERNÁNDEZ | 05 mai 2021

Version complète du panel Último Jueves, via WhatsApp, le 25 mars 2021.

Participants  :

Antonio Diaz Medina est professeur à la faculté de tourisme de l’Université de La Havane. Ancien employé de l’agence Havanatur, il a travaillé dans le tourisme pendant 20 ans et 20 autres en tant que diplomate. Il collabore régulièrement à la revue Temas.

Tania García Lorenzo est titulaire d’un baccalauréat en économie et d’un doctorat en sciences économiques de l’Université de La Havane. Elle est spécialiste des dimensions économiques de la culture et des relations économiques internationales, ainsi que professeure invitée au Centro Nacional de Superación Cultural du ministère de la Culture. Membre de la Société économique des amis du pays, du Département d’études caribéennes de l’Université de La Havane et de l’Union des écrivains et artistes cubains (UNEAC).

Yociel Marrero Baez. Ingénieur en environnement, directeur du programme Économie et consommation responsable de la Fondation Antonio Nuñez Jiménez de la nature et de l’homme. Aujourd’hui, il s’efforce d’appliquer les concepts de gestion d’entreprise socio-environnementale responsable au développement d’une ’nouvelle économie’ à Cuba.

Patricia Ramos Hernández. Économiste et professeur d’université, cofondateur de Knocking on Cuba, une entreprise composée de jeunes professionnels qui, jusqu’à la création de COVID-19, se sont consacrés à la gestion d’itinéraires, de services de transport, d’expériences et de visites pour l’industrie touristique.

Modérateur :

Rafael Hernández

Rafael Hernández  : Bienvenue ! Il s’agit du dixième panel que nous avons réalisé à distance depuis 2020 à ce jour afin de maintenir la continuité d’Último Jueves, même si nous ne pouvons pas nous réunir dans notre lieu habituel au centre Fresa y Chocolate. Celui-ci est dédié à un sujet qui, dans une large mesure, a pris une importance stratégique particulière ; depuis le début des années 1990, avec le début de la période spéciale, le tourisme est devenu une sorte de bouée de sauvetage inattendue, un atout basé sur la disponibilité des plages, du soleil et des capitaux étrangers intéressés à investir, en particulier dans le développement du secteur extérieur.

Avec la crise qui a eu lieu à cette époque, en particulier à la fin des années 1990, dans l’industrie sucrière, le tourisme est devenu ce que les économistes appellent l’axe de l’accumulation de capital. Ainsi, lorsque ce changement a eu lieu, il est devenu l’aimant de l’investissement dans la construction, le transport, l’infrastructure, les communications, etc., d’abord concentré dans les enclaves et les zones vierges, comme le sont généralement les clés et les plages de certaines provinces.

Par la suite, cependant, le tourisme est devenu une partie de plus en plus structurelle de la stratégie économique, non pas en tant qu’atout d’urgence, mais comme nous définissons aujourd’hui comme la force motrice de l’économie cubaine.

L’objectif de ce panel est d’analyser ce que le tourisme signifie pour le développement économique et social de Cuba, ses avantages et ses inconvénients, son influence sur la société et la culture cubaines, ainsi que son impact sur les autres sphères de la vie nationale et ses problèmes et alternatives. Un panel de quatre spécialistes se joindra à nous pour discuter de ce sujet. Nous les remercions beaucoup d’avoir accepté d’être ici.

Il s’agit d’Antonio Díaz Medina, professeur à la Faculté de tourisme qui possède une longue carrière professionnelle et une vaste expérience pratique du tourisme à Cuba et dans le monde entier. Tony a fréquemment collaboré à la revue Temas sur ce sujet. Tania García Lorenzo, membre de notre conseil consultatif, est une économiste, probablement l’une des personnes qui maîtrise le mieux les problèmes de l’économie dans sa dimension culturelle, en plus d’autres domaines. Je la remercie de nous avoir aidés à avoir ce panel. Yociel Marrero, chercheur à la Fondation Antonio Núñez Jiménez pour la nature et l’homme, est un ingénieur en environnement qui a été avec nous lors de précédents panels Último Jueves. Enfin, Patricia Ramos Hernández, qui nous rejoint pour la première fois. Elle est économiste et professeure d’université, mais nous l’avons invitée principalement en raison de son expérience en tant qu’entrepreneure à la tête de l’agence Knocking on Cuba, qui a prouvé que le secteur non étatique peut proposer des initiatives au profit du tourisme.

