Brèves de la semaine

semaine 29


Vraiment, M. Biden ?

Le Président des États-Unis, Joseph Biden, a évoqué récemment la situation à Cuba, lors d’une conférence de presse conjointe avec la chancelière allemande Angela Merkel.
Au milieu de la demande universelle qu’il lève le blocus contre Cuba et annule les plus de 240 mesures punitives de son prédécesseur, tout ce que le locataire de la Maison Blanche avait à dire, c’est qu’il donnerait des vaccins à la nation des Caraïbes.

"Ils ont un problème de Covid à Cuba", a déclaré Biden. "Je serais prêt à faire don d’importantes quantités de vaccins si, en fait, ils m’assuraient qu’une organisation internationale administrerait ces vaccins et le ferait de manière à ce que le citoyen moyen ait accès à ces vaccins.". Quel gâchis d’humanisme ! Que penseront tant de pays qui attendent l’arrivée de la première dose de vaccins américains ?

Cuba dispose déjà d’un vaccin (le premier réalisé en Amérique latine), de deux sur le point de l’être et de deux autres candidats vaccins. Plus de deux millions de Cubains ont déjà reçu les trois doses de vaccins. Déjà 3 220 481 personnes ont reçu au moins une dose. Près de huit millions de doses d’Abdala, Soberana 02 et Soberana Plus ont été administrées indistinctement à la population, gratuitement et en toute sécurité par le système national de santé publique. Le taux de vaccination quotidien de Cuba pour 100 habitants est le plus élevé au monde. Et leurs pourcentages de vaccinés et complètement vaccinés dépassent la moyenne mondiale.

Si le président américain est tellement préoccupé par la santé des Cubains, au lieu des vaccins dont la majeure partie de l’humanité a besoin, débloquez l’accès aux fournitures et équipements dont Cuba a besoin pour accélérer l’escalade productive de nos vaccins, dont la recherche et le développement n’ont pas été plus rapides en raison des restrictions imposées par le blocus.

Si M. Biden est sincèrement préoccupé par la santé des Cubains, débloquez l’accès aux médicaments contre le cancer, aux ventilateurs pulmonaires, aux technologies et aux traitements auxquels Cuba ne peut pas accéder aux États-Unis ou doit acquérir à des prix beaucoup plus élevés par le biais d’intermédiaires.

Si M. Biden sympathise avec la santé des Cubains, des espaces ouverts à la collaboration entre les institutions scientifiques et les chercheurs cubains et américains, comme celui réalisé entre le Center for Molecular Immunology à La Havane et Roswell Park à New York.
Si M. Biden veut aider les Cubains, comme il le dit dans son discours, tenir sa promesse électorale et finir de passer en revue les mesures irrationnelles et criminelles que Donald Trump a mises en place contre Cuba.
Source Cubadebate

Vu de Cuba

Cuba présentera les résultats de ses vaccins COVID-19 à l’OMS
Cuba a annoncé qu’elle montrera à l’ Organisation mondiale de la santé (OMS) les résultats de ses vaccins contre le COVID-19 Soberana 02 et Abdala , ce dernier autorisé pour un usage d’urgence .

Lors d’une conférence de presse, le Dr Eduardo Martínez, président du groupe BioCubaFarma, a assuré que la communication permanente se poursuivra avec les représentations de l’OMS et de l’Organisation panaméricaine de la santé dans le pays, en vue de présenter les preuves scientifiques recueillies au cours des phases d’études cliniques, et en parallèle, la publication dans des revues spécialisées de niveau international.

Nous poursuivrons le processus pour parvenir à l’enregistrement sanitaire des vaccins et dans ce voyage, nous maintiendrons l’échange avec ces organisations internationales", a déclaré Martínez.Il a également souligné que “ l’utilisation d’immunogènes cubains dans d’autres pays dépendra uniquement de la délivrance par le destinataire d’un permis d’utilisation d’urgence".

Enfin, il a précisé que dans les prochains jours, ils enverront au Centre de contrôle d’État des médicaments, équipements et dispositifs médicaux ( Cecmed ), autorité de régulation cubaine, le dossier d’autorisation d’utilisation d’urgence du schéma de deux doses de Souverain 02 plus un de Soberana Plus. L’entité elle-même, référence régionale et préqualifiée par l’OMS pour la délivrance des vaccins, a autorisé l’utilisation en urgence d’Abdala, après avoir démontré son haut pourcentage d’efficacité.

