Brèves

Semaine 20

Cuba a déjà payé la quasi-totalité de ses obligations financières auprès de l’ONU , malgré le grave impact du COVID-19 sur les revenus du pays et le blocus économique, commercial et financier imposé par les États-Unis, a informé le représentant permanent de l’île devant l’organisation, Pedro Luis Pedroso. Lors d’une réunion de la Cinquième Commission de l’Assemblée générale au titre du point 143 de l’ordre du jour : « Amélioration de la situation financière de l’Organisation des Nations Unies « , Pedroso a souligné que les paiements effectués par Cuba pour honorer ses dettes envers l’ONU avaient été effectués avec un niveau élevé de sacrifice . De même, il a rappelé que le pays qui figure en tête de toutes les listes en tant que principal débiteur reste les États-Unis. La récente volonté exprimée par la délégation américaine d’honorer ses dettes auprès de l’ONU est le premier pas sur une longue route, a-t-il ajouté Aujourd’hui plus que jamais, a souligné l’ambassadeur cubain, un multilatéralisme renforcé est nécessaire , l’ONU étant en première ligne pour surmonter la pandémie et les autres crises précédentes, dues à la faim, à la pauvreté, aux inégalités et au sous-développement
Source Cubadebate

Vu de Cuba

L’agriculture cubaine a enregistré des pertes de plus de 330 millions de dollars en 2020
Le ministère de l’Agriculture (Minag) a mis en cause le durcissement des sanctions économiques des États-Unis et la pandémie. Ces dommages s’ajoutent à ceux déjà existants en raison de l’impact de l’embargo financier et commercial qui rend impossible l’introduction du charbon de bois, du café, du tabac et du miel cubains sur le marché américain, a mentionné Moraima Céspedes, représentant de Minag, lors d’une conférence de presse. Dans le cas du groupe de commerce du tabac « Tabacuba », les dommages à ce stade étaient d’environ 180 millions de dollars, a déclaré, pour sa part, la directrice commerciale de cette société, Yohana Pereira, qui a également regretté les limitations pour acquérir des fournitures à cause de l’embargo..Cuba importe plus de 80% de la nourriture qu’elle consomme, ce qui représente une dépense annuelle de 2 000 millions de dollars, selon les données officielles. Plus de la moitié de la production agricole du pays est entre les mains du secteur non étatique qui possède 66% des terres cultivées, a récemment indiqué l’économiste cubain Omar Everleny. En avril, le gouvernement a approuvé 63 mesures pour « stimuler la production alimentaire », une priorité en ce moment à Cuba, où les prix élevés des denrées alimentaires et leur accès difficile sont une source de mécontentement populaire depuis de nombreuses années. Cela ouvre la possibilité aux paysans de vendre leurs surplus de viande de bœuf, de lait et de produits dérivés à condition qu’ils respectent le quota établi avec l’État, et élimine les obstacles à la production et à la commercialisation. La réorganisation du secteur agricole pour augmenter la production alimentaire, une question qualifiée de « sécurité nationale », fait partie des réformes économiques promues en 2011 par l’ancien président cubain Raúl Castro. (Source On Cuba)

Le Journal officiel publie des résolutions qui complètent le cadre juridique du développement local à Cuba
Le Journal officiel publie les règlements de la Banque centrale et des ministères de l’Économie et de la Planification et des Finances et des Prix qui complètent le cadre juridique du développement local à Cuba. L’an dernier, le pays a approuvé une politique avec cet objectif, basée sur le leadership des gouvernements municipaux et provinciaux pour élaborer et gérer des stratégies de développement territorial.