Nous avons également invité des voyagistes étrangers, qui n’ont malheureusement pas pu y assister, et des personnes au sein du gouvernement qui travaillent dans les domaines de la culture et du tourisme et, pour des raisons indépendantes de leur volonté, n’ont pas pu se joindre à nous. Nous sommes très heureux d’avoir ce panel, qui rassemble des perspectives et des expériences très différentes, et nous espérons que vous en tirerez le meilleur parti.

Les questions que nous avons soumises au groupe d’experts ont trait aux principaux problèmes touristiques et à leur relation avec la société et le pays. Nous sommes sûrs que vous serez en mesure de les traiter très bien.

1. Quel est le modèle prédominant du tourisme, celui qui prévaut et dans quels pays ? Est-ce différent de ceux du bassin des Caraïbes ? Quelles sont ses caractéristiques ? A-t-il des caractéristiques distinctives propres à Cuba ?

Antonio Diaz Medina : D’un point de vue économique, nous pouvons définir notre tourisme comme un oligopole, ce qui est discutable si seulement deux acteurs y participent : le ministère du Tourisme (MINTUR), dont le rôle est de moins en moins important, et Gaviota, qui occupe une position dominante parce qu’il est le seul à investir et à croître depuis 2004. Le secteur privé est minoritaire et concentré dans l’hébergement et la restauration.

Du point de vue du produit proposé, c’est un modèle réceptif, où ’soleil et plage’ prédomine en tant que modalité, le tourisme urbain ayant de moins en moins de poids relatif malgré son grand potentiel, largement inexploité ou même conçu comme tel. Je pense que c’est parce que Cuba souffre encore de préjugés ’pseudo-idéologiques’, atténués par nécessité, qui ont réprimé le tourisme international jusqu’à la fin des années 1980, puis la crise des années 1990 en a fait notre première source de devises étrangères.

Pour la même raison, les destinations ensoleillées et balnéaires, à l’exception de Varadero Beach et d’autres, restent isolées de la population environnante, les affaiblissant en coupant le complément que les Cubains peuvent, devraient et veulent leur donner.

Il est différent de ceux des Caraïbes à cet égard, amélioré depuis 2008, lorsque l’interdiction a été levée afin que les Cubains puissent visiter les destinations en clés et réserver des hôtels payables en pesos cubains convertibles (CUC). L’autre grande différence est l’absence du principal marché de notre région, les États-Unis, qui, d’une part, stimule l’arrivée de Canadiens comme aucune autre destination dans les Caraïbes et, d’autre part, nous prive de 50 % du revenu potentiel.

Le tourisme solaire et de plage est plus sûr que dans le reste des Caraïbes, mais il n’a toujours pas le lien avec notre société, avec le peuple cubain et sa culture. Ces raisons, et d’autres à établir, en ont fait le moins cher, celui avec le revenu par visiteur le plus faible de la région, à savoir 30 % inférieur. Malgré son charme, qu’aucune mesure administrative ne peut éventuellement diminuer, le tourisme urbain souffre toujours du manque d’offres plus variées et créatives et de plus de choix en termes de fournisseurs.

Tania García  : Merci de m’avoir invité à participer à cette réunion virtuelle. Ce panel se concentre sur l’avenir parce que le tourisme a subi une transformation à mesure que les sociétés et les économies ont changé. Cela a été le cas tout au long de l’histoire. [Le tourisme] a subi de graves pertes en période de déclin et s’est avéré avoir une grande capacité de récupération. La question nous amène également à penser à un monde sans pandémies ; se demander quand cela sera possible fait partie de l’optimisme.