Assouplissement des réglementations pour l’importation de denrées alimentaires, d’hygiène et de médicaments
Bolaños Weiss a déclaré que la résolution 309, qui comprend les mesures annoncées par le Premier ministre concernant cette question, avait déjà été publiée ce vendredi dans le Journal officiel n° 62, qui comprend des réglementations complémentaires des douanes et du ministère de la Santé publique.

Pourquoi une norme de Santé publique ? Depuis les années 1990, les personnes sont autorisées à importer jusqu’à 10 kg de médicaments en franchise de droits, « une mesure qui est en vigueur et un droit dont dispose tout passager qui arrive sur le territoire national « .Ce montant – a-t-il dit - peut également être envoyé par colis, en franchise de droits de douane .

« Ce qui est établi, c’est que ce paquet est différencié, car les médicaments doivent répondre à certaines exigences sanitaires. Il est vérifié que les psychotropes, les médicaments par exemple, ne sont pas importés. C’est-à-dire valise ou colis différencié, jusqu’à 10 kg, sans paiement des tarifs. Cette mesure était déjà là.

« Quelles sont les flexibilités annoncées, prévues dans la résolution 309 ? Il est autorisé, dès lundi prochain, que les passagers qui arrivent sur le territoire national puissent importer trois classes de produits, sans limites sur leur valeur (elles peuvent dépasser 1 000 pesos) et sans payer les tarifs douaniers actuellement en vigueur.

« Ils peuvent apporter de la nourriture, des produits d’hygiène et des médicaments comme bagages accompagnés. Lorsque le colis est envoyé en avance, il n’est pas régi par l’exception », a expliqué le ministre, et a souligné que cette importation doit venir en bagage accompagné. Avec des bagages non accompagnés, dans des valises ou des colis avant ou après le voyage du passager, l’avantage ne s’applique pas. Le passager peut également apporter d’autres produits et articles, mais pour ceux-ci il correspond, le cas échéant, le paiement des tarifs.

« Il s’agit d’une autorisation exceptionnelle, dans le cadre de mesures qui contribuent à améliorer la pénurie de ces produits, en raison de la crise économique du pays due à la pandémie et au blocus. Et c’est aussi temporaire, car dans tous les pays des limites sont imposées sur la quantité de bagages et la nature des produits que les voyageurs transportent », a-t-il souligné. Il a ajouté que la mesure s’applique à la fois aux Cubains et aux étrangers, résidents ou non dans le pays, et sera en vigueur jusqu’au 31 décembre, date à laquelle, selon la situation dans le pays, les analyses correspondantes seront effectuées.

La résolution comporte une disposition particulière en correspondance avec les mesures sanitaires par le Covid. Dans le cas des passagers arrivant aux aéroports des pôles touristiques de Varadero et Cayo Coco, l’avantage est limité à un bagage enregistré.
Le ministre a souligné l’importance de cette mesure, « même si l’on sait que le nombre de voyageurs aujourd’hui n’est pas significatif en raison de la pandémie. Il existe de nombreux critères selon lesquels la mesure aurait pu être appliquée plus tôt. Il y a même ceux qui proposent d’augmenter la durée de validité. Ce sont des évaluations qui ont été faites, continuent à être faites et d’autres seront faites ».

Il a indiqué qu’ils travaillaient à la mise en œuvre d’une mesure afin que les personnes qui envoient des colis puissent payer les tarifs, dans le cas des colis postaux, directement dans le pays d’origine, via les sociétés de courrier. En ce qui concerne l’hygiène, des produits tels que le savon, les détergents et les préparations pour l’hygiène bucco-dentaire, entre autres, seront inclus dans la mesure.Les boissons non alcoolisées seront considérées comme de la nourriture, ainsi que de la bière, et sont donc incluses.

Du Canada, des médicaments et des fournitures pour l’hôpital de Cárdenas
De Calgary, Canada, l’aide de solidarité pour l’hôpital « Julio Aristegui Villamil » de Cárdenas est arrivée à Matanzas. Les Cubains résidant dans cette ville du nord ont préparé le don qui comprend des gants, des masques faciaux, des nasobucos, des sondes urinaires, environ 800 seringues de différents formats, de la gaze, des médicaments de deuxième intention tels que des vitamines et des antioxydants, des ressources essentielles qui permettent de fournir des soins de meilleure qualité aux adultes et les patients pédiatriques, en plus de renforcer la protection des travailleurs.