Cuba et les vents d’une tempête démographique
La baisse de la fécondité, l’augmentation de l’espérance de vie à la naissance et les migrations placent aujourd’hui Cuba au milieu d’une « tempête démographique « et obligent le gouvernement à réfléchir à des alternatives pour contrecarrer ses effets. Le fait que, depuis 1979, chaque année le taux de fécondité (nombre moyen d’enfants par femme) soit loin de dépasser les 2,1 nécessaires pour un remplacement adéquat, déclenche l’alarme, car cela signifie qu’une pyramide n’est pas garantie de population stable. Un article du Centre d’études démographiques de l’Université de La Havane (Cedem) a examiné les éléments déterminants de l’indicateur les niveaux élevés de scolarisation et d’intégration des femmes, ainsi que les difficultés économiques et l’accès limité au logement. Les chiffres du premier trimestre 2020 peignent de sombres perspectives pour Cuba, indiquant, pour la première fois, une diminution naturelle du nombre de ses habitants. Comme l’explique Marino Murillo, chef de la Commission permanente pour la mise en œuvre et le développement des lignes directrices du Parti communiste de Cuba et de la Révolution, il y a eu au cours de cette période 23 666 naissances et 27 269 décès, une tendance qui devrait se poursuivre.En fait, comme Murillo lui-même l’a rapporté plus tard, l’année dernière, 105 000 enfants sont nés et 111 000 personnes sont décédées.Cela signifie que « la population cubaine, qui diminue depuis des années, ne se reproduit pas biologiquement, car il y a plus de morts que ceux qui sont nés « a-t-il prévenu.Selon l’expert, cette situation était attendue à partir de 2024.
Selon les données officielles, lors du dernier recensement, en 2012, 18,3% des Cubains avaient 60 ans ou plus ; en 2020, il est passé désormais à 21,3 ; D’ici 2025, ce groupe devrait atteindre plus de 25%, ce qui ferait de Cuba l’un des plus anciens pays d’Amérique latine. Face au phénomène, l’île a mis en place des politiques pour renforcer les soins dans les crèches, les maisons de retraite, les maisons des grands-parents et le couple infertile, ainsi que conçu un programme d’allocation des foyers aux mères de trois enfants ou plus de moins de 17 ans. De 2019 à aujourd’hui, 5 735 femmes ont bénéficié de cette initiative pour stimuler la natalité, soit avec de l’immobilier, soit des ressources pour la construction, l’agrandissement ou la rénovation de bâtiments ;
Selon les données du Cedem, depuis 1959, plus de 1,5 million de Cubains ont émigré et les projections font état de mouvements annuels de ce type de 40 à 44 000 personnes.

Une "saison cyclonique intense" attend Cuba, selon les prévisions
Une saison cyclonique intense attend Cuba pour le mois de juin, selon l’Institut cubain de météorologie (Insmet). Selon les informations présentées par le chercheur adjoint de l’Insmet Climate Centre, l’île a une forte probabilité d’être touchée par au moins un cyclone tropical cette saison.Ces fortes probabilités que Cuba soit frappé par un cyclone tropical sont placées par Insmet à 85%.Cependant, il précise que les probabilités d’un ouragan avec des vitesses supérieures à 118 kilomètres à l’heure sont « modérées », à 45%. Il a également expliqué que les Cubains peuvent s’attendre à une plus grande quantité de pluies dans tout le pays à partir du 20 mai.

Mois de la Culture Française
Du 18 au 31 Mai se tient la 5ème édition du Mai de la France à Cuba , à distance en télévision en raison de la situation sanitaire mais avec un riche programme : danse, cirque, théâtre,opéra, concerts de musique , films et documentaires.

Con tumbao, Orquesta Failde, sorti en mai 2020
Le troisième album du groupe cubain est un véritable livre d’histoire de la musique cubaine. Il nous transporte dans l’univers du « danzón », du « cha cha cha », du « bolero », de la « guaracha » et de la « timba ». Le groupe a été créé en 2012 à Mantanzas par Ethiel Failde. Ethiel Failde est l’arrière-arrière-petit-fils de Miguel Failde, musicien cubain qui a créé le « danzón ». De nos jours, le « danzón » est un genre musical qui n’attire plus le public cubain. C’est dans ce contexte que, Orquesta Failde se lance le défi de maintenir en vie les styles traditionnels cubains oubliés. Ce travail a commencé à porter ces fruits puisque que le groupe a été nominé aux Grammy Latino de 2021 Source Espaces Latinos