La pandémie a introduit ou accéléré des changements importants dans toutes les sphères de la vie dans la société, et aura donc un impact sur l’avenir que nous voulons atteindre et sur les processus sociaux qui s’y développeront. Les sociétés qui sortiront de cette pandémie ne seront pas les mêmes, pas plus que les motivations, les incertitudes, les craintes et les précautions ne seront pas identiques ou similaires. La méfiance à l’égard de la consommation à distance déplace la demande vers les zones de loisirs voisines. Maintenant, la question de savoir quel modèle de tourisme [encourager] part d’un concept polysémique. Il n’existe pas de définition ’universellement acceptée’ des biens et services qui composent le tourisme, a déclaré Miguel Figueras. À mon humble avis, à Cuba et dans de nombreux pays des Caraïbes, le type ’soleil et plage’ a prévalu, non seulement en raison de ses résultats, mais aussi en raison de ce que je remarque dans les intentions des décideurs politiques, qui n’ont pas réussi à faire une transition complète vers un tourisme basé sur des incitations diversifiées et des divertissements variés. En termes mondiaux, le tourisme culturel, sanitaire, naturel et événementiel sont encore naissants. En raison de son étendue et de son expansion, il est passé d’élitiste à une forme de tourisme de masse. Dans les Caraïbes, il est plus facile de remarquer la transition d’un tourisme de loisirs à un tourisme de recherche et d’enrichissement culturels, malgré l’existence de nombreux ’non-lieux’, ou lieux sans identité.

Yociel Marrero  : Il est bien connu que le modèle de tourisme dominant à Cuba est ’le soleil et la plage’ dans les installations exploitées sur une base tout compris. Ce modèle est pratiqué dans le monde entier depuis de nombreuses années, mais ses racines les plus profondes se trouvent dans les principaux centres touristiques des Caraïbes, bien qu’au cours de la dernière décennie, sa mise en œuvre ait commencé à ralentir un peu. Les principaux centres se trouvent toujours dans la région de Punta Cana en République dominicaine et de Cancun et Acapulco au Mexique, en plus des centres touristiques cubains. De nombreux autres États insulaires des Caraïbes ont déjà commencé à s’éloigner de ce modèle, principalement parce qu’il implique un niveau élevé de consommation de ressources naturelles (principalement de l’eau et de l’énergie) et une grande quantité de déchets. Il apporte également une faible marge bénéficiaire aux pays d’accueil et, par conséquent, contribue peu au développement socioéconomique de leurs communautés. Dans le cas de Cuba, cette situation est encore aggravée parce qu’elle dépend fortement de l’importation de la plupart des ressources nécessaires au secteur du tourisme.

Patricia Ramos  : Tout d’abord, je tiens à remercier les coordonnateurs du panel de m’avoir invité à partager mon expérience en tant qu’entrepreneur dans le secteur du tourisme. Je suis Patricia, cofondatrice de Knocking on Cuba, une entreprise qui rassemble (ou habituée, à proprement parler et compte tenu de la pause involontaire que COVID-19 a imposée) un groupe de jeunes professionnels, pour la plupart économistes. Nous avons commencé dans le domaine de la gestion de l’hébergement, mais ensuite, à mesure que nous grandissions en équipe et que nous nous consolidions, nous avons intégré presque tous les services complémentaires : organisation d’itinéraires, transport, expériences ou visites, etc. Je dois préciser que je n’ai pas abordé ce sujet sur le plan académique ; par conséquent, je partage principalement avec vous ma perception en tant qu’entrepreneur.

Je crois que, depuis l’aube de ce secteur dans les années 1990, un vaste modèle de développement a prévalu à Cuba, basé sur l’accès généralisé, l’intégration des centres touristiques et l’expansion des capacités. Par conséquent, la variable clé sur laquelle les campagnes télévisées se sont appuyées a été le nombre de visiteurs étrangers plutôt que d’autres associés à des indicateurs tels que le revenu par jour touristique, la rentabilité ou le coût par peso gagné, ou la composante nationale des coûts du secteur (pour suivre les liens du secteur avec l’industrie nationale).

Ce modèle typique des pays sous-développés repose sur l’avantage offert par leurs ressources naturelles, en l’occurrence le soleil et la plage. Par conséquent, le secteur a tardé à se répandre dans d’autres domaines, car les visiteurs passent généralement peu et séjournent la plupart du temps dans des installations qui garantissent des services tout compris.