Le café AltoSerra : de bons résultats 2021
Le plus grand producteur cubain de café pour l’exportation, AltoSerra, a clôturé le premier semestre de cette année avec des résultats très satisfaisants, car il a réalisé son plan de vente de titres au commerce extérieur, et avec des perspectives de le dépasser cet été, avec beaucoup de café Arabica vers les marchés d’Europe et d’Asie.

Cela est dû, selon Osmel de la Cruz, directeur général de l’entité basée à Villa del Guaso, dans la province orientale de Guantanamo, à l’excellente préparation du café Arabica lavé qu’elle transforme, ce qui nous a permis de profiter, cette fois, de plus de 82% du produit, tout en offrant une haute qualité et une valeur ajoutée.

Alto Serra est une industrie prestigieuse fondée en 1987 dans la province orientale de Guantanamo, et l’une des plus efficaces du système commercial du ministère cubain de l’Agriculture. Aux bons résultats de la fin de ce premier semestre s’ajoute le respect de son engagement avec la vente interne de café exportable et la quantité destinée à la consommation nationale.

Après être devenue le premier pôle exportateur de Guantanamo en janvier 2020, et appelée à être l’une des locomotives du développement prospectif de la province, selon l’agence de presse cubaine, l’ entreprise d’État socialiste a réalisé cette année-là sa première opération directe. 198 tonnes (t) vers le marché européen, un volume qu’elle aspire à dépasser, avec 252 tonnes exportées à la fin de sa campagne en août.

Au cours de la dernière année et demie, le pôle Alto Serra a diversifié son portefeuille de produits exportables, s’aventurant dans d’autres filières de la demande internationale comme le cacao (produit dans l’ entreprise agroforestière de la municipalité d’Imías), ou le charbon végétal transformé dans d’autres provinces, à partir duquel ont été expédiées 100 t à ce jour en 2021.

Il convient de noter que les opérations d’AltoSerra en 2020 comprenaient la vente de 318 t de café aurifère à des sociétés mixtes dans la zone spéciale de développement de Mariel, devenant l’une des entités cubaines avec la plus grande participation dans cette zone stratégique,. (Source : ACN)

Le projet Ruta y Andares révèle le travail légué par Eusebio Leal
Le projet dévoile des passages de l’œuvre léguée par le célèbre historien de La Havane, Eusebio Lea , qui a dirigé le processus de récupération du patrimoine de la ville. L’initiative qui, pour la deuxième année consécutive, a conçu son édition en ligne en raison de la pandémie qui sévit dans la capitale, distingue le travail multiforme du docteur en sciences historiques et socialise les étiquettes #LealDiplomatico, #LealArqueologo #LealEcologista et #LealGestorCultural.

Avec la devise Andar La Habana, suivant le parcours d’Eusebio Leal , la proposition aborde les dons de son fondateur et souligne sa " capacité à comprendre la création artistique avec la sensibilité d’un artiste et le jugement aigu d’un critique d’art".

Vu de France et du Monde

Feuilleton Cuba et les Médias : Chronique de l’infamie : Rosario de Fake News contre Cuba
http://www.cubadebate.cu/noticias/2021/07/18/cronica-de-la-infamia-rosario-de-fake-news-contra-cuba/cubadebate

Ce lien vous permet de voir de nombreuses images de soi disant manifestations à Cuba prises ailleurs, d’ Egypte ou de Barcelone, et utilisées comme « preuves «  !

L’Union européenne remplace son plus haut représentant à Cuba
Le haut représentant de l’Union européenne pour la politique étrangère, Josep Borrell, a nommé la Portugaise Isabel Brilhante Pedrosa à la tête de la délégation de l’UE à Cuba , en remplacement de l’Espagnol Alberto Navarro.

Brilhante Pedrosa, qui jusqu’en février a été ambassadrice de l’UE au Venezuela avant d’être expulsée par le gouvernement de Nicolás Maduro en réaction aux sanctions du bloc, « ne commencera officiellement son nouveau travail que le 1er septembre, car il est prévu que le mandat de l’actuel ambassadeur, Alberto Navarro, se termine le 31 août après quatre ans de mandat ", a déclaré la porte-parole de l’UE.

Le Mexique fera don de 800 000 seringues à Cuba pour son processus de vaccination
Le ministère des Relations étrangères a indiqué dans un communiqué que le Mexique, en sa qualité de président pro tempore de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (Celac), « soutiendra la République sœur de Cuba avec un don de 800 000 seringues avec aiguilles”. Il a expliqué que ce don s’inscrit dans le Plan Celac de Coopération contre le Covid-19.