Vu de France et du Monde

Précisions de Jean Mendelson, ancien ambassadeur de France à Cuba et historien, suite à un brève de la semaine dernière
« Concernant la montre de Napoléon à La Havane, il semble y avoir nombre d’inexactitudes dans ce qu’en a dit Europe 1, repris par la Lettre de Cuba Coopération. Je ne peux garantir l’exactitude historique des propos d’Eusebio Leal lors de l’inauguration du Musée Napoléon restauré en 2011 ni des résultats de mes recherches personnelles et superficielles, mais je pense que l’origine de cet objet n’est pas aussi mystérieuse que le dit Europe 1.
1/ A propos de François Antommarchi, médecin français envoyé à Sainte-Hélène par la mère de Napoléon après l’expulsion du médecin britannique Barry O’Meara, décidée par le gouverneur Hudson Lowe qui le jugeait trop proche de son patient, Europe 1 parle de la descendance cubaine d’Antommarchi. Or, celui-ci est mort (non en 1837, mais en 1838, en combattant l’épidémie de fièvre jaune à Santiago-de-Cuba) sans descendance. Ses biens ont été dispersés, vendus ou donnés après sa mort. Parmi eux, on trouve un grand nombre d’objets apportés de Sainte-Hélène et qui sont exposés au musée Napoléon de La Havane.
2/ Rien de ce que Napoléon avait voulu léguer à son fils n’a pu être remis à celui-ci, le chancelier autrichien von Metternich ayant veillé à séparer cet enfant de tout ce qui le rattachait à son père et à la France. A l’annonce de la mort de Napoléon, la préoccupation première de Metternich a d’ailleurs été d’empêcher que le testament de Napoléon fût connu. Il n’y a donc pas de raison de faire un sort particulier à une montre, ni d’imaginer un quelconque larcin sur tel ou tel objet.
3/ Selon Europe 1, « Raul Castro, juste avant de devenir le chef de l’Etat cubain, en a fait cadeau au musée à sa réouverture en 2007 « . En fait, cette montre avait atterri dans une famille d’origine française de Santiago, celle de Vilma Espin Guillois, épouse de Raul Castro et fille du consul honoraire de France à Santiago ; elle fut donnée comme cadeau de mariage en 1959. Elle a été retrouvée après le décès de Vilma, en 2007, et remise par Raul Castro, alors chef de l’Etat, au Musée rénové dont l’inauguration se déroula en 2011 en présence d’Eusebio Leal et de la princesse Napoléon. »


L’ambassadeur de Cuba en France sur Radio Galère

Comme nous l’avions annoncé, Bernard Genet et son émission sur la radio marseillaise Radio Galère ont accueilli le mercredi soir 12 Mai Elio Perdomo Rodriguez. Pendant plus d’une heure, Mr l’ambassadeur a expliqué l’impact très négatif du blocus US sur Cuba et fait le tour de la situation actuelle. Malgré ce blocus de 60 ans il a rappelé la priorité donnée par le gouvernement cubain à la formation des hommes et des femmes afin de développer les ressources humaines, principales richesses du pays. Il fut ensuite interrogé par deux jeunes franco cubains qui vivent à Marseille, Miglene Blanco Sibilla et Arthur Ayvadian, et par Philippe Mano, représentant Cuba Coopération France.
Pour réécouter l’émission :
MODE D’EMPLOI
1 - aller sur le site de la radio www.radiogalere.org
2- sur la page d’accueil cliquer sur PROGRAMMATION
3- cliquer sur LISTE DES PROGRAMMES
4- cliquer sur CARNETS DE COMAGUER dans les programmes du MERCREDI 20H
5- tous les podcasts de COMAGUER s’affichent , choisir celui du 12.05.2021 pour l’émission CUBA