Un élément qui caractérise ce modèle à Cuba est la prépondérance du secteur public. Lorsqu’elle a décollé dans les années 1990, l’industrie du tourisme a fait place à un secteur privé naissant autorisé à louer des espaces, des restaurants ouverts, etc., mais elle a atteint en quelque sorte un plateau en termes de nombre de personnes autorisées à le faire sur la base du travail indépendant en raison d’une politique de non-expansion du secteur économique non étatique. Ce n’est qu’en 2010 que nous avons vu un certain stimulant pour le secteur privé, lorsqu’il a été autorisé à embaucher de la main-d’œuvre et a commencé à fournir beaucoup plus de services à l’industrie du tourisme, qui a bénéficié d’un coup de pouce supplémentaire significatif à compter du 17 décembre 2014 à la déclaration des présidents Obama et Raul.

2. Quelles ont été les principales réalisations du tourisme en tant que politique économique ? Quels sont ses coûts ?

Antonio Díaz : Sa principale réalisation est qu’il a redémarré et développé. Le fait qu’elle soit devenue pendant plusieurs années la principale source de devises étrangères n’est pas le résultat, mais simplement la conséquence de la détérioration du reste des secteurs de l’économie depuis 1990, temporairement compensée par des services de santé exportés, qui ne parviennent plus à surpasser le tourisme en termes de revenus. L’industrie du tourisme a créé plus de cent mille emplois directs et des centaines de milliers d’emplois indirects, mais [n’exploitant] même pas 50 % du potentiel de Cuba en tant que destination. C’était ’une locomotive avec très peu de voitures’.

Cependant, ce n’est pas entièrement la responsabilité du tourisme ; la cause principale réside dans les politiques économiques appliquées dans le pays que la plupart des économistes cubains ont analysées et critiquées. Le Parti et l’État l’ont reconnu il y a dix ans et ont décidé de redresser la situation en concevant des changements qui ont été pratiquement gelés jusqu’à aujourd’hui, lorsqu’ils semblent enfin être en cours.

Certains économistes cubains critiquent, sans fondement à mon avis, que le modèle touristique cubain est mal conçu parce qu’il dépend des voyagistes et nous empêche de prendre une plus grande valeur ajoutée des produits que nous offrons. Cependant, ces spécialistes ne semblent pas connaître les tenants et aboutissants de cette entreprise, en particulier pour une destination ensoleillée et balnéaire avec un peu de tourisme urbain au cœur des Caraïbes. Une telle dépendance à l’égard des voyagistes a été essentielle ; en fait, Cuba a qualifié les premières au début des années 1990, lorsque Havanatur a établi des entreprises de ce type dans plus de dix grandes sources de visiteurs entrants au Canada, en Europe et en Amérique latine.

Les coûts écologiques n’ont pas été importants dans les environnements non humains, c’est-à-dire le reste des espèces biologiques et leur habitat, mais ils l’ont été en termes sociaux. D’abord, avec des effets très négatifs en refusant le principal produit touristique du pays au marché intérieur, aux Cubains, pendant près de vingt ans, jusqu’à ce que le tort soit inversé en 2008. Jetez le coup d’œil au fait qu’il y a encore des limites pour l’entrepreneuriat coopératif et privé pour révolutionner l’offre touristique cubaine dans un lien intelligent et fructueux avec l’État. Cela vaut aussi bien pour les destinations ensoleillées et balnéaires - qui doivent être élargies pour intégrer l’ensemble de la population locale - et pour les villes - où elles ont consolidé une position très précieuse dans le secteur de l’hébergement et de la restauration - ainsi que dans d’autres domaines, tels que la campagne, où elle est à peine présente à Viñales et à Trinité.