Le Pape appelle les Cubains au "dialogue et à la solidarité"
Il a exprimé son inquiétude face aux " moments difficiles " de vivre à Cuba en raison des manifestations et a appelé au " dialogue et à la solidarité " après avoir prié l’Angélus depuis la fenêtre du Palais apostolique. « Je suis proche du peuple cubain bien-aimé en ces temps difficiles, en particulier des familles, qui souffrent le plus. Je prie le Seigneur d’aider à construire dans la paix, le dialogue et la solidarité une société toujours plus juste et fraternelle », a déclaré le pontife.

Francisco, le premier pape latino-américain de l’histoire, s’est rendu à Cuba en 2015 et a été un médiateur dans le rapprochement historique entre l’île et les États-Unis en 2014, ce dont les dirigeants de l’époque, à la fois Raúl Castro et le président américain Barack Obama, ont remercié. .

Ce dernier a en effet avoué l’implication " personnelle " du pape François dans le processus de négociations entre son pays et Cuba pour amorcer une normalisation des relations diplomatiques bilatérales, désormais paralysées.
Source Efe

Biden présente une politique cubaine plus stricte que prévu
Au cours de ses six premiers mois au pouvoir, le président américain Joe Biden n’a montré aucune hâte à tenir sa promesse électorale de relancer le dégel avec Cuba, et a plutôt donné des signes que sa politique envers l’île sera plus dure que celle attendue.
Bien que Biden ait promis pendant la campagne électorale qu’il « reviendrait » au rapprochement promu par l’ancien président Barack Obama (2009-2017), il a laissé entendre ces derniers mois qu’il n’envisageait pas de défaire complètement la politique musclée promue par son prédécesseur, Donald Trump (2017-2021).

« Il y a un certain nombre de choses que j’envisagerais de faire pour aider le peuple cubain, mais cela nécessiterait des circonstances différentes, ou une garantie que le gouvernement n’en profiterait pas », a déclaré Biden récemment lors d’une conférence de presse. La Maison Blanche revoit toujours sa politique envers Cuba et attend d’annoncer des changements, mais lors de cette même conférence de presse, Biden a déjà laissé tomber une indication claire que ses mesures ne seront pas celles d’Obama.

Le président a exclu de rétablir à court terme la possibilité d’envoyer des fonds des États-Unis vers Cuba, restreints depuis novembre dernier, de peur que "le gouvernement cubain" ne les "confisque".

Cet argument est similaire à celui articulé par l’équipe de Trump, dont les mesures visaient à réduire les flux de revenus vers les services militaires, de renseignement et de sécurité de Cuba, et resserraient le joug sur le secteur touristique de l’île.

Selon des experts consultés par EFE, la réticence de Biden à annuler les mesures de Trump est liée à son inquiétude quant à l’impact que cela pourrait avoir sur les résultats de son parti en Floride aux élections législatives de novembre 2022.
source on cuba

Coronavirus : l’Allemagne qualifie Cuba de zone à haut risque et imposera une quarantaine aux voyageurs
Les autorités allemandes ont reclassé Cuba comme zone à haut risque en raison du niveau d’incidence du coronavirus, ce qui impliquera que les voyageurs en provenance de ce pays seront mis en quarantaine pendant dix jours.

La liste mise à jour de l’Institut de virologie Robert Koch (RKI), compétent en la matière en Allemagne, inclut dans cette qualification l’île, ainsi que l’Indonésie et la Libye.
Parmi les zones à risques simples, une classification inférieure avec peu d’effets pratiques pour les voyageurs intègre la Grèce, les Pays-Bas et une partie du Danemark.

Dans la même catégorie, en tant que simple zone à risque, l’ensemble de l’Espagne est inclus depuis la semaine dernière, tant le territoire péninsulaire que les archipels des Baléares et des Canaries.

La règle générale pour entrer en Allemagne est que tous les voyageurs ayant séjourné au cours des dix derniers jours dans une zone à risque, à forte incidence ou dans une zone de domaine des variantes les plus agressives de Covid-19 doivent s’inscrire numériquement avant leur arrivée dans le pays. Pour les personnes venant de zones de ces variantes, il existe une interdiction d’entrer en Allemagne, dont les citoyens allemands sont exemptés, ainsi que les résidents d’Allemagne et leurs familles.