Jazz cubain à Vienne cet été
Le Festival Jazz à Vienne, pour sa 40e édition, célèbre l’univers du jazz. Des artistes de renommée internationale y montrent un métissage musical divers, pluriel et ouvert à tous. Parmi les musiciens, la formidable richesse artistique des latino-américains est variée. Le cubain Roberto Fonseca sera accompagné par Danay Suárez et par Kenny Garrett. Fonseca, figure emblématique de la musique afro-cubaine et originaire d’une famille de musiciens à la Havane, présente un style de musique créole développé à partir d’une fusion de jazz, funk et soul afro-cubaine. Un autre cubain apparaîtra à Jazz à Vienne dans un duo inattendu : d’un côté, le pianiste Alfredo Rodriguez, né à la Havane ; de l’autre, le bassiste Richard Bona né au Cameroun. Leur premier concert ensemble à Jazz à Vienne sera « sur un répertoire qui, de leurs influences cubaines au jazz en passant par l’Afrique et même la chanson, célèbre le socle commun d’expériences et de musiques qui les lie par-delà les générations ». Source Nouveaux Espaces Latinos

« Pour l’achat de seringues » : l’ambassadeur cubain à Madrid a reçu 73 000 euros
Selon le compte Facebook du groupe Sodepaz, il a été signalé que le diplomate cubain Gustavo Machín Gómez avait reçu cette somme qui devrait être utilisé pour l’achat de seringues pour Cuba. La campagne d qui ne se limite pas à la ville de Madrid sollicite des dons de l’Europe mais aussi de l’Amérique latine. Selon l’organisation, l’objectif dans la capitale espagnole pour le 30 mai est de 2 millions de seringues Les 73 mille euros récoltés en Espagne et remis à l’ambassadeur de Cuba à Madrid sont l’avancée » d’une campagne qui en Allemagne, au Luxembourg, en France et en Suisse cherche 10 millions de seringues.

Ils convoquent une nouvelle caravane à New York à la fin du blocus contre Cuba
La Coalition Cuba Sí New York-New Jersey a appelé une nouvelle caravane de voitures et de vélos à la fin des sanctions et du blocus américain contre l’île des Caraïbes. Selon les organisateurs de cette initiative prévue le dimanche 30 mai, ils se joindront à d’autres actions similaires dans différentes villes américaines, qui ont commencé à être promues par les Cubano-Américains en Floride et également par le projet Puentes de Amor . Dans ces caravanes de voitures et de vélos, ont-ils ajouté, la fin du blocus de Washington est exigée, ce qui provoque de grandes difficultés économiques dans la nation caribéenne, et la levée des sanctions économiques et politiques contre l’île. Arrêtons les attaques américaines contre le droit de voyager et les visites familiales pour les résidents des deux pays, a déclaré la Coalition New York-New Jersey Cuba Sí, qui représente des dizaines de groupes et d’activistes, dans un communiqué.

Le Japon fait don de 84 bus pour le service public à La Havane
Selon les informations publiées sur le compte Facebook de l’ambassade de Cuba au Japon, le don consiste en un groupe de bus pour La Havane, destinés à améliorer le transport public des passagers. Les 84 véhicules correspondant au don sont fabriqués en Colombie et doivent arriver dans les Grandes Antilles entre les mois de juillet et septembre de cette année. En revanche, l’équipe de maintenance de ces médias devrait quitter le Japon le 26 de ce mois et arriver à Cuba le 18 juillet.

Padura ouvrira les réunions Literaktum à Saint-Sébastien
Avec une semaine d’avance sur ce que ses organisateurs avaient prévu, l’écrivain Leonardo Padura inaugurera ce 20 mai les rencontres Literaltum Topaketak, une initiative issue du Literaktum Festival, dont l’objectif est que des auteurs éminents visitent Donostia ( Pays Basque ) pour partager avec le public leur trajectoire et ses projets. Le Prix Princesse des Asturies de Littérature en 2015 parlera de son travail, et en particulier de son dernier travail Como dust en el viento , avec son compatriote Karmele Jaio, auteur des titres Amaren eskuak et Aitaren etxea , au Teatro Principal a 19 : 00 heures.