Tania García : En tant que secteur économique, le tourisme est d’une pertinence incontestable. Ses vertus sont indéniables parce qu’il est activement présent dans les quatre fondamentaux économiques. À savoir, il génère de l’économie pour le PIB (une étude a indiqué qu’à un moment donné, à Cuba, il représentait 7 %) ; il génère de l’emploi ; il influence la balance des paiements et ses entreprises contribuent au budget du pays. Néanmoins, nous devons en exiger davantage, car cela nécessite un niveau d’investissement très élevé, tant dans l’hôtellerie que dans d’autres secteurs économiques connexes. En tant qu’activité économique, le tourisme est multisectoriel. Cela pourrait être un véritable moteur pour l’économie si les consommables provenaient principalement de l’économie nationale, avec la qualité requise, bien sûr. Si l’économie nationale ne répond pas à ces besoins, elle devient fortement dépendante du marché extérieur, non seulement en termes de clients entrants, mais aussi des ressources dont son fonctionnement complet nécessite. En d’autres termes, l’efficacité de la politique économique dans ce secteur dépend de sa capacité à traîner le reste des secteurs de l’économie nationale.

Il est vrai que ce secteur peut fournir des liquidités à l’économie nationale en raison de la rapidité de sa rotation des capitaux, mais seulement dans la mesure où il peut compter sur un système financier efficace qui n’aura pas d’arriérés. Sans statistiques publiques qui nous permettent d’évaluer l’efficacité du tourisme en termes de revenu net, il est inconfortable de donner un aperçu, mais deux éléments me semblent pertinents. 1) Quel est le niveau des coûts irrécupérables du tourisme (ceux engagés dans le passé et non encore recouvrés) ? et 2) quel est le niveau de risque que ses investissements peuvent supporter ? Ces deux éléments sont importants parce que l’investissement étranger direct joue un rôle majeur dans l’industrie du tourisme dans l’ensemble des Caraïbes et il semble que Cuba ne fasse pas exception. De même, le tourisme a une présence importante dans le portefeuille d’entreprises cubaines. Cela nous fait penser que l’utilisation des capacités et leur performance devraient être un élément fondamental de toute étude de faisabilité.

Patricia Ramos : La principale réalisation réside dans l’effet multiplicateur qui s’est dépergé du tourisme vers le reste des secteurs économiques au plus fort de la crise des années 1990. Le tourisme est devenu un secteur pivot, générant des liens avec l’agriculture, la construction, les services d’entretien, le transport et l’industrie manufacturière, entre autres, ce qui en a fait un moteur économique. C’était un secteur d’extraction de wagons. Ainsi, pendant de nombreuses années, les revenus associés au tourisme ont été la première source de revenus d’exportation de Cuba, jusqu’en 2005, date à laquelle l’exportation de services professionnels (principalement médicaux) a repris cette position.

Maintenant, je crois que la critique fondamentale dans un sens général réside dans l’accent dominant et soutenu mis sur ce secteur. Le pays a besoin de produire des biens, de la richesse matérielle, et il n’y aura pas de changement structurel dans le pays sans un changement dans le modèle de spécialisation productive. Cuba a un secteur industriel et manufacturier qui a besoin d’attention. Par conséquent, l’extrême attention accordée à ce secteur a créé une vulnérabilité de plusieurs décennies en nous faisant ressembler à un pays monoproduit, avec les risques liés à la mise de tous les œufs dans un panier. Nous avons beaucoup d’expérience à cet égard.

Il y a d’autres éléments qui peuvent être considérés comme des coûts et qui ont plus à voir avec le modèle suivi par le secteur à l’interne. Je pourrais mentionner trois aspects ici :

a) Premièrement, l’accent mis sur le produit solaire et de plage et sa prolifération grâce à la variante ’tout compris’. Cette modalité s’est avérée limitée pour la transition vers un modèle intensif et ses coûts pour une gestion environnementale responsable.

b) Deuxièmement, l’offre limitée d’add-ons hôteliers (j’ouvre ici des parenthèses : en 2016, le lancement par la plate-forme Airbnb du produit ’Experiences’ a été une démonstration convaincante d’un potentiel créatif endormi en attente d’une chance, non pas de se réveiller, mais de sauter du lit. L’offre extra-hôtelière du secteur privé qui est sortie de cette opportunité a ouvert une porte que nous ne devrions pas fermer. À un moment donné, le marché cubain a même réussi à avoir plus de cinq cents expériences officiellement actives. Expériences par opposition aux visites traditionnelles. C’était un produit nouveau et personnalisé avec un spectre allant des tentatives d’enseigner la complexité des marchés à la pêche responsable à la digue Malecón, en passant par la culture afro, la nourriture traditionnelle, la communauté maçonnique, la photographie, les expériences de danse, les tatouages, les visites à vélo, les visites de familles paysannes... la liste est infinie.