Les voyageurs en provenance d’une zone à risque simple ou à forte incidence doivent présenter un test, un certificat attestant que le calendrier complet du vaccin a été reçu ou que la maladie a été vaincue.

Journée du design italien à Cuba : l’art en convergence
Considéré comme l’un des événements culturels les plus importants du mois de juillet à La Havane, la célébration de la Journée du design italien à Cuba a de nouveau placé au premier plan la convergence entre deux pays qui, des arts, de l’architecture et de l’histoire partagent un patrimoine.

« Des grandes forteresses militaires du XVIIe siècle, conçues par Antonelli, aux statues de Zanelli qui enrichissent le Capitole et les Écoles d’art conçues par Garatti et Gottardi, construites dans les années soixante du siècle dernier, la trace de la création italienne est bien présente. dans le paysage urbain de La Havane et au-delà, point de départ pour comprendre la portée historique du design italien et sa présence sur l’île “- a exprimé M. Roberto Vellano, ambassadeur d’Italie à Cuba, lors de l’ouverture de la Journée du design italien sur l’île, le 8 juillet.

Organisé par l’Agence italienne pour le commerce extérieur (ICE), l’Ambassade d’Italie à Cuba, le Bureau national d’études (ONDI) et le Bureau de l’historien de la ville de La Havane, la Journée du design italien à Cuba fait partie de la "Giornata del Design Italiano nel Mondo", qui est célébrée à cette date dans de nombreux pays à travers le réseau diplomatique du pays européen.

Une intéressante exposition avec des objets utilitaires domestiques, des meubles et des moyens de transport, tels que les célèbres motos Vespa et la voiture d’anthologie Fiat 500, icônes du design italien international, a été ouverte au Centre pour la promotion du design de la Vieille Havane, qui a accueilli l’événement dans ses installations récemment inaugurées.

Ils rendent hommage à Juan Padrón à Madrid
Sans tambour ni trompette, avec des émotions contenues, ce fut la soirée magique à la Casa de América à Madrid, où les anecdotes du défunt créateur d’Elpidio Valdés ou de Vampiros en La Habana, ses deux œuvres emblématiques , ont débordé.

Sa fille Silvia Padrón, figure inspirante du personnage de María Silvia, la compagne de l’intrépide combattant du mambí Elpidio Valdés, et le prestigieux artiste Javier Mariscal, ont été au centre de la discussion menée par le journaliste Toño Angulo.

« Peut-être que je l’admirais davantage en tant que personne, car c’était un gars extraordinaire, avec une immense passion pour la vie, racontant toujours des blagues, dévoué à son travail sans craindre les difficultés ", a avoué Mariscal. Le réalisateur, avec Fernando Trueba, du film d’animation Chico y Rita, nominé aux Oscars, a souligné l’ingéniosité de Padrón dans la conception de ses œuvres, « en grand illustrateur et cinéaste qu’il était »

Vu de Cuba Coopération France

Cuba en rouge pour la France
L’ami Fabrice Leclerc s’inquiète du nouveau classement. Le ministère français des affaires étrangères a modifié le statut « pandémique » relié à la situation sanitaire dans certains pays. Cela concerne Cuba même s’il n’existe aucune mise à jour sur le site du ministère à ce jour où Cuba apparaît encore dans la liste « orange » ; ça a seulement été annoncé à la télévision. Ce positionnement par rapport à Cuba reste discutable en comparaison avec la situation sanitaire d’autres pays.

Les implications de ce changement sont diverses mais elles touchent en particulier la coopération scientifique puisque l’ambassade de France ne peut plus accorder de visa aux chercheurs/ingénieurs/étudiants pour un séjour professionnel ou d’étude pour des ressortissants cubains. Cette nouvelle directive est effective à partir du 15 juillet et tant que ce statut vis-à-vis de Cuba (liste « rouge » ) sera maintenue.

L’autre clause plus problématique concerne la vaccination car l’information émanant de l’ambassade de France indique que les étudiants devraient être vaccinés par un vaccin « reconnu par l’Agence Européenne des Médicaments ». C’est-à-dire que les vaccins approuvés par l’OMS mais pas par l’AEM ne répondent au critère exigé. Cette clause, si elle est confirmée, reviendrait à interdire purement et simplement l’entrée sur le territoire français des ressortissants cubains même s’ils sont vaccinés avec Abdala ou Soverana02.