Le développement humain

un autre potentiel dans une perspective locale

Malgré les difficultés et les obstacles du contexte actuel, Cuba a mis son potentiel de développement humain et ses maigres ressources économiques au service de la lutte contre la pandémie, tant au niveau local et national qu’au niveau mondial, grâce à la coopération internationale

La mobilisation de la créativité territoriale et l’utilisation des connaissances, de la science et de l’innovation, adaptées aux besoins de cette collectivité publique et avec une vision intersectorielle et transdisciplinaire, a été l’un des critères validés scientifiquement par le Premier secrétaire du Parti et président de la République de Cuba, Miguel Diaz-Canel Bermudez.

Il ne fait aucun doute que le développement local est aujourd’hui une politique publique d’importance stratégique, puisque la Constitution elle-même entérine l’autonomie et la personnalité juridique que possèdent tant la province que les communes pour encourager cet élan économique et social.

Ce n’est pas non plus un hasard si, cette année, un ensemble de normes juridiques a été approuvé afin de promouvoir le développement territorial et de gérer, sans tant d’obstacles bureaucratiques, tant le financement que les procédures bancaires, budgétaires et tarifaires pour la gestion des projets locaux.

C’est peut-être pour cette raison qu’il est encore plus gratifiant d’apprendre que 29 municipalités cubaines ont atteint la catégorie de développement humain très élevé, selon le rapport préparé par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), en coordination avec le Centre de recherche sur l’économie mondiale, et avec la participation de plusieurs institutions cubaines.

Sous le titre L’ascension vers la racine. La perspective locale du développement humain à Cuba 2019, la récente étude révèle également que cet indicateur est considéré comme élevé dans 51 municipalités, moyen dans 75 et faible dans seulement 13. Par ailleurs, aucune province, selon un calcul général, ne présente un indice de développement humain faible, tandis que La Havane, Villa Clara, Matanzas et Pinar del Rio affichent les meilleurs résultats.

L’indice de développement humain, élaboré par le PNUD depuis 1990, classe environ 189 pays en quatre niveaux, en tenant compte des indicateurs d’espérance de vie, d’éducation et de revenu par habitant.

En dépit des difficultés et des obstacles du contexte actuel, Cuba a mis son potentiel de développement humain et ses maigres ressources économiques au service de la lutte contre la pandémie, tant au niveau local et national qu’au niveau mondial, grâce à la coopération internationale.

En ce sens, le rapport constitue également une opportunité pour les décideurs et les structures des gouvernements territoriaux d’aller de l’avant avec plus d’autonomie et de compétences.