c) Ce dernier point m’amène au troisième élément, qui a trait au fait qu’il n’y a pas de conception intégrée de l’offre touristique. Le phénomène continue de souffrir d’une approche dichotomique, comme si la concurrence était entre l’État et le secteur privé, au lieu d’entre Cuba et d’autres destinations similaires. Ce n’est pas penser comme un pays. L’instabilité du cadre réglementaire pour le fonctionnement du secteur privé en est la preuve.

Un exemple est la résolution qui, à l’été 2017, a interrompu pour une durée indéterminée (il s’est avéré être pour une période de plus d’un an) l’octroi de 27 types de licences, dont certaines directement ou indirectement liées au tourisme, telles que la location de chambres et de maisons, la gestion de l’hébergement, les services de restauration et de boissons, et d’autres dans le cadre desquels certains services ont été mis à disposition (expériences, par exemple). C’était irresponsable et même irrespectueux. Elle a provoqué une pause inattendue qui a retardé la reprise des investissements en cours, démembré et interrompu les projets et, surtout - là où se trouve le coût fondamental - elle a sapé la confiance de la population, car elle a prouvé l’instabilité du cadre réglementaire sur lequel reposent les décisions d’investissement prises par le secteur privé à Cuba. Je me demande ce qu’il adviendrait du tissu commercial de l’État si chaque fois qu’un fonctionnaire corrompu était détecté dans une entreprise, nous décidions de fermer l’entreprise. Ce n’est pas rationnel.

Enfin, il est surprenant de voir dans la soi-disant ’liste négative’ des activités indépendantes récemment publiée - même s’il s’agissait d’une mesure attendue, et bien accueillie pour le changement de concept - l’interdiction, par exemple, d’organiser certaines activités touristiques. Dans la pratique, il s’agit d’un obstacle au travail indépendant, car il protège les parts de marché des agences actuellement engagées dans ces activités.


Agenda

<<

2021

 

<<

Juin

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
2829301234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

-* Victor Hugo - Visionnaire de Paix

Cliquer ICI :
http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com/

http://victor-hugo-cuba-2019.jimdo.com

.Tres mares, Trois Mers

http://3mers-3mares.jimdo.com/3mers-3mares/biennale-de-la-havane-2015

CIENFUEGOS 200

Cliquer ICI :
https://cienfuegos-200ans-2019.jimdofree.com/

hhttps://cienfuegos-200ans-2019.jimdofree.com

LE MAGAZINE

LE MAGAZINE N° 37

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=5217/

Portail CUBARTE

http://www.cubarte.cult.cu/fr

POUR EN SAVOIR PLUS SUR CUBA COOPERATION FRANCE

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=2248

Solidarité avec les Cubains : faire un don

http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=4126/

Traductor

English French German Spain Italian Dutch Russian Portuguese Japanese Korean Arabic Chinese Simplified

Brèves

13 février 2016 - Les Etats-Unis et Cuba vont rétablir des vols réguliers directs

Les Etats-Unis et Cuba vont signer mardi un accord bilatéral destiné à rétablir les liaisons (...)

29 décembre 2015 - Eusebio Leal lauréat du prix Campeche Ville du Patrimoine 2015

Par Martiza Mariana Rodriguez CUBARTE 28.12.2015
Le gouverneur Alejandro Moreno Cárdenas et le (...)

18 septembre 2015 - Le grand théâtre de La Havane prend le nom d’Alicia Alonso

– Le Conseil d’Etat de la République de Cuba a décidé de donner au grand théâtre de La Havane le nom (...)

25 août 2015 - La Havane accueillera le Congrès panaméricain des professionnels de l’infirmerie

La Havane, 25 août – « La contribution de l’infirmerie à l’excellence dans les services de santé », (...)

23 août 2015 - Le Cubain Alberto Juantorena est élu vice président de l’IAAF

La Havane, 21 août – L’ex coureur cubain, Alberto Juantorena a été élu vice président de (